TRUMP//APPLE /WWW.FABOOX.COM

Apple refuse d'aider Donald Trump et le Parti républicain

Apple refuse d'aider Donald Trump et le Parti républicain

Donald Trump, le candidat républicain à la présidentielle américaine.

 

L'entreprise n'apportera ni aide matérielle ni soutien financier au candidat républicain. Les firmes technologiques américaines sont traditionnellement neutres vis-à-vis de la politique.

 

Publicité

6d053843dfb516fd3ef35e626d5f7f15.jpg

Les plus belles plages d'EuropeJusqu'à -50%

Découvrir

D'ordinaire, face à la politique, les entreprises technologiques affichent une certaine neutralité, allant jusqu'à aider chaque chacun des camps politiques. Apple devrait briser cette tradition. Selon le magazine américain Politico, la firme ne soutiendra pas l'investiture de Donald Trump, et n'apportera aucune aide matérielle au candidat. En cause, les positions extrêmes du candidat républicain concernant notamment l'immigration, les femmes et les minorités.

«Apple a décidé de ne pas apporter d'aide technologique ou financière [au Parti républicain]», indique Politico, qui cite deux sources de l'entreprise. Or, les firmes technologiques ont pour habitude d'aider matériellement le Parti démocrate et le Parti républicain de manière équitable. Lors de la campagne présidentielle de 2008, Apple avait fourni aux deux camps près de 140.000 dollars de MacBook et autres technologies. Quatre ans plus tard, la firme avait également soutenu les deux camps en prêtant du matériel. Apple, qui refuse de commenter ouvertement cette information, n'indique pas de quelle façon il soutiendra la campagne d'Hillary Clinton, la candidate démocrate à la Maison-Blanche.

Trump avait appelé au boycott d'Apple

Apple se distingue donc des autres entreprises du numérique, qui apporteront leur soutien au meeting du Parti républicain qui se tiendra à Cleveland en juillet. Ce sera le cas de Google, «malgré l'opposition d'un groupe libéral et de militants pour les libertés civiles au sein de sa direction», précise Politico. Microsoft offrira des ordinateurs et des services, mais ne fera plus de don d'argent comme par le passé. Facebook prévoit quant à lui un soutien financier et matériel bien que son PDG, Mark Zuckerberg, se soit indigné des propos de Trump sur l'immigration. Seul Hewlett Packard, l'un des plus gros donateurs du Parti Républicain en 2012, se rallie à Apple sous la pression de militants du site ColorofChange.org.

De tendance libérale, l'industrie des technologies défend traditionnellement les idées démocrates. Mais l'arrivée de Donald Trump sur le devant de la scène politique a renforcé les clivages. Début mars, plusieurs grands patrons de Silicon Valley se sont réunis lors d'un forum pour préparer une risposte contre Donald Trump. Parmi eux figurent Larry Page, le cofondateur de Google, Elon Musk, le patron de Tesla, et... Tim Cook, le PDG d'Apple. Selon les données de Crowdpac relayées par CNN, seuls 52 directeurs d'entreprises technologiques ont financé la campagne de Donald Trump à hauteur de 21.000 dollars. Par comparaison, Bernie Sanders a reçu 6 millions de dollars de 33.000 donateurs, quand Hillary Clinton a perçu 2,6 millions de dollars de la part de 2000 donateurs.

Les entreprises de la Silicon Valley ne voient donc pas Donald Trump d'un bon œil... et inversement. Le candidat républicain reproche à Apple de fabriquer ses appareils en Chine, plutôt qu'aux États-Unis. En février, Donald Trump appelait au boycott des produits Apple, lequel refusait de déverrouiller l'iPhone d'un terroriste à la demande du FBI. Il dénonçait en particulier le système de chiffrement des données, empêchant un tiers de lire le contenu d'un conversation. «J'utilise un iPhone et un Samsung, mais si Apple persiste à ne pas aider les autorités, je n'utiliserai que Samsung», avait alors déclaré Donald Trump. Une menace qui risque désormais d'être mise à exécution...

micronav.png

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.