Jacqueline Cimaz
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 août 2015

Jacqueline Cimaz
Abonné·e de Mediapart

Levallois, Louise Michel & Taslitzky ?

Par delà des données locales, par ailleurs symboliques, ce scandaleux fait-divers n'est-il lié à un problème de fond ? 

Jacqueline Cimaz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par delà des données locales, par ailleurs symboliques, ce scandaleux fait-divers n'est-il lié à un problème de fond ? 

L'art dérange parce qu'il fait réfléchir et développe les capacités de réflexion et d'action de chacun et de tous.

Quand pour la seconde fois en quelques mois une oeuvre du parcours d'art de Saint-Apollinaire-de-Rias, village de 200h en Ardèche profonde, est victime d'un vol (il y a qualques mois) puis refaite et réinstallée par l'artiste, endommagée, il y a quelques jours, par une nouvelle tentative de vol ou destruction, il y a de quoi s'inquiéter.

Le "Demain c'est loin" de Pablo Garcia  renvoie certes au groupe "I am", mais aussi au non signalement sur l'autoroute Narbonne-Bordeaux, avant Toulouse, du camp de Bram où furent internés par le gouvernement français de l'époque, les républicains/réfugiés espagnols de la "Retirada" comme à Rivesaltes ou autres camps, dont, en Ardèche, celui de Chomérac.

Vols, destructions, vandalismes de lourde portée. L'art est moyen de connaissance, comme les sciences, la philosophie...intervenant souvent avant constitution des problématiques scientifiques et simples "mises en mots"... Non parce qu'il serait "prémonitoire" - comme cela a souvent été dit de l'expressionisme allemand (cf aussi "le cri" de Munch...) - mais parce qu'établissant, souvent par l'image, des liens non encore verbalisés, des courts-circuits osés, l'art creuse autrement la société de son temps, ses évolutions, ce qui y émerge... Une puissance grammatisante de l'image avant mises en mots, plus proche d'un poétique polysémique & où la forme fait sens que de l'explicatif.

Un domaine insuffisamment travaillé dans le système scolaire ce qui ne peut qu'accroître les inégalités et la "reproduction sociale"et s'avère peu favorable au développement des capacités d'initiatives populaires.

Et pourtant... Nous pourrions évoquer l'intervention de Bernard Stora aux Rias (association culturelle, loi 1901), il y a quelques années, sur ce thème - à notre demande-  intervention étayée par un travail approfondi sur "Le grand Charles"... Où en l'absence de documents historiques les comédiens ont inventé une scène - une construction fictionnelle - validée quelques mois plus tard par la découverte de documents inédits. 

Bref, une puissance cognitive de l'art, contribuant à la formation intellectuelle, aux capacités de compréhension et prise de décision, y compris collective. Donc outil de formation à l'exercice innovant et sous des formes émergentes de la démocratie ?  De quoi faire peur ! Et une dimension irréductible au seul cas de Levallois, ce qui donne plus de poids encore aux demandes de sauvetage de la fresque...

Un phénomène qui n'est pas nouveau... Cf Goebbels "quand j'entends parler de culture, je tire mon revolver", les livres brûlés par les nazis, l'inquisition, les mains coupées du guitariste, l'atroce exécution de Lorca... Cf les difficultés des poètes allemands après 1945 à utiliser la langue des bourreaux... les échanges Celan/Adorno... Cf l'extinction par le stalinisme du formidable essor artistique qui a suivi, à ses débuts, la révolution russe, le suicide de Maäkovski, la publication par Les Lettres françaises du portrait de Staline par Picasso, l'autorisation que s'est donnée Miro d'utiliser des coulures, exceptionnellement dans ses toiles d'hommage aux derniers garottés du franquisme...

Bref le souhait que les symboliques évènements de Levallois, soient comme "coup de bêche dans le terreau de l'histoire"pour développer une nécessaire et urgente réflexion sur la formation scolaire et non scolaire de la population à l'art contemporain (donc à l'art tout court) quand maintes pratiques, même sans démolitions physiques ni vandalisme, entraînent néanmoins de redoutables confusions...

On pourrait, en contre-exemple évoquer la remarquable et populaire exposition présentée en 2014 à la Cité des sciences de La Villette sur art et robotique (et notamment ces vagues de lits médicalisés...)...

Une réfexion de fond qui s'impose d'urgence sur art (donc contemporain), numérique et citoyenneté (nouvelles formes de citoyennetés, inédites et planétaires...

NB. Comme ici, en petit village d'Ardèche, l'oeuvre/ponton de Tallagrand, de plus tête de réseau numérique du "réel enrichi par tous du parcours d'art", érigé en un lieu, à plus de 700m d'altitude, baigné par la mer il y a 200 à 230 millions d'années, fait beaucoup réfléchir au changement climatique et aux mesures à prendre (même pour ceux qui contestent le fait qu'un ponton puisse être une oeuvre d'art, celle-ci fonctionne bien en tant que telle)...

-> Donc le souhait que le regrettable fait-divers de Levallois débouche, par delà de simples commentaires, même tout à fait justifiés, sur un urgent débat de fond sur art, numérique et nouvelles formes de citoyenneté... 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org