Audiovisuel Public : "La Sanction"

Le journalisme en danger !

Il semblerait que certains médias se soient comporté, dirons-nous de manière inconsidérée, durant cette campagne électorale. Sans bien entendu provoquer une once de réprobation (publique) de la part des confrères dont l'éthique est à toute épreuve. Il ne fait par contre aucun doute qu'en coulisse, les boîtes mail, fax, combinés et cartes Sim, ont dû chauffés, tant le courroux provoqué était grand. 

D'ailleurs, la gène était palpable sur les plateaux TV dimanche soir, les mines étaient comme vitrifiées. Véritablement trahis par les leurs, on sentait presque la honte envahir les regards perdus de ces professionnels de l'information, leur douleur traversait l'écran. Évidemment, ils sont allés au bout de leur mission, ils ont fait le "job" la gorge serrée, les yeux mouillés et la mâchoire crispée mais ils l'ont fait ! Avec honneur et dignité.

Une profession entière consternée, violemment stigmatisée par les agissements sournois de certains. Les chiffres étaient tombés, affligeants, d'une insoutenable cruauté. La haute autorité, en publiant sciemment ces chiffres, savait qu'elle provoquerait un tollé mais comment l'en blâmée ? Il fallait trancher dans le vif et sanctionner lourdement les auteurs de ces actes odieux, l'honneur et la crédibilité d'une profession était en jeu.

Le pire était à venir, l'occasion était trop belle, ayant pris connaissance du communiqué de la Haute Autorité, le tout puissant syndicat qui fait régner la terreur à tous les étages de la hiérarchie, prit la décision de publier à son tour un communiqué, qui allait ajouter l'humiliation à la douleur déjà endurée.

Je vous laisse mesurer la teneur abjecte des propos diffusés :

 

* "Les dirigeants de France TV complices de la montée du Front National

Consternation et sidération à la lecture des rapports du CSA sur les temps de paroles politiques en cette période électorale ! France 3, la chaîne de service public « préférée des Français », a tendu le micro au Front National de façon éhontée : sur la période examinée par le CSA, qui court du 10 février au 21 mars, les chiffres montrent une surreprésentation du Front National et un déséquilibre total pour les autres partis.

Jusqu’à 48% des temps de parole pour le FN ! Sur France 3, le FN bénéficie de 29% des temps de parole au 14 mars. On a compté jusqu’à plus de 48% la semaine précédente !!!

Mais comme il faut bien respecter l’équité jusqu’au 21 mars, un pseudo équilibre se fait la dernière semaine, in extremis, pour aboutir sur toute la période à 17% pour le FN, mais 3,9% pour EELV – 4,85 pour le Parti de Gauche – 4,79 pour l’UDI, carrément rien pour le MoDem, le NPA, le Parti radical – 33,84 pour le PS et 30,12 pour l’UMP.

A l’issue du 1° tour des municipales, le FN, qui a déposé en tout 585 listes, représente 4,7% des voix dans les villes de plus de 1000 habitants. »

Alors monsieur le président de FTV, messieurs les directeurs et sous-directeurs de l'information, messieurs les rédacteurs en chef etc… nous osons espérer que la réapparition du Front National au niveau municipal dans le pays vous interpelle, comme elle choque une majorité des citoyens et des républicains.

Le problème, c'est que vous portez une lourde responsabilité dans ces résultats, en ayant omis de veiller au pluralisme dont vous devez pourtant être les garants. Vous trahissez par votre désinvolture le travail des journalistes de terrain qui, eux, se soucient au quotidien de l'équilibre et de l'éthique de leurs reportages.

Vous méprisez les citoyens en ne leur offrant pas une information permettant de faire des choix politiques éclairés, vous bafouez la mission de service public qui nous est dévolue.

Nous, salarié-e-s de France TV et aussi téléspectateurs payant la redevance, nous vous exprimons notre colère, notre honte d'être de fait assimilés à une chaîne qui fait le lit de l'extrême droite, en ayant accordé une visibilité au FN disproportionnée par rapport à son implantation municipale. Nous vous demandons des explications et attendons un changement rapide de cap. »

Vous noterez la cynique injonction de la dernière phrase, elle résume à elle seule le calvaire que vont devoir endurer les équipes en place. On ne le rappelle jamais assez, cette profession expose ses acteurs à des risques considérables, que l'on ne mesure pas forcément lorsque l'on regarde nos écrans. Pensez-y !  

 

* Communiqué de la SNJ CGT

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.