Jacques Edouard CAMBON
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 oct. 2014

Jacques Edouard CAMBON
Abonné·e de Mediapart

Se désintoxiquer de la consommation, nouvel opium du peuple?

Jacques Edouard CAMBON
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

<Alors que les politiques d'austérité frappent tous les peuples européens, avec plus ou moins de brutalité du sud au nord, nous peinons à mobiliser une population apathique. Manque d'information (ou trop plein d'informations futiles, ce qui revient au même) dira-t-on ? Peut-être, en partie, mais à défaut de connaître les informations en détail, nous sentons tous que « ça va mal » et que la situation va continuer à se dégrader. Bien entendu on nous rabâche que c'est inéluctable, mais comment comprendre que 99% de la population accepte que les revenus des 1% les plus riches augmentent de plus en plus vite, alors que leurs revenus à eux baissent ? Pensent-ils donc tous pouvoir passer à travers les gouttes et que ce sont « les autres » seuls qui paieront ?>

Car il y a ce sentiment, diffus et pas toujours conscient, que le capitalisme à réussi à instiller dans nos esprits : la solution est dans le chacun pour soi ! Pendant des dizaines d'années les dirigeants politico-affairistes ont méthodiquement démoli nos solidarités sociales, professionnelles, familiales au moyen d'une drogue terriblement efficace : la consommation. Consommer est un acte à la fois individuel et concurrentiel : il faut avoir toujours plus en valeur absolue, mais aussi plus que l'autre. Et pour consommer plus il faut gagner plus, donc accepter plus de servilité et surtout moins de solidarité. Et tant pis si l’histoire des luttes sociales nous enseigne le contraire, tant pis si chacun sait que diviser est la plus sure façon de régner : nous avons maintenant besoin de notre drogue, surtout au moment où elle devient plus difficile à obtenir, et nous ne sommes plus en état de réfléchir.

Nous avons profité pendant des décennies d'un partage des richesse excluant une grande partie de la planète, ce qui permettait aux employeurs d'acheter notre adhésion, à nous salariés des pays « avancés », en nous faisant « bénéficier » de cette consommation de masse. Mais aujourd'hui où les multinationales ont choisi de produire dans les pays « moins avancés » où ils peuvent réaliser des marges supérieures, ils leur faut commencer à « droguer » ces peuples pour qu'ils acceptent leur système. Et comme le  gâteau n'est pas extensible à l'infini, c'est nous qu'ils doivent sevrer par l'austérité. Nous sevrer, mais partiellement, car il leur faut maintenir notre addiction pour éviter que nous ne rejetions le système capitaliste. D'où le paradoxe d'une publicité agressive et omniprésente, mais incapable de faire face à une régression sensible du pouvoir d'achat de la majorité des citoyens.

Alors faut-il simplement attendre que le système s’autodétruise ? Que notre frustration nous pousse tous ensemble dans la rue ? Peut-être, mais contre qui ? N'oublions pas que déjà les partis d’extrême droite, ces supplétifs du capitalisme, ont désignés les boucs émissaires pour détourner notre révolte des vrais coupables, les maîtres de la finance et les politiciens qui servent leurs intérêts. La politique du pire est dangereuse pour la démocratie. Sans doute n'en sommes nous pas encore au niveau de détresse du peuple grec, mais nous voyons bien que chez eux, les deux réalités cohabitent : le fascisme xénophobe d'« Aube dorée » et l'utopie autogestionnaire en marche à Exarcheia.

Alors que faire aujourd'hui pour être prêts à basculer du « bon » côté lorsque la brutalité de l'austérité nous poussera enfin à agir ? Imaginer un système politique différent, démocratique (ou au moins plus proche de la démocratie) pour donner le cap ? Ou bien agir dès maintenant concrètement dans des luttes ponctuelles, dans la mise en œuvre d'alternatives locales pour préparer le terrain du changement ? Les deux sans doute, mais quel dosage subtil pour mobiliser les uns sans effaroucher les autres ?

Je crois que l'immense majorité de nos concitoyens est capable d'accéder à un niveau de conscience politique suffisant pour comprendre les méfaits du système capitaliste, mais à condition de sortir de l'égoïsme béat dans lequel la propagande consumériste l'a enfermée. Il faut prendre chacun au niveau politique où il se trouve actuellement. Et si son niveau d'égoïsme (qualité selon les penseurs capitalistes, ne l'oublions pas) est trop fort, montrons lui son intérêt égoïste à changer son mode de consommation à lui. Au travers de la recherche de produits locaux de qualité ou d'une énergie moins polluante il améliorera sa qualité de vie, et rencontrera d'autres personnes animées du même souci. Progressivement il prendra conscience, si on l'aide un peu, que sa démarche est à contre-courant de l’ultra-libéralisme ambiant, et qu'il faudra changer le système.

Pour l'aider, il faut précisément que ceux qui en sont déjà persuadés continuent à travailler au seins de leurs cercles, politiques ou associatifs, pour proposer des pistes (j'insiste sur le pluriel, il n'appartient à personne d'imposer au peuple sa formule démocratique préfabriquée), mais militent aussi dans le cadre des alternatives de transition avec un souci constant de pédagogie.

Cette démarche peut sembler trop longue, mais on ne se désintoxique pas de plusieurs décennies de propagande et de publicité, surtout quand elle continue dans tous les média dominants. Et puis, l'avidité des dirigeants politico-affairistes nous amènera peut-être à la rupture plus vite que nous ne le croyons...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau