jack0tte
Créatrice de contenu fortement engagé
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mai 2021

Ce qui ne nous tue pas nous enferme

Non, ce qui ne nous tue pas ne nous rend pas plus fort. Ce qui ne nous tue pas nous détruit. Et notre seule option pour rester debout est de rassembler et scotcher les morceaux en nous auto-convaincant que nous sommes bien mieux comme ça, qu’au final, on l’a désiré cet éclatement, parce que nous en ressortons plus fort-es, plus solides, plus grand-es.

jack0tte
Créatrice de contenu fortement engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est drôle ces représentations que les salopards ayant le pouvoir se font de nous les opprimé-es. Ils sont persuadés que notre émancipation ne peut se faire qu’à la suite d’un drâme, une grosse merde devenant le point de rupture, ou de départ, d’une (re)prise de pouvoir et d’un début de rébellion. Comme s’il nous fallait une merde plus grosse que les autres pour que l’on arrive à s’émanciper. La bonne blague. Il n’y a que ceux qui n’ont jamais vécu d’oppressions pour penser que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Il n’y a qu’eux pour croire à ce mythe et pour nous le faire gober.

Non, ce qui ne nous tue pas ne nous rend pas plus fort. Ce qui ne nous tue pas nous détruit. Et notre seule option pour rester debout est de rassembler et scotcher les morceaux en nous auto-convaincant que nous sommes bien mieux comme ça, qu’au final, on l’a désiré cet éclatement, parce que nous en ressortons plus fort-es, plus solides, plus grand-es.

Voilà notre drame. Ils font de nous leurs complices, ils nous forcent à nous empoisonner l’âme pour que l’on devienne ce qu’ils veulent que nous devenions : de parfaits petits opprimé-es dociles, prêt-es à se reprendre une tarte dans la gueule presque avec plaisir car, après tout, ça nous rend plus fort-e de bouffer de la merde encore et encore et encore.

Non, ce qui ne nous tue pas ne nous rend pas plus fort-es. Ce qui ne nous tue pas ne fait qu’enfoncer l’aliénation au plus profond de nos âmes. Ce qui ne nous tue pas nous détruit et la destruction n’amène pas l’émancipation, elle n’amène que la honte et la douleur sagement refoulées par les petites histoires empoisonnées que nous nous racontons pour ne pas y penser. Ce n’est pas en souffrant que nous nous sauvons. Le drame n’est jamais salvateur.

L’émancipation ne vient que de nous même. Elle n’est que le résultat de notre rage, notre amertume et notre désir de vengeance. Voilà notre émancipation. Elle ne vient pas de la douleur, elle vient de la colère, elle ne vient pas de l'apitoiement, elle vient de la résilience. Elle se déploie lorsque la rage se fait si violente qu’elle en rallume notre âme. Âme bien endormie par le poison qu’on s’est forcé-es à gober pour nous protéger de l’immondice de ceux qui nous dominent.

La rage est ce qui nous sauve. La gniak, la fureur, la violence, l’emportement, l’hors de contrôle, la survolte, le déchainement, la tempête, l’urgence de frapper, de cogner, de goûter la douleur autant que la faire goûter à celles et ceux qui nous ont humilié-es, abusé-es et aliéné-es pendant des années. S’approprier notre rage c’est ouvrir les yeux sur ce que l’on a vécu et ce que l’on s’est infligé. C’est retirer le poison de l’âme goutte par goutte, se réveiller et retrouver ses forces à mesure que l'aliénation est arrachée et l’émancipation ancrée.

Nous nous émancipons. Nous nous émancipons parce que nous ne pouvons plus nous mentir à nous-même. Parce que les petites histoires que nous nous racontons sonnent faux. Parce que nous ne pouvons plus ignorer nos éclairs de lucidité.

Nous ne nous émancipons pas parce que nous avons mangé une nouvelle tarte dans la gueule, nous nous émancipons parce que nous avons fait l’effort conscient de regarder vers l’étincelle de rage que nous refusions de voir par peur.

L’étincelle a mis le feu à l’âme et l’incendie irradie l’esprit. La rage ne sera éteinte qu’une fois le désir de vengeance assouvit. Jamais nous ne pardonnerons à ceux qui nous ont forcé-es à nous auto-mutiler. Jamais notre âme n’oubliera l’amertume qui en est née. Le désir de vengeance a cela de doux qu’il s’auto-suffit permettant d’entretenir à jamais l’incendie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois