Jacques Hulu
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2020

Éric Dupond-Moretti : Ses passions qui peuvent faire grincer des dents !

Éric Dupond-Moretti est sans aucun doute le plus médiatisé des avocats français. Cet homme de loi a représenté plusieurs clients célèbres, comme le roi du Maroc Mohammed VI, Bernard Tapis, Karim Benzema ou plus récemment Patrick Balkany.

Jacques Hulu
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il cumule à son « palmares » 145 acquittements, ce qui lui a valu le surnom d’Acquittator. Il connait donc parfaitement son métier et les rouages des tribunaux. C’est sûrement la raison pour laquelle le premier ministre Jean Castex a décidé d’en faire le nouveau Garde des Sceaux de son gouvernement. Ce qui a fait grincer beaucoup de dents.

Ici, on ne va pas parler de politique, ni des problèmes de conflit d’intérêt qui touchent actuellement le ministre de la justice, mais de quelques-unes de ses passions privées, dont certaines agacent ses détracteurs…

L’amour des belles choses

Il ne s’en cache pas, Acquittator est un bon vivant, qui se définit lui-même comme un « anarchiste épicurien ». Considéré comme l’un des meilleurs avocats de France, il s’est bâtit un patrimoine financier forcément intéressant, qu’il rechigne à dévoiler. Il indiquait d’ailleurs, il y a quelques semaines, que même ses enfants ne savent pas ce qu’il gagne, et qu’il n’aime pas la transparence…

Quoi qu’il en soit, on sait qu’il gagne suffisamment pour assouvir sa passion des belles montres. Il possède une collection très complète, avec une Rolex à 20 000 €, une F.P Journe Souverain plutôt rare aux alentours des 35 000 €, une Jaeger-LeCoultre très luxueuse à 71 000 € en boutique, une Patek Philippe estimée à 75 000 € et bien d’autres tocantes toutes aussi splendides les unes que les autres. C'est le site internet "Le Calibre" qui a recensé sa collection et qui en a fait une vidéo


>>>> Voir la vidéo ici <<<< 

Des passions pas très écolos…

Son penchant pour les belles montres ne dérange absolument personne, l’avocat de 59 ans a travaillé dur et il est libre d’utiliser son argent comme il le souhaite. D’autres passions sont en revanche beaucoup plus controversées, c’est notamment le cas de la corrida.

Le pénaliste est en adoration devant ce qu’il définit comme « un art ». Il explique qu’il n’a pas à s’excuser d’aimer la corrida, qu’elle est un droit, et il traite les anti-corrida d’ayatollahs hypermoralisateurs…

Les amoureux des animaux et les écologistes ne sont pas au bout de leur peine, puisque l’avocat français est également un fervent défenseur de la chasse. Il signait il y a quelques semaines, la préface du livre de Willy Shraen, le président de la Fédération nationale des chasseurs. Encore une fois, il accuse les anti-chasse d’être « des ayatollahs de l’écologie », des « illuminés » et des « intégristes ».

À l’heure où l’écologie et le bien-être animal sont sur toutes les lèvres, Eric Dupond-Moretti apparait pour ses détracteurs comme l’homme d’un vieux monde qu’il est urgent de transformer. Ses premières semaines en poste au Ministère de la Justice sont plutôt mouvementées, nul doute qu’on entendra parler régulièrement du garde des sceaux dans les mois à venir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie