Message des chrétiens palestiniens à Macron

Message des chrétiens palestiniens à Emmanuel Macron lors d'une rencontre dans l'église de Ste Anne à Jérusalem Est.

MESSAGE des chrétiens palestiniens à Macron !

M. le Président de la République,
Je vous remercie pour cette rencontre et pour tout ce que la France fait pour les chrétiens d’Orient et les chrétiens Palestiniens. Le soutien de la France pour les catholiques du Moyen Orient, et surtout pour le Patriarcat Latin de Jérusalem, date depuis longtemps et continue toujours pour le bien des chrétiens en Orient et pour la survie des catholiques en Terre Sainte.
Je suis un prêtre Palestinien, du Patriarcat Latin de Jérusalem. Je vis depuis 53 ans sous occupation militaire israélienne. Le sort des chrétiens est lié à celui des autres palestiniens qui continuent à attendre le jour où ils peuvent vivre librement dans leur état indépendant.
Le déclin du nombre des chrétiens est un souci constant. L’émigration des chrétiens est un vrai danger, pas seulement pour l’Eglise, mais pour tout le peuple palestinien. L’Eglise fait tout le possible pour maintenir la présence chrétienne, surtout par l’éducation. En Palestine, nous avons 70 écoles chrétiennes et d’autres institutions éducatives, un réseau de centres pour les plus vulnérables de la société (orphelins, handicapés, vieillards…), des hôpitaux, et d’autres associations pour l’aide économiques des chrétiens.
Nonobstant le travail énorme de l’Eglise, qui dépasse le petit pourcentage que représentent les chrétiens, il reste difficile de convaincre les jeunes à rester dans le pays. L’occupation militaire israélienne rend la vie des palestiniens intolérable. Le mur de séparation sépare les palestiniens de leur terre et des autres palestiniens, la colonisation illégale des territoires palestiniens continue, le siège sur la bande de Gaza dure depuis 12 ans avec un désastre humanitaire (et personne n’en parle !). M. le Président, ce siège rend Gaza la plus grande prison au monde à ciel ouvert ! Le nombre des chrétiens à Gaza a décliné de 3500 personnes à moins de 1000 en ces 12 ans. La vie devient impossible à Gaza.
Jérusalem, ville sainte pour trois religions, et centre national pour deux peuples, souffre l’exclusion : les Palestiniens chrétiens et musulmans n’ont plus le droit de venir à prier dans les lieux saints. Nous avons besoin d’un permit des autorités militaires pour exercer notre droit d’arriver aux lieux saints. Quand la ville est considérée par un seul peuple comme sa capitale, les autres deviennent des étrangers dans leur propre ville.
M. le Président, quand l’état est déclaré un état juif, les chrétiens qui vivent sur cette terre depuis plus de 2000 ans deviennent une minorité insignifiante, et non pas des citoyens à pied d’égalité avec les autres. Le futur des chrétiens en Terre Sainte dépend de l’application des principes du droit international et des valeurs de liberté et d’égalité.
En ces jours où on commémore les événements horribles de l’holocauste, on se demande sur la responsabilité de ceux qui sont restés muets en faces des horreurs de l’holocauste. J’espère que cette commémoration nous fasse réaliser l’importance de dénoncer toutes les injustices commises. Le silence pourrait être coupable.
Après l’holocauste, tout le monde dit, et doit dire : Jamais plus ! Oui, Jamais plus… pour personne. Merci.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.