Jacques PICARD
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 janv. 2015

Jacques PICARD
Abonné·e de Mediapart

Cimetière de Wissous lundi matin : la condition humaine

Jacques PICARD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cimetière de Wissous

Lundi 5 janvier 2015 – 12h15

La condition humaine

Le ciel est si triste qu’un canard s’y pendrait… l’air est froid et humide. A 150 m dans ce confins de l’aéroport, toutes les 3 minutes, dans un long bruit assourdissant, les avions atterrissent et freinent, réacteurs en contre poussée. Déjà, quelques signes : paraboles, caméras et appareils photos en batterie, journalistes au calepin en bataille.

C’est ici qu’une très jeune enfant, la jeune Maria Francesca Ruset, née en France le 14 octobre et décédée dans la nuit du 25 au 26 décembre 2014, va être inhumée. Pour être plus précis, je devrais dire une très jeune enfant « Roms » pour décrire la situation. Rom : tout est dit. La lie de la société, le ban, la menace. Sa famille – présente en France depuis 8 ans - habite un bidonville à Champlan. Le maire de cette ville a tenté d’empêcher son enterrement dans le cimetière communal. C’est donc dans la ville d’à côté, Wissous, que cet enterrement est organisé ce matin. C'est là que j'ai décidé d'être présent, comme élu, avec mon écharpe tricolore.

Le Maire de Champlan a un nom : Christian Leclerc. La presse de ce matin retrace bien, malgré ses dénégations et sa réécriture de « dysfonctionnements qu’il assume en tant que Maire… », ce qu’il s’est autorisé : fouler au pied la douleur d’une famille, continuer la relégation, la stigmatisation, jusqu’au non respect des morts. Dénuant jusqu’à ce point ultime à cette population la parcelle d’humanité.

Longue attente du corbillard. Les militants du soutien au quotidien des familles Roms sont là. Je sais qu’il assure le front au jour le jour de la solidarité, de la lutte contre les maires et l’état expulseurs. L’état dont l’unique politique est la diffraction de mois en mois des camps installés qui se reforment aussitôt ailleurs. J’ai le souvenir d’avoir vécu, pour le camp d’Ormoy, la pire manifestation de ma vie, appelée il y a deux ans par les maires des communes du sud de Corbeil-Essonnes. Un camp protégé par les gendarmes, les élus en soutien à peine physiquement respectés. Le président du collectif Rom Essonne au bord d’être battu. La lutte avec les mots, pied à pied…

Ces militants me remercient d’être là et m’assurent que c’est important. A vrai dire, seuls quelques élus ont fait le déplacement.

Que dire, qui suis-je pour être là avec mon écharpe tricolore, représentant un parti, des militants, fragment de chair et d’os d’une république qui n’aurait pas abdiqué de ses valeurs fondatrices. Témoin d’une nouvelle digue qui cède. A la presse, quelques mots sobre : parce que nous sommes humains, je viens témoigner de la compassion à la famille. Dire que la république ce n’est pas cela.

Dire que, trop c’est trop, une nouvelle étape a été franchie. Se demander quelles sont les abdications successives des autorités qui légitiment un maire (ayant reçu la légion d’honneur) a entrer à ce niveau d’un mécanisme d’exclusion : celui qui conduit à ne pas respecter le tabou de la mort d’un enfant.

Me reviennent le discours de Grenoble, l’identité nationale manipulée, un groupe humain stigmatisé. Me reviennent aussi les propos d’un premier ministre (qui se refait ce matin par un tweet une virginité à bon compte) qui classe les Roms en tant que groupe « inassimilables ».

Le corbillard arrive. Les cris de la mère déchirent l’air. Ils sont une trentaine, ces Roms. Ils sont identifiables : les habits de la pauvreté et du froid, la longue fatigue dans le regard de ceux pour qui le quotidien est survie. Les enfants pleurent à tour de rôle. « Viens jusqu’à la mise en terre » me disent les militants, il faut témoigner par ta présence.

Echarpe tricolore devant la douleur. Petit cercueil blanc posé dans la fosse. Roses dérisoires jetées sur le cercueil par la cinquantaine de personnes présentes. Dans un car délabré, les familles repartent

France 3 est là. Nous avons fait le choix de ne pas faire de « politique », disent-ils. Pas d’interview. C’est pourtant bien le cœur de la « vie de la cité » qui est en cause aujourd’hui.

Ce soir sur Champlan, le froid est glacial. C’est au chaud que j’écris.

Jacques Picard
Conseiller régional EELV d’Île-de-France
Corbeil-Essonnes

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot