Les étapes de la gestation d'un bébé nous parlent de l'évolution de l'humanité

En faisant ce parallèle entre l'évolution du fœtus et l'évolution de l'humanité, Charles Eisenstein et Stanislov Grof nous font un cadeau, que je vous laisse découvrir à la fin de ce billet.

 Je vais d'abord vous raconter une première histoire, en quatre étapes :

1) Il était une fois quelques cellules lovées dans l'immensité sans limite de l'utérus.
Paix, calme, confiance, joie, bonheur, en unité avec l'univers.

2) Quelques mois plus tard, le fœtus atteint les limites de l'utérus.
Il est enfermé. Il n'y a pas d'issue.
Et les contractions commencent.
Peur, panique, angoisse, désespoir. C'est l'enfer.        

3) Tout à coup, c'est la rupture de la poche des eaux. Les contractions redoublent.
Le fœtus est un état transitoire de l'être humain.
Le col s'entrouvre. Il y a peut-être une issue.
Les contractions le poussent violemment dans le tunnel.

4) Tout à coup, le bébé est expulsé, puis se met à respirer.
C'est la naissance ! Le cordon est coupé.
Peau à peau avec sa maman, amoureuse de son bébé.
Il cherche son sein, et se met à téter, tout en unité avec elle.

 

Et voici une deuxième histoire, elle aussi en quatre étapes :

1) Il était une fois quelques humains lovés dans l'immensité sans limite de la Terre.
Paix, calme, confiance, joie, bonheur, en unité avec l'univers.

2) Puis les humains sont de plus en plus nombreux, et ils inventent l'agriculture.
Ils ont peur de manquer, peur du vol, peur des mauvaises récoltes, peur de la famine.
Alors ils veulent tout contrôler, ils exploitent la Terre férocement.
Ils se croient séparés de la Terre, de la Nature, des animaux, des plantes.
Ils se croient séparés les uns des autres.
Ils ne voient pas qu'ils mettent leur vie en danger.
Les humains sont enfermés sur cette toute petite planète. Il n'y a pas d'issue.
Et les catastrophes commencent.
Peur, panique, angoisse, désespoir. C'est l'enfer.

3) Les catastrophes se multiplient : incendies, inondations, tempêtes, ouragans, crises économiques, accidents de centrales nucléaires, famines, épidémies, bagarres pour survivre.
Cette humanité fœtale est transitoire.
Mais il y a peut-être une issue.  
Beaucoup se cramponnent à leurs illusions de Terre infinie, à exploiter infiniment.
Mais quelques-uns découvrent de nouveaux chemins.

4) Ça y est, voici la naissance d'une nouvelle humanité !
En rupture avec l'humanité fœtale.
En unité avec la Terre, en unité avec la Nature.
Cette humanité et la Terre ne font qu'un, une Terre vivante, maternante, consciente, aimante.

 

(inspiré par Charles Eisenstein, Stanislov Grof, Yvan Amar, Sri Aurobindo)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.