Devenir de notre planète : ce qu'on sait et ce qu'on ne sait pas

Pour y voir clair, je propose d'examiner séparément les phénomènes progressifs et les évènements soudains. Par exemple, un immeuble se délabre progressivement, et s'écroulera soudainement ; un fœtus grossit progressivement, et naitra soudainement ; des plaques tectoniques glissent progressivement l'une sur l'autre, et un séisme se produira soudainement.

Un phénomène progressif est passé et présent, et de ce fait, il est connu. On peut l'observer, l'étudier, et à partir de cette étude, on peut imaginer qualitativement le futur de ce phénomène, et on peut tenter de quantifier cette évolution. Par exemple, on sait qu'un immeuble qui se délabre progressivement s'écroulera un jour ; ou bien, on sait que l'extraction de ressources finies se terminera un jour.

Notre planète est actuellement soumise dans son ensemble à trois phénomènes progressifs majeurs : la destruction progressive des biotopes (dont le nôtre), le réchauffement climatique progressif, et l'épuisement progressif de toute matière extraite du sous-sol (pétrole, charbon, gaz, minerais de métaux, ...).

Un évènement soudain, résultat d'un ou plusieurs phénomènes progressifs, comme l'écroulement d'un immeuble, la naissance d'un bébé, un séisme, arrivera sûrement, mais le moment où il arrivera est tout à fait imprévisible.

Quels types d'évènements soudains ont aujourd'hui une importance planétaire ? Par exemple, un krach boursier mondial comme en 2008, un accident de centrale nucléaire comme Tchernobyl ou Fukushima, un attentat comme celui du World Trade Center.

Le prochain krach boursier mondial, le prochain accident nucléaire, le prochain grand attentat arriveront dans les prochaines années, mais on ne sait pas quand.

Pour étudier l'évolution et le devenir de notre planète, on la considère comme un système complexe, c'est-à-dire un tout constitué d'éléments reliés par des liens d'interdépendance, qui diminuent ou amplifient les phénomènes.

Voici des exemples de liens de dépendance : la hausse du prix du pétrole entraine l'augmentation progressive des prix de la nourriture, ou bien : la hausse du prix du pétrole peut entrainer un krach boursier, ou bien : la vétusté des réacteurs nucléaires peut entrainer un accident de refroidissement qui entraine un accident nucléaire, ou bien : des températures trop élevées provoquent une baisse des rendements agricoles, qui peuvent provoquer des famines.
Il existe aussi des causalités en boucle : la fonte de la cryosphère (banquise, sols gelés en permanence, glaciers) entraine une libération de méthane qui entraine une augmentation de l'effet de serre qui accroit la fonte de la cryosphère.

L'évolution d'un système complexe dans le temps, comme notre planète, est caractérisée par des phénomènes progressifs, ET par des évènements soudains.

Alors, à la lumière de ces préalables, que peut-on dire du devenir de notre planète ?

Il est important de voir clairement ce qu'on sait et ce qu'on ne sait pas.

On sait que les phénomènes progressifs vont continuer de se produire, et que la situation globale va progressivement s'aggraver, mais on ne sait pas à quelle vitesse.
On sait que certains phénomènes progressifs peuvent provoquer tels évènements soudains, mais on ne sait pas quand se produira tel ou tel évènement soudain.
En particulier, on ne sait pas du tout quand le système de notre planète en sera à telle ou telle phase de son effondrement, on n'en connait pas les circonstances, on ne sait pas comment l'humanité traversera ces tempêtes.

Là, on quitte le domaine des faits, et on peut entrer dans le domaine de l'imagination de récits, d'histoires, d'épopées des aventures de l'humanité en train de traverser les tempêtes, en train d'inventer de nouveaux modes de vie ensemble.

Ces récits peuvent nous aider à anticiper, à nous préparer à l'aventure de la traversée.

 

(Sources : Aurélien Barrau, Arthur Keller, Charles Eisenstein, Pablo Servigne, Yves Cochet)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.