Jacqueline Cimaz
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 janv. 2018

Avant-propos et suite

Quand l'utilisation de théories et/ou concepts scientifiques en domaines autres que ceux dans lesquels ils ont été construits peut leur faire perdre leur scientificité...

Jacqueline Cimaz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par exemple ? La transposition d'un concept construit en domaine biologique aux domaines psychologique et/ou social (cf à cet égard les échanges -honnêtes- entre les tenants des théories de Piaget et de Wallon en psychologie de l'enfant apprenant. Et relire Canguilhem...

A cet égard, pourquoi  opposer, de fait, en terrain scolaire -  donc social - les neurosciences aux approches par  la psychologie de l'enfant, la spécificité des domaines et contenus, la connaissance des lieux de vie et populations, de leurs valeurs, les approches sociologiques et pédagogiques des situations scolaires? L'intéressant ne serait-il de questionner les éventuelles interférences, en terrain scolaire, culturel et social, notamment par l'analyse des pathologies. Quelle incidence des pathologies d'origine cérébrale - biologique - quelle fréquence par rapport à l'incidence des difficultés d'origine sociale ou affective? Les enfants trisomiques eux-mêmes, dont la pathologie est incontestablement d'origine biologique, n'ont pas tous le même parcours scolaire ; les réussites dans certains apprentissages, comme celui de la lecture étant souvent liées aux maintiens d'exigences  familiales en contexte décisif de valorisation des réussites, même minimes. On pourrait aussi parler de l'investissement scolaire des enfants atteints de mucovicidose... Se construire des pouvoirs et une autre image de soi que celle de "malade"...

L'écolier a besoin d'une relation parentale doublement positive pour réussir à l'école. Cf par exemple les observations et recherches effectuées dans le Gard quant à la scolarité des enfants de harkis. Des pères souvent considérés comme traîtres dans le quartier et/ou la famille ; des pères vis-à-vis desquels les promesses faites par le gouvernement de l'époque n'ont pas été tenues, d'où des difficultés économiques, et ce statut d' "in-valides", si dévalorisant aux yeux des enfants.

On sait combien est importante l'image sociale de sa famille pour l'enfant, lui-même exposé aux quolibets et rejets-explicites ou implicites. Une image sociale dont l'importance est capitale (cf études sur le "roman familial")... tant  pour la réussite scolaire que pour la réduction de la délinquance - en laquelle se cherche aussi une identité,  souvent différente de celles qui sont nécessaires à l'investissement scolaire.

On pourrait en écrire des pages, comparer par exemple ces difficultés à la réussite scolaire des enfants des réfugiés espagnols de la "Retirada", fiers de leurs parents, valorisant le savoir et la culture, avec, de plus, la force d'exemples, aussi prestigieux que ceux de Picasso, Miro, Miguel  Hernandez, Federico Garcia Lorca... Revenir aussi sur la réussite d'enfants de réfugiés italiens, souvent maltraités dans les campagnes dans les années 40 (cf les romans d'Inès Cagnati, valorisée lors d'une inspection  où l'inspecteur  a incité son institutrice à lui faire préparer le concours d'entrée à l'Ecole Normale - ce qui l'amènera jusqu'à l'Ecole Normale Supérieure). Il faudrait une approche scientifique du recueil des apports collectifs et individuels des enseignants, à enrichir par celle de récits de vie,  des comptes-rendus des conseils d'écoles et de classes, des réunions de synthèse des GAPP  puis réseaux d'aide...etc... et, également, les rapports d'inspection...

On pourrait aussi revenir, a contrario,  sur la dévalorisation sociale et symbolique - de plus médiatisée - des chômeurs, et, étudier ses effets sur l'implication scolaire de leurs enfants, déjà soumis à privations et remarques, sinon marginalisation par les pairs, en classe ou cour de récréa-tion.  Quand on est préoccupé par les difficultés familiales, et donc son propre devenir, quelle disponibilité pour un investissement scolaire ? Cf  ce que nous ont appris les enfants de bidonvilles comme à Villeneuve-le-Roi(1)... Un beau sujet de thèse en sciences de l'éducation. Revenir sur les approches  multifactorielles et leurs outils statistiques et conceptuels. Recueillir des témoignages en domaines significatifs...

Essentiel pour aborder la complexité du social et de l'humain et écarter ces déviations sectaires de classes ou d'écoles dont les conséquences ont été analysées par maints rapports d'inspection, archivés en inspections académiques ou rectorats.

1. Cf  "Réussir à l'école" - pédagogie de soutien ou soutien de la pédagogie? GFEN (Groupe français d'éducation nouvelle) 1977  (Ed.Sociales)       

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com