Jacques Deparis
Chercheur heureux et infatigable
Abonné·e de Mediapart

307 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mai 2022

Le drapeau Banderiste flotte, Place de la République

Paris en France. Samedi 21 mai 2022, le drapeau noir et rouge des partisans ukrainiens de Stepan Bandera, flotte sur la Place de la République au sein d'un rassemblement de soutien au peuple ukrainien. Au micro, un slogan :"Libérez Azov !"

Jacques Deparis
Chercheur heureux et infatigable
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme à de nombreuses reprises depuis le début de l'invasion Russe de l'Ukraine, ce samedi 21 mai, Place de la République à Paris, se tenait un rassemblement aux couleurs Bleues et Jaunes de l'Ukraine. En m'approchant de la place, un peu après 17h, une centaine de personne est présente autour d'une scène improvisée où une très jeune enfant au micro, chante ou récite des paroles que je ne parviens pas à comprendre de là où je suis. 

Arrivant au cœur du regroupement, la stupeur me saisit, j'identifie parmi les drapeaux ukrainiens, d'autres drapeaux, rouges et noirs que je n'avais jamais vus flotter lors de rassemblements précédents. Peu de gens sans doute, connaissent la signification de ces couleurs en Ukraine. Et je reconnais qu'à cet instant, je me mis à douter des connaissances que j'avais sur le sujet, en me disant :"Ce que tu penses savoir, ne provient après tout, que de ce que tu as pu en lire sur internet. Peut-être t'es-tu laissé embarqué par de la propagande...". 

Je décide alors d'en avoir le cœur net et m'approche d'une des personnes brandissant ces couleurs. Je la salue et lui demande quelle est la signification de ce drapeau. Elle me répond, sans ambages, avec un léger accent, qu'il s'agit du drapeau représentant le parti du célèbre Stepan Bandera. Personnage, qu'elle s'empresse de me décrire comme un héro de la lutte pour l'indépendance ukrainienne.

Ah ! Je n'avais donc pas été dupé par une propagande pro-Poutine. Cette personne, d'une trentaine d'année à peine, faisait flotter au vent de la Place de la République, les couleurs d'un parti fondé par un idéologue notoirement Nazi !

Mes tripes se nouent. Je la questionne de nouveau en lui demandant si elle n'était pas gênée du fait que Stepan Bandera fût un ardent collaborateur du régime Nazi et que lui et son parti s'était activement engagés dans le génocide des juifs en Ukraine. Elle réfute le fait de collaboration en assurant que Bandera avait combattu pour libérer l'Ukraine des Nazis et des Soviétiques. Pour la question du génocide des juifs, elle reste beaucoup plus évasive, de la gêne sans doute. Peut-être même de l'ignorance, me dis-je en m'éloignant après l'avoir saluée.

Au micro, la petite fille avait laissé sa place à un homme beaucoup plus âgé. Et si je n'avais pas bien saisi les paroles de l'enfant, celles de ce jeune homme étaient parfaitement audibles. Ce dernier interpelait tour à tour, Macron et Biden en les enjoignant de venir en aide au peuple ukrainien, en libérant "les héros du Bataillon Azov".

"Libérez Azov ! " Il entonna ce slogan une douzaine de fois en chœur avec la foule attroupée devant lui : "Libérez Azov ! "

"Libérez Azov !" Paris 21 mai 2022 © Jacques Parisdix

Je tourne les talons et quitte la place. Je suis dévasté. Je tente, tant bien que mal, de me raisonner en me disant que mon désarrois du moment, n'est rien au regard des horreurs de la guerre subies par ce peuple. Ce qui est indéniable, il n'y a pas de commune mesure. Pour autant, l'Histoire, elle, ne s'efface pas et je me dois, aussi, de faire la part des choses. Je le dois avant tout pour la mémoire de celles et ceux de ma famille exterminés dans les camps Nazis.

Bien qu'étranger à toutes tentations d'amalgames douteux, qui voudrait mettre un signe "égal" entre ces gens regroupés sur la Place de la République et les bourreaux qui ont participé de mon histoire personnelle ainsi qu'à celle de millions d'autres durant la dernière guerre mondiale, il reste néanmoins un fait avéré. Au XXIè siècle, un pays Européen, voue un culte national à un personnage, historiquement reconnu pour avoir collaborer avec le régime Nazi et ayant activement participé à la commission de crimes de guerre et de génocide. C'est un problème.

Dans un contexte de confusion extrême, du fait de la guerre engagée par la Russie, il serait bon que cette dimension "politique" soit considérée autrement que par le déni et par l'opprobre jetée sur celles et ceux qui, à juste titre, voudraient attirer l'attention sur ce problème. Car oui, une quelconque résurgence politique à l'échelle d'un pays, peu ou proue en lien avec l'idéologie Nazie, qui plus est en Europe, est inacceptable !

Bien que ne me faisant guère d'illusion sur la prise en compte de ce sujet, par les fins stratèges militaro-industriels qui nous dirigent, je garde une lueur d'espoir quant à une possible prise de conscience des peuples pour que cessent toutes formes de surenchères guerrières. La paix vaut toujours la peine d'être vécue.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux