Le MidCat, un projet-clé pour le gaz en Europe ?

L'Union de l'énergie de la commission européenne s'est construite à partir du postulat de base qu'il faudrait répondre à une demande toujours croissante des Etats membres. Deux axes stratégiques ont donc été développés : 1) des négociations avec les pays ressources (Algérie, Etats-Unis, Argentine, Azerbaïdjan), dans le but d'une moindre dépendance vis à vis du gaz russe, et 2) un projet communauta

 

L'Union de l'énergie de la commission européenne s'est construite à partir du postulat de base qu'il faudrait répondre à une demande toujours croissante des Etats membres. Deux axes stratégiques ont donc été développés : 1) des négociations avec les pays ressources (Algérie, Etats-Unis, Argentine, Azerbaïdjan), dans le but d'une moindre dépendance vis à vis du gaz russe, et 2) un projet communautaire de développement des infrastructures.

 

Le projet communautaire "Projets d'intérêt commun" (PIC) s'est concrétisé fin 2015 – à travers le Mécanisme pour l'Interconnexion en Europe (1) - avec une liste de 195 projets d'infrastructures essentielles (dans les domaines de l'énergie, du transport et des télécommunications) qui doivent "contribuer à la mise en place progressive de l’Union de l’énergie par l’intégration des marchés de l’énergie en Europe et la diversification des sources d’énergie et des voies d'acheminement. En outre, les projets d’intérêt commun, avec 5,35 milliards € alloués par l'UE, adoptés aujourd’hui permettront de mettre un terme à l’isolement énergétique de certains États membres. Ils contribueront aussi à accroître la quantité d'énergie produite à partir de sources renouvelables qui est intégrée dans le réseau, ce qui fera diminuer les émissions de carbone et garantira aux Européens un approvisionnement en énergie propre et abordable" (2). Notons au passage que le scénario européen choisi par EDF et R&D prévoit 43% de thermique classique et de nucléaire (3).

 

Le marché unique européen du gaz est donc en route pour être opérationnel en 2018. Les opérateurs français , GRTgaz et TIGF, sont en première ligne, la France étant en effet un noeud stratégique d'interconnexion pour distribuer l'énergie au sein de l'Union Européenne.

 

 

Le projet MidCat, qui prévoit une inter-connexion des réseaux de gazoduc de Catalogne avec ceux du sud de la France arrivant à Carcassonne, fait partie du chantier européen gigantesque d'interconnexion des réseaux énergétiques (électricité, gaz), de transport et de télécommunication.

 

MidCat a pour objectif de favoriser la "transition énergétique" (en attendant que des énergies propres prennent le relais), en diversifiant les sources d'approvisionnement en Gaz Naturel pour diminuer la dépendance de l'UE vis à vis de la Russie et en organisant l'importation de gaz d'Algérie (il serait même prévu de construire un gazoduc pour amener le gaz nigérien en Algérie).

 

Au moment où nous écrivons l'article, nous apprenons que Total, après avoir annoncé sur son site début 2015 en partir, s'est "réconcilié" avec l'Algérie et a lpusieurs projets dont "la construction d’une usine pétrochimique, mais aussi la mise en exploitation du gisement de Timimoun, dont Total détient 38% et qui recèle du tight gas, un gaz non conventionnel dont l’extraction requiert, comme le gaz de schiste, le recours à la fracturation hydraulique." (4)

 

Le projet MidCat consiste en :

 

> pour la première phase : la construction de gazoduc pour relier l'Espagne à la France, plutôt côté Catalogne que Pays Basque où l'opposition est fortement redoutée. Ce serait 120 km de nouveaux gazoduc entre la frontière Le Perthus et Carcassonne

 

> la construction de stations de compression (Barbaira, Montpellier, St Martin de Crau) afin de réguler le transit.

 

> un financement estimé, pour la première phase, à 8 300 000 €, à construire avec une aide de l'Union Européenne maximale de 4 150 000 € qui devra être complétée par des financements nationaux publics et privés.

 

> dans un second temps : l'agrandissement de gazoduc existants, de Carcassonne à Fos/mer, afin de se relier au gazoduc de la vallée du Rhône afin que le gaz puisse être acheminé dans les autres pays de l'UE.

 

 

 

Les résistances s'organisent en Catalogne. La plateforme Stop MidCat est en place.

 

Après s'être retrouvés devant le fait accompli de la construction d'un premier tronçon de 88 km en 2012 (MidCat est plus avancé que côté français), les camarades catalans organisent la mobilisation.

 

> Le montage financier montre clairement qu'il s'agit plutôt de favoriser un investissement privé dont la rentabilité n'est pas évidente (une des raisons pour laquelle la France s'était un temps retiré du projet, du moins avant que l'UE en fasse un projet d'intérêt communautaire).

 

> Le modèle énergétique basé sur la croissance sans limite et l'utilisation des ressources fossiles et fissiles n'est plus acceptable. Nous avons à construire une stratégie énergétique relocalisée, basée sur les besoins essentiels des populations et dans laquelle les communautés peuvent décider et contrôler les structures mises en place.

 

> L'argument avancé de la transition énergétique ne tient pas : le méthane est très néfaste pour le climat de par son rôle propre dans le réchauffement climatique, le CH4 est beaucoup plus émetteur de gaz à effet de serre que le CO2, surtout dans l'exploitation des gaz de schiste où les fuites sont multipliées par le nombre très important de puits de forage. Or, le gaz prévu pour passer dans ce tuyau proviendra essentiellement d'Algérie et on sait fort bien que dans le sud saharien, le gaz de schiste est fortement convoité par l'industrie gazière, l'Algérie étant la 3ème réserve mondiale estimée de gaz de schiste.

 

Autant d'arguments pour bloquer ce nouveau grand projet inutile, dont la mise en oeuvre est prévue en France à l'horizon post 2020 : ce gazoduc irait du Perthus à Barbaira sur 120 km, puis delà le gaz partirait vers l'est pour rejoindre Fos (à travers un réseau à renforcer/doubler), puis la vallée du Rhône (projet ERIDAN) pour alimenter l'Europe du Nord...

 



 

Jacqueline Balvet

 

12 avril 2017

 

 

 

  1. http://fr.welcomeurope.com/subventions-europennes/mie-1-mecanisme-interconnexion-europe-819+719.html#tab=onglet_details

  2. http://europa.eu/rapid/press-release_IP-15-6107_fr.htm

  3. https://ec.europa.eu/energy/sites/ener/files/documents/sec_2011_1565_part2.pdf

  4. http://multinationales.org/Reconciliation-entre-Total-et-l-Algerie-le-retour-de-la-fracturation

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.