Organiser deux primaires à gauche pour 2017

Si Hollande et Valls n'ont plus rien à voir avec la gauche, comment les gauches peuvent-elles s'organiser sans eux pour l'échéance de 2017 ? Un processus des primaires peut se mettre en place démocratiquement sur la base des deux orientations de ceux qui se présentent à gauche aux élections : une primaire de la gauche réformiste et une primaire de la gauche radicale.

De tous côtés on n'entend plus que cela : Hollande et Valls, notre président et notre premier ministre, et leurs ministres affidés, n'ont plus rien à voir avec la gauche. Si l'on entend par gauche, les partis politiques qui représentent les classes populaires et les classes moyennes salariées, qui défendent des valeurs d'égalité, de responsabilité écologique et de démocratie. 

Faut-il encore le démontrer ? Vallshollande mènent une politique économique et sociale ouvertement pro-patronale, dite politique de l'offre, qui se fonde sur des cadeaux fiscaux et sociaux aux patrons pour diminuer le chômage. Cela fait 30 ans, depuis les années 1980, que cette politique est menée, que le chômage augmente en France comme le montrent les expert-e-s emploi des "économistes atterré-e-s". Et ils continuent, pour dégrader les conditions des salariés au profit des patrons.

Un nouveau pas a été franchi, au delà de la politique économique, sur les valeurs démocratiques avec l'état d'urgence dans la Constitution, la discrimination entre "binationaux" et les autres par déchéance de nationalité ou la formation d'apatrides en France.

Du point de vue écologique, ce gouvernement est le jouet des lobbies, pétroliers et gaziers au moment de la Cop 21 ; de la grande distribution et des gros producteurs laitiers contre les propositions du Ministère de la Santé. Au point que même Nicolas Hulot a quitté le navire de la Hollandie  et ne souhaite pas aller dans un gouvernement remanié sous la houlette de Valls et Hollande.

On peut espérer que ces aventuriers de la politique que sont Hollande, Valls, Macron et consorts, se fracassent contre la droite classique qui ne voterait pas leur réforme constitutionnelle. Puisque que leur réforme dépend complétement des voix de droite, du fait qu'elle ne peut faire le plein des députés de gauche hors PS-tendance vive-la Hollandie.

Mais ce serait attendre passivement qu'ils se cassent la figure pendant que le FN progresse et que le néo-libéralisme le plus dur se prépare avec la droite au gouvernement et à la présidence en 2017, et avec un FN en embuscade.

Il faut donc de façon urgente que la gauche se réorganise pour cette échéance, sans Hollande et sans les membres de ce gouvernement de droite, que Juppé, s'il est élu est prêt à recycler dans sa future majorité présidentielle.

Comment ? En lançant non pas une primaire mais deux dans la perspective de la présidentielle et des législatives de 2017.

Une primaire de la gauche réformiste, sociale et écologiste, qui s'inscrit dans des réformes du système capitaliste favorables à l'électorat populaire dans le cadre des institutions actuelles : en gros, les socialistes du PS, hors les 5% de Valls, de Aubry aux frondeurs en passant par Montebourg; et la plupart semble-t-il des écologistes EELV autour de Cécile Duflot ; plus des citoyens et citoyennes concerné-e-s.

Une primaire de la gauche radicale, celle dont l'horizon est de dépasser le capitalisme, d'instaurer une société des biens communs, une économie écologique populaire et  démocratique : en gros le PG de Mélenchon, Ensemble, les PC pas liés au PS (les autres iront avec la gauche réformistes), d'autres encore, militants venant d'associations qui ont besoin d'un lien avec la représentation politique. Et toujours des citoyens-,es concerné-e-s.

Les deux gauches ont des traditions différentes, des visions différentes du monde. Mais, en éliminant Valls-Hollande et leurs affidés, ces deux gauches peuvent gouverner ensemble pour faire avancer notre société vers la transition écologique et sociale que nous souhaitons, en se préoccupant non des patrons mais des classes populaires et moyennes comme toute gauche devrait le faire...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.