jamesinparis
"Où l'esprit ne déracine plus mais replante et soigne, je nais. Où commence l'enfance du peuple, j'aime." René Char
Abonné·e de Mediapart

113 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juin 2013

Article sur Qosmos et la Syrie dans le Parisien : Mise au point

jamesinparis
"Où l'esprit ne déracine plus mais replante et soigne, je nais. Où commence l'enfance du peuple, j'aime." René Char
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Syrie et Libye : des logiciels espions made in France

Les entreprises Qosmos et Amesys sont soupçonnées d’avoir fourni du matériel d’espionnage aux deux dictatures. Un ex-salarié témoigne.

Élisabeth Fleury | Publié le 18 juin 2013, 07h00


Charenton (Val-de-Marne), hier. James Dunne a dirigé la documentation technique de Qosmos. Lorsque la presse a affirmé que les programmes sur lesquels il a travaillé auraient été fournis à la Libye et à la Syrie, c’est lui qui le premier a tiré la sonnette d’alarme. (LP/Philippe Lavieille.)

Il y a quinze jours, Edouard Snowden, ancien membre de la NSA (Agence nationale de sécurité américaine), divulguait l’existence d’un programme de surveillance numérique mondial, Prism, géré par les Etats-Unis. Hier, sur la base de documents subtilisés par Snowden, le « Guardian » révélait que la Grande-Bretagne, en 2009, avait espionné tous ses invités du G8. Aujourd’hui, dans nos colonnes, c’est au tour d’un ancien salarié de la société française Qosmos de jeter un pavé dans la mare. James Dunne raconte comment, durant des années, il a travaillé sans le savoir à des systèmes destinés à permettre à deux dictatures sanglantes d’espionner massivement leurs populations.

Deux enquêtes pour « complicité de torture »



Le programme Eagle, vendu jusqu’en juillet 2008 à la société française Amesys, était destiné à la Libye de Kadhafi. Le projet Asfador, fourni à la société allemande Utimaco à partir de début 2010, avait pour client la Syrie de Bachar al-Assad. Dans les deux cas, il s’agissait de passer au crible l’ensemble des informations circulant sur le Web de ces pays avec, pour objectif, la traque des opposants. Il aura fallu le Printemps arabe et la pression des médias pour que Qosmos mette fin au programme Asfador. Ses relations avec la société Amesys étaient alors rompues depuis deux ans.
Saisie par la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), la justice a ouvert deux enquêtes pour « complicité de torture ». L’une, portée par deux juges d’instruction, cible la société Amesys et ses activités en Libye : les 25 et 27 juin, les magistrats entendront des opposants à Kadhafi, arrêtés et torturés sur la base d’informations recueillies par les services de sécurité intérieure, sur les réseaux numériques. L’autre procédure, menée par le parquet de Paris, vise Qosmos et ses activités syriennes.
James Dunne, licencié pour « faute lourde » fin 2012, est défendu par Me Claude Katz. Qosmos a porté plainte pour « dénonciation calomnieuse » contre la FIDH. La start-up, dont l’un des principaux clients est le gouvernement français, a reçu 10 M€, fin 2011, de la part du « fonds d’investissement stratégique », dépendant de la Caisse des dépôts.


 La journaliste du Parisien, Elisabeth Fleury, a signé un très bon article dans le journal Le Parisien du mardi 18 juin 2013, concernant cette affaire.

Le Parisien, dans un souci d'objectivité et selon les coutumes en vigueur, a permis à Thibaut Bechetoille, et à son avocat Benoît Chabert, de se s'exprimer librement, afin de leur permettre un droit de réponse.

Cependant, il est bien de rappeler aux lecteurs les propos tenus par Thibaut Bechetoille devant les journalistes de l'agence Bloomberg en novembre 2011.

Syria Crackdown Gets Italy Firm’s Aid With U.S.-Europe Spy Gear

By Ben Elgin & Vernon Silver - Nov 4, 2011

Quand Bloomberg News a contacté le CEO de Qosmos, Thibaut Bechetoille, il a dit qu'il allait sortir du projet. " Il n'était pas bien de continuer de soutenir le régime ", il dit. " Le conseil d'administration de l'entreprise a décidé il y a quatre semaines de quitter le projet, et est toujours en train de d'étudier comment se retirer du projet " il dit. " Nos sondes DPI (inspection en profondeur des paquets numériques) sont capables de voir à l'intérieur de n'importe quel  email, et de reconstruire tout ce qui se passe sur l'écran d'un utilisateur de l'Internet ", selon le directeur Marketing de Qosmos, Erik Larsson. " Se retirer du projet est compliqué, cependant, à la fois techniquement et contractuellement ", a rajouté Larsson.**

 
Donc, en novembre 2011, le CEO de Qosmos, déclare à Bloomberg :

" Il n'était pas bien de continuer de soutenir le régime. Le conseil d'administration de l'entreprise a décidé il y a quatre semaines de quitter le projet, et est toujours en train de d'étudier comment se retirer du projet ."

Et le Vice-Président Marketing & Communication d'ajouter :

" Se retirer du projet est compliqué, à la fois techniquement et contractuellement "

C'est à dire, en novembre 2011, le CEO de Qosmos reconnait (selon ses propres termes) "soutenir le régime syrien", qu'il "n'était pas bien", qu'il "allait se rétirer du projet", mais que Qosmos ne savait pas encore comment, et qu'il était "en train d'étudier comment se retirer du projet." Tout en précisant que : "Se retirer du projet est compliqué, à la fois techniquement et contractuellement."

Ce qui n'empêche pas l'avocat de Qosmos, le Maître Benoît Chabert, de déclarer aujourd'hui dans le Parisien : "Il n'y avait aucun matériel ou logiciel Qosmos en Syrie... Il n'y a jamais eu de livraison d'un logiciel finalisé.  Ce projet n'a jamais été opérationnel... Le projet Asfador a été arrêté en octobre 2011, sans aucune mise à jour fournie sur ce projet."

Ce qui n'empeche pas non plus à Thibaut Bechetoille de traiter mes propos de "lamentables" et de m'accuser de "vouloir la peau de la société" Qosmos.

Les propos de Thibaut Bechetoille et de l'avocat de Qosmos, Benoît Chabert, sont à la fois diffamatoires à mon encontre et en totale contradiction avec les faits établis et vérifiés. Leurs propos sont aussi en totale contradicition avec les propos tenus par Thibaut Bechetoille en novembre 2011, et publiés par l'agence Bloomberg sur son site le 4 novembre 2011.

Dans un souci de vérité et de respect, je rappelle ici donc les propos tenus par Thibaut Bechetoille, et receuillis par l'Agence Bloomberg en novembre 2011, afin de mettre les pendules à l'heure.

James Dunne

**Texte originel de l'article de l'agence Bloomberg du 4 novembre 2011 : [When Bloomberg News contacted Qosmos, CEO Thibaut Bechetoille said he would pull out of the project. “It was not right to keep supporting this regime,” he says. The company’s board decided about four weeks ago to exit and is still figuring out how to unwind its involvement, he says. The company’s deep- packet inspection probes can peer into e-mail and reconstruct everything that happens on an Internet user’s screen, says Qosmos’s head of marketing, Erik Larsson.
“The mechanics of pulling out of this, technically and contractually, are complicated,” Larsson says.]

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran