Jacques Lacaze
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 sept. 2015

Jacques Lacaze
Abonné·e de Mediapart

MODIFICATION GENETIQUE DES EMBRYONS HUMAINS

Jacques Lacaze
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

JE PUBLIE CI DESSOUS DANS MON BLOG LA RÉPONSE FIGURANT SUR L'ARTICLE DE MICHEL DE PRACONTAL SUR DES TRAVAUX CONCERNANT LA MODIFICATION GÉNÉTIQUE DES EMBRYONS.

Bonjour. Un article dans une revue médicale en ligne (jim.fr) évoque le débat actuellement en cours dans ce qu'il est convenu de nommer la communauté scientifiques et concernant, je cite le titre: "La modification génétique des embryons pour doper les capacités cognitives fait débat". Bref le débat lancé par Monsieur de Pracontal. De très nombreuses réactions de lecteurs ont été sans la moindre explication censurées. J'ai décidé de publier cet article ci-dessous.

LES CITOYENS ONT LE DROIT IMPRESCRIPTIBLE DE PARTICIPER AU DÉBAT SUR CETTE QUESTION ESSENTIELLE. La censure de ce débat exige que MEDIAPART ET Mr de Pracontal expliquent pourquoi elle a été instaurée.

LA QUESTION EST: QUI A INTÉRÊT, ET POURQUOI, EMPÊCHER CE DÉBAT.

_________________________________________________________________________

Voici le texte:

Paris, le mercredi 23 septembre 2015 – Depuis plusieurs mois, un débat majeur agite la communauté scientifique du monde entier concernant la modification génétique des cellules germinales, voire même des embryons. On le sait plusieurs équipes à travers le monde, notamment aux Etats-Unis, en Chine et en Grande-Bretagne mènent des travaux dans ce sens  (une chercheuse britannique a récemment demandé le feu vert des autorités de tutelle pour pouvoir modifier génétiquement des embryons humains à des fins de recherche). Les nouvelles techniques d’édition du génome ou CRISPR (Clustered Regularly Interspaced Short Plaindromic Repeats) ont en effet contribué à élargir les perspectives en la matière et permettent d’envisager une "chirurgie" du gène à un stade très précoce pour éviter certaines maladies graves. Cependant, le risque de dérive inquiète plus que jamais et de nombreux scientifiques plaident depuis des mois pour l’instauration si non d’un moratoire, tout au moins d’une réflexion collective… ce qui n’empêche pas les projets de se poursuivre (comme en témoigne le récent exemple britannique).

La neuro amélioration dès le stade embryonnaire : la moitié des jeunes Chinois y sont favorables

C’est notamment la liberté des équipes chinoises qui interpelle. Alors que les premières évocations de tentatives de modifications génétiques de cellules germinales venaient de Chine, des chercheurs de l’Empire du Milieu ont récemment annoncé avoir réussi à augmenter les capacités cognitives de souris en modifiant la séquence de leur ADN. Voilà qui ouvre de nouveaux champs dans le domaine déjà très couru de la "neuro amélioration" et qui suscite de nouvelles interrogations et inquiétudes éthiques. Le spécialiste (entre autres) de ces questions le Dr Laurent Alexandre les évoque dans un article publié dans le Monde en revenant sur les différences observées selon les pays quant à l’appréciation de ces techniques de "neuro amélioration". Il cite ainsi une enquête à paraître de l’agence de communication BETC qui met en évidence que si 13 % des Français considèrent de manière favorable la possibilité d’augmenter le quotient intellectuel futur d’un enfant en agissant dès la phase embryonnaire, 39 % des Indiens et des Chinois se montrent séduits (et jusqu’à 50 % des jeunes Chinois).

Faut-il y croire ? Ces résultats montrent non seulement la diversité des opinions, mais suggèrent également une grande confiance dans ces technologies. La science pourrait-elle réellement améliorer le QI des enfants à naître, QI dont beaucoup considèrent pourtant qu’il est le résultat d’une conjonction de facteurs multiples, pas uniquement génétiques ? Pour le philosophe Nick Bostrom de l’université d’Oxford, cité par Laurent Alexandre, cela ne fait aucun doute : il prophétise qu’en agissant sur les gènes des embryons, soixante points de QI pourraient être gagnés au sein de la population d’un pays. Et Laurent Alexandre de conclure en citant ceux qui jugent que face à l’émergence de l’intelligence artificielle, l’homme n’aura d’autre choix que de recourir à ces techniques pour faire face aux machines !

Science ou fiction, ça reste à voir.

Léa Créat

________________________________________

Voir l'article du Dr Laurent Alexandre à l'adresse: http://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/05/18/distorsion-morale-sur-la-correction-du-genome_4635549_1650684.html

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicales
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol