La Mètis des Grecs

Tsipras joue au "Peut-il me perdre ?" (Lacan). Et  l’Allemagne, hégémon de l’Europe, a répondu: oui. 

            Depuis lors, l’hégémon du monde libre s’est réveillé, et il tape du poing sur la table : Uncle Sam, lui, ne veut pas perdre la Grèce. On ne saurait en douter depuis la dernière dépêche de l’Agence Reuters ce 8 juillet : « The Obama administration warned Europe on Wednesday that allowing a financial and economic meltdown in Greece would be a geopolitical mistake. U.S. Treasury Secretary Jack Lew said he has been in constant contact with European officials regarding a Greek debt crisis that threatens to lead Athens to exit the euro zone and increase hardship for the Greek people. "There's a lot of unknowns if this goes to a place that completely melts down in Greece," Lew said. "I think that unknown is a risk to the European and global economy ... I think it's geopolitically a mistake." »

            Tsipras sauvé par Obama ? la gauche de la gauche protégée et promue par l’impérialisme américain ? Ruse et rire de la Raison. Nous verrons dimanche si les Européens consentent enfin à se faire tondre.

            Je songe à l’anecdote sur Balzac que Baudelaire rapporte sous le titre si amusant : « Comment on paye ses dettes quand on a du génie. » Réponse : on les fait payer par d’autres.

            Personne ne dit que les Grecs sont les plus économes, mais il se pourrait qu’ils soient les plus malins.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.