La Plaça de la cultura occitàna

Fin finala l’occitanisme politic, à la française, n’est pas trop accrocheur et ce n’est pas faute d’essayer… POC e PNO ensejan de bastir lor biais, segur qu’an un brave troç compatible… Pourtant dans l'approche et l'utilisation qu'en font nos décideurs, sabon pas trop de que far amb aquèla cultura, ne semblon embarrassat… Cossi ? Perque ? Elle est si présente dans les inconscients...

Als Illustres del Capitòli los tolzans venguèron commemorar la signatura de la Carte de las Libertats Comunalas de Tolosa. Rewing : Lo 6 de genier de 1189 lo Comte de Tolosa Ramon V e los Consuls, los Capitols, signent la fameuse charte que marca l’aveniment de la Comuna. Fa 828 ans les Toulousains demandèrent et obtinrent,  fasquèron batèstas de tot biais, qu’ils puissent se gérer eux-mêmes et leur vie quotidienne avec des représentants élus. Escambis. Lo Comte Ramon balhèt poder al pòple de bailejar la ciutat mondina. L'Occitània quand m'aime...
Comme l'a théorisé si justement Félix Marcel Castan, la caractéristique du combat occitan, c'est La place de la culture occitanede n'avoir pas une base de classe. « Sa base réside dans la langue particulière et distincte : qui peut croire qu'une langue s'identifie à quelque classe que ce soit ? Erreur théorique. » (1) 

Per endintrar lo clavèl torna dire que la fòrça e l'interès de la cultura occitàna demòra sa literatura. Dels Trobadors de l'an Mil als escrivans d' uèi le flux littéraire ne s'est jamais tarit, mai d’aquò, nobelisat amb Mistral, nominat amb Enric Mouly (même au Ministère de la culture ils ne le connaissent pas) c'est un super plus que nos cerveaux lobotomisés, unitarisés, brasés à l'oïl par le centralisme républicain ne peuvent plus voir, sinon comme un exotisme intérieur... Te, l'inscrivi au Marathon des mots de Toulouse, tournoi littéraire richement doté...
« C’est dans le folklore de la Gascogne que Bladé a trouvé La Reine châtiée, cet incomparable chef-d’œuvre qui paraît avoir donné à Shakespeare l’idée d’Hamlet. Qui sait les chef-d’œuvres inconnus que le folklore nous révèlerait encore ! »(2)
Fin finala l’occitanisme politic, à la française, n’est pas trop accrocheur et ce n’est pas faute d’essayer… POC e PNO ensejan de bastir lor biais, segur qu’an un brave troç compatible… Pourtant  dans l'approche et l'utilisation qu'en font nos décideurs, sabon pas trop de que far amb aquèla cultura, ne semblon embarrassat… Cossi ? Perque ? Elle est si présente dans les inconscients, patate chaude cuite sous le centre, un trésor pour tous, une mine d'òc...
Du coup ça râle et trasteja dans les cercles et sans le vouloir vraiment, al mens a la debuta, la dérive se classifie, se politise, revendique sans réfléchir aux conséquences, voit des envahisseurs partout, se sent colonisée de l’intérieur, se nationalise pour se libérer d'un phantasme... Bref tout le monde à tout faux et rien n'avance. Prétendre régler les affaires de l'occitanisme en occultant la problématique littéraire, c’est mettre la charrue avant le blues, c'est ignorer les caractères spécifiques par quoi l'occitanisme diffère de tout autre mouvement auquel on voudrait artificiellement l'assimiler.

« L'Occitanie n'est ni l'Irlande, ni le pays Kurde, ni la Corse, ni la Bretagne, ni la Catalogne. L'occitanisme est investit d'une mission : Mettre en évidence le travail d'écriture, comme créateur d'identité. Une langue plus qu'à moitié fantomatique, originellement indépendante de la structure étatique dans laquelle elle se trouve impliquée, engendre des œuvres dont la signification dépasse son destin propre, concerne cette structure dans son ensemble et le surplombe pour s'ériger en valeur autonome. Dans ce transfert et cette transfiguration elle trouve d'autres forces, qu'ignore un simple parler vernaculaire. La médiation qui à notre époque lui permet de passer de l'état de patois à l'état d'écriture, le point d'appuis, c'est l'Etat national, la citoyenneté hexagonale indivisible. A quand le mot Pluralité ajouté à Liberté, Egalité, Fraternité, aux frontons de notre République ? » (1)

En attendant, à quelle géographie allons nous être redessinés si lors des prochaines élections présidentielles nous changions de programmateur ? Se l’esquèrre se fa de maissant sang, la dreita pesuga se vèi, se crèi, s’anonça… LR où FN le recadrage des régions est annoncé, e tant que vira fa lo torn.
L’un vòl far ligant, le rapprochement entre les départements et leur région à travers leConseiller territorial le retour… 
L’autre c’est du lourd, s’appuie sur le triptyque Etat-Départements-Communes. Vous avez dit régions ? Les considère sans cohérence ni identité, propose, sur la base de leurs limites actuelles, de  les transformer en organes de coopération entre les départements… 
Ah ! Ces régions.I have e dream, lo PÒC n’en podià pus e le PNO non plus, alors sul pic s’acampèron e, totis tant coma fosquesson prenguèron la carta del MRG… Soscadissa a Joan Vilotte.

Jacme Gaudàs

 (1) Félix Marcel Castan  « Manifeste Multiculturel » Editions Cogagne

(2) Antonin Perbòsc  « Manifestes occitans » Editions Mòstre et Cap e Cap

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.