Comment peut-on se représenter la santé ? Attaque - défense ? Intox - détox ?

Une représentation de la santé, c'est l'idée que JE m'en fais (c'est alors personnel), ou c'est l'idée que NOUS nous en faisons (une idée partagée). Ce n'est pas du vrai sur la santé, c'est du peut-être vrai, du vrai partiel. Une représentation nous aide à comprendre, et elle guide notre action.

La représentation "attaque - défense" est la plus classique. Elle nous vient de Louis Pasteur (il y a environ 150 ans). Dans cette représentation, qui attaque ? Ce sont des microbes (bactéries et virus). Et quelle est la défense ? Ce peut être la personne elle-même, par son système immunitaire, ce peut être aussi un vaccin ou un antibiotique.

Dans cette représentation, si je suis attaqué, je suis passif dans cette attaque, je ne suis pas responsable de ce qui m'arrive, c'est la faute à pas de chance. Si je prends des médicaments prescrits par un médecin, ou si je compte sur l'action d'un vaccin, je suis aussi passif dans ma défense.

Quand un agresseur attaque une personne, il y a deux types d'actions possibles : agir sur l'agresseur (l'affaiblir, le contrôler, ou le tuer), ou/et agir sur la personne attaquée. Qui agit sur cette personne ? Elle-même ou une autre personne, un médecin par exemple. Comment une personne se défend elle-même contre un agresseur ? Par son système immunitaire. On peut tout à fait prendre une part active à veiller à la bonne santé de son système immunitaire. Notons que nous sommes partiellement constitués de bactéries (environ 1 kg pour un adulte), qu'elles constituent une part de notre système immunitaire, et que nous sommes dans une sorte de symbiose avec ces bactéries (une vie d'entraide ensemble).

La représentation "intox - détox" est à la fois très ancienne (par exemple, l'ayurveda, médecine traditionnelle indienne), et aussi contemporaine, dans des médecines alternatives. Citons par exemple les travaux désormais classiques du Docteur Jean Seignalet (L'alimentation ou la troisième médecine, 1e édition en 1996, dernière en 2012, environ 800 pages).

Dans cette représentation, on s'intéresse à des flux de matières toxiques qui entrent dans le corps (par la bouche, le nez, la peau), ou qui deviennent toxiques dans le corps (par exemple, des aliments mal digérés), qui y passent, y stagnent, en sortent ou y restent. Un état de bonne santé, c'est quand le corps arrive à éliminer tout ce qui doit l'être (par la peau, l'expiration, l'urine, les selles), c'est quand le corps est dans un état d'intoxication modérée et stable. Un état de mauvaise santé, c'est quand le corps n'arrive plus à éliminer suffisamment, il est débordé, ce qui entraine que des toxines restent stockées par exemple dans les articulations, les muscles, l'intestin, le foie, les graisses, le cerveau.

La représentation "intox - détox" me permet d'être responsable de ma santé, je suis      actif : en m'intoxiquant moins (par exemple en prenant soin de mon alimentation), en étant vigilant sur mon état d'intoxication (être attentif aux symptômes, ne pas les étouffer), et en me désintoxiquant plus. En somme, cette représentation m'aide à prendre en main ma santé.

 

Il n'y a pas à choisir entre ces deux représentations, elles sont compatibles, et complémentaires. Une représentation de la santé n'est pas du vrai sur la santé, c'est du peut-être vrai, du vrai partiel. On peut tout à fait avoir deux angles de vue sur un même objet. Ces angles de vue sont des outils qui servent à comprendre et à agir, et c'est ainsi qu'ils sont utiles.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.