MATSUEV-CHAILLY UN DVD TRÈS DÉSIRABLE

Denis Matsuev et Riccardo Chailly Denis Matsuev et Riccardo Chailly

Je viens de me le procurer. Hourra !… Il m’a fallu passer par internet, moi qui préfère aller chez le marchand. J’ai eu de la chance : parmi les intermédiaires se trouvait la Fnac. L’objet tant convoité arriva une douzaine de jour après ma commande au magasin où je suis passé le chercher. Un DVD tout neuf de Matsuev jouant le 3e concerto de Rachmaninov ! Heureusement pour nous, une grande partie des prestations de ce pianiste hors pair sont depuis quelques années filmées. On peut donc les voir sur Mezzo, Medici.tv et d’autres chaînes sur YouTube, il suffit de chercher. Grâce à cela il est possible de l’entendre et de le voir (et revoir) plus souvent que d’assister à l’un de ses concerts, puisqu’il en donne à travers le monde entier.

Quelque chose de magique se produit quand Denis vient se présenter au public et qu’il produit le plus beau timbre de piano que l’on puisse entendre.

Mais venons-en au programme : il s’agit de la retransmission d’un concert à Lucerne d’août 2019  que j’avais déjà suivie l’année dernière. L’image est de qualité, baignée de clair-obscur et la prise de son mérite tous les éloges.

Sous la baguette de Ricardo Chailly, l’Orchestre du Festival de Lucerne fait valoir toutes ses qualités : la précision de sa mise en place, l’exemplarité de ses différents solistes, et les forte massifs de l’ensemble réuni. Rien de ce luxe ne peut cependant impressionner Denis Matsuev qui rayonne au milieu de tout cela.

Le troisième concerto de Rachmaninov, œuvre géniale, réclame un soliste à sa taille, et nul ne peut douter que ce soit le cas ici. Denis Matsuev malaxe le son dans une alchimie inouïe. Sa virtuosité atteint la musicalité la plus pure et l’expression la plus juste. A la fin du concerto on se dit que nul ne l’a joué à ce niveau, jamais… sauf lui. Effectivement l’on pourra me rétorquer finement que Matsuev a déjà réalisé des performances de cette même œuvre avec de nombreux chefs dont il faut citer Slatkin, Gergiev, Sladkovsky… Avec chacun Matsuev trouve un ton différent, engage un dialogue particulier. Pour l’instant, ces chefs remarquables n’ont pas sorti un DVD de ces "Live". Ici l’on retrouve une joute particulièrement captivante. Et le fleuret manié par le pianiste semble particulièrement aiguisé. Qui saura se mesurer à l’un de ses traits les plus scintillants ? Qui pourra rivaliser avec l’intensité de son propos ? Il faut le voir pour le croire. Conserver des images d’un prodige, on peut même dire un génie du piano, me semble indispensable pour tout mélomane dont la collection préserve l’art de l’oubli.

Il y aura le cadeau d’un bis où Denis se montre au sommet de son art : l’Etude-Tableau en La mineur opus 39 n°2.

En deuxième partie, : la Vocalise opus 34 n°14 (version orchestre) et la Symphonie n°3 en La mineur opus 44. Un très beau programme en vérité. Un DVD indispensable.

 

Jacques Chuilon

Paris, septembre 2020

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.