jacques jedwab
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 août 2015

jacques jedwab
Abonné·e de Mediapart

En défense de Jacques Sapir

jacques jedwab
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jacques Sapir a mis les pieds dans le plat, et a ouvert un champ nouveau à l'appréciation politique de la situation actuelle. Il préconise, pour sortir de l'Euro, une vaste alliance qui regroupe toutes les forces qui sont contre la monnaie unique, soit des forces de gauche, des souverainistes de droite et le FN.
Jacques Sapir met au poste de commande la question de la sortie de l'Euro. En lui donnant une priorité politique, il change la donne.

D'une part il fait passer la lutte défensive contre les effets du néo-libéralisme et son cadre européen, telle qu'elle est menée depuis des années à gauche, en une lutte offensive de reconquête de l'autonomie économique des états européens.
Ce qui implique une mobilité et une dynamique qui sous-entend que rien n'est fiché et que les acteurs peuvent évoluer.
Par ailleurs, il change la portée des questions politique : c'est la fin de la vision Terra Nova de la société, du combats pour des questions relativement marginales même si elles ont leur importance, et la mise en avant d'une question qui intéresse des masses énormes : à savoir la lutte contre un monnaie qui bénéficient à des privilégiés, au détriment des salariés dont le pouvoir d'achat n'a cessé de baisser. Outre la dégradation progressive des salaires directes, c'est la partie indirecte des salaires ( la partie de ce que paient les employeurs qui vient alimenter la Sécurité sociale, les retraites, les droits à la formation ) qui a le plus souffert, entraînant des effets d'austérité qui ont amené l'appauvrissement des institutions publiques, école et hôpitaux en première ligne.
Avoir nommé le Front National comme un allié vient rompre avec un mantra qui en fait le repoussoir absolu, dont le PS a usé et abusé. Mais, il faut regarder la vérité en face. En 2005, c'est l'alliance de fait de l'électorat frontiste, de l'électorat souverainiste, et de l'électorat de la gauche non sociale-démocrate qui a abouti au succès du non.

L'alliance entre la gauche non-sociale démocrate et le PS restait possible tant que le mythe de la nécessité de l'euro et de sa possible démocratisation restait un mantra partagé. Mais la situation actuelle, la démonstration de la nature de l'Euro-zone par la crise grecque et l'échec de la tentative de réforme pat Tsipras, ont amené une poussée de l'acceptation à gauche de la sortie de l'Euro.

Dès lors les choses prennent une autre tournure en Europe. Stefano Fassina, membre du PD, ancien ministre du gouvernement Monti, maintenant en rupture avec le gouvernement italien actuel, préconise la constitution de Fronts de Libération Nationaux, où pourraient se retrouver des partis de droite.

C'est clairement comparer la situation actuelle à celle qui précéda la libération du nazisme. Mais bien sûr la situation européenne et internationale est totalement différente. Cependant il y a, comme à l'époque, la nécessité d'une dynamique de rupture. L'affrontement est clairement posé : euro-philes contre sécessionnistes.

La question de qui est hégémonique dans le bloc de rupture est évidemment centrale, et varie suivant les pays. En France, la poids du FN est énorme, d'autant que la gauche non-socialiste est encore divisée sur la rupture.
A moins de deux ans de l'échéance présidentielle, elle devient dramatique. Que se passera-t-il à gauche si le second tour oppose Marine Lepen à Nicolas Sarkozy, Juppé, Valls ou François Hollande ? Nous aurons un affrontement entre ceux qui bénéficient de l'euro et ceux qui en pâtissent. Il est fort probable que ceux-là auront choisi leurs candidats dès le premier tour, et je ne pense pas que ce soit Hollande. Le thème FN=Nazi pèsera-t-il dans le choix, et une union républicaine contre le fascisme viendra-t-il au secours de l'euro, soit de ce qui réduit à la misère une bonne partie de la population européenne.

Le choix va être difficile, et le mérite de Sapir est de nous mettre la tête dedans.

Il est, à mon sens, fort probable, si un courant de sortie de l'euro conséquent apparaît à gauche, que le FN lui fera des ouvertures. Que se passera-t-il alors ?

À mon sens, pas d'autre choix à gauche que de peser en avançant une sortie de l'euro qui soit aussi une sortie de l'austérité et d'avancer vers des réformes tant économiques et sociales qu'écologiques de la société française. La compréhension de la situation et des problèmes à venir, en particulier de la nature de ce que sont aujourd'hui les alliances sont la clé d'une position offensive à gauche. Sapir a le mérite de nous obliger d'y penser.  

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac