Un jovent a la presidencia, dubèrt acampa monde, ratisse large et convainc. D’esquèrra lo centre cofla, le grand rassemblement tant espérer se porià ? Le béarnais aux trois bandes encore en entremetteur lo fa speak l’òc à Pau, avant de lui rappeler que combien ? Al mens 6% dels sufragis li portèt. Notre béarnais refusa l’« assentiment » à la première liste des candidat(e)s aux législatives La République En Marche. Pas assez Modem. Repotèga, à sa main le trait d’union, recentrage toute en attendant l’apport de l’aile droite. Pas de couac mais…
Edouard Philippe, un boxeur juppéiste, normand conquérant, quadra d’ENA solide, conse girondin au Havre, vila sintèsa, nafrada en son temps, se jacobinise à Paris. Matignon en devenir. Parions qu’il entende. Tè ! Per aquò apuntam sul Bayrou, fasèm de bruch, contunham la débuta, las accions culturalas recampadas en çò de l’òccitan son tal espendidas que c’est impossible de ne pas les voir. Las entendre ‘s çò que cal. Tamben sul Moudenc. Es al fial me semble, lo trabalh menar pr’aqui pagara, mai d’aquò que se totas las lengas de França fasian la meteissa soscadissa… Nous colorerions. En fait il a bien fait de refuser un marocain à Macron, est bien plus utile ici... Aquò’s bon per França e Euròpa dont l’hymne bota los Trobadors en jòia…
« Espoir et esprit de conquête » coma leitmotiv, sòmi d’insomissions e soscadissas, e volontat de faire amb el. Alors le coup de la signature de la Charte ne suffira pas. Aqueste còp cal una lei. Sarià ben a la session que vèn. Son d’accordis per « Une loi
compatible avec la Constitution et l’unité du peuple français qui donne un véritable statut aux langues de France est une exigence démocratique et une mesure indispensable. »
Donc maintenir la pression par les actions. Arriban de pertot, vesetz l’alamnac, en vila La Topina s’abronda, lo grilh dins la Tuta d’Òc fa son biais, l’Estancabra a calòs, Abdel Harissa dans la place, Music Halle fa lo Job dubèrt, Chez Lily à Germ Louron, Total Festum à Villeneuvette, en seguida La Guépia ont Lenga Viva, tanben l’Estivada totjorn en vida d’envejas, Peuples et Musiques au Cinéma, aprestam lo FestenalOccitània… Òc à donf.
D’afars à far van se far, l’avetz compres, cal esser en camba per agantar lo trin que se tèn en marcha.
Té, entendu sur FMC Radio : " Quand elle parle culture, l’Occitanie parle de sa propre culture et de ses significations universelles. Mais, dichotomie radicale, quand elle parle nation, formation sociale, l’Occitanie parle de la France, et de ses aspects, positifs et négatifs. Il ne peut en être autrement, puisque aucun passé national, aucune autre  citoyenneté, n’est dans sa mémoire, ni n’est concevable dans les aspirations populaires."
(1)

 

(1)Félix Marcel Castan "Une nation pour demain", Cocagne éditions

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.