Le NPA a répondu à l'appel de la France Insoumise et c'est tant mieux !

La marche du 23/09, à l'initiative de la France Insoumise aura rassemblée l'ensemble de la gauche, notamment le NPA, ce qui est à saluer. Je m'empresse de préciser que le NPA n'était pas là en soutien à la FI mais bien pour affirmer son opposition à la cohorte des mesures antisociales de Robin des Rois.

stand-npa-2309

 

 

 

 

 

 

 

Et il n'y avait pas que le NPA, les différents PC dont le PCF , Ensemble, Lutte Ouvrière, Nouvelle Donne, dissidents et ex-PS et bon nombre d'organisations syndicales, sans compter les innombrables associations dont Réseau Salariat, ATTAC ou la Fdt Copernic, ont tenu à marquer leur présence active. De quoi laisser présager la construction d'un large front de résistance face au déferlement des mesures, menaçant gravement la cohésion sociale et démocratique à tous les niveaux.

L'heure n'est plus à la tergiversation, à l'invective ou à la provocation, comme on a pu le constater et le déplorer dans l'article et ses commentaires, relatant la mobilisation de samedi.

La "rue" précédera quoi qu'il arrive l'instant politique qui décidera de l'après Macron et qui souhaitons-le, mettra définitivement hors-jeu les tenants et prétendants nombreux à cette politique mortifère. Nous sommes sur le point de basculer en démocrature, du seul fait que la France est le dernier principal bastion des conquêtes sociales du siècle dernier.

Et si notre modèle social a été sérieusement émoussé depuis trente ans, il en reste des fondamentaux insupportables pour les réformateurs ultra libéraux de l'UE et le Medef Sans Frontières.

Il n'y aura pas de convergences compromettantes à gauche, pour autant que l'objectif de mettre un terme à l'offensive libérale soit commun. Nous sommes forts de nos luttes passées et de nos conquêtes anticapitalistes, ne les abandonnons pas au moment où elles sont à l'aune d'être définitivement rayées de nos institutions. Défendons-les et surtout faisons en sorte qu'elles soient prolongées et étendues au point de servir d'ancrage à un élan universaliste.

La France Insoumise n'est pas rétive à être plus encore marquée à gauche, ni du côté des militant-e-s ni du côté des initiateurs de ce mouvement.  Mais le temps est compté et il ne tient qu'à celles et ceux qui le vilipende, d'y prendre part de manière offensive pour faire de ce mouvement un ensemble cohérent dans son émancipation au capitalisme.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.