jamesinparis
"Où l'esprit ne déracine plus mais replante et soigne, je nais. Où commence l'enfance du peuple, j'aime." René Char
Abonné·e de Mediapart

113 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2010

Les cloches de Genève

Loin, très loin des turpitudes de la démocratie helvétique, avec son extrême droite, ses marchands de la peur, ses dénigreurs de la différence...

jamesinparis
"Où l'esprit ne déracine plus mais replante et soigne, je nais. Où commence l'enfance du peuple, j'aime." René Char
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© MAGYARKULT
© MAGYARKULT
© MAGYARKULT

Loin, très loin des turpitudes de la démocratie helvétique, avec son extrême droite, ses marchands de la peur, ses dénigreurs de la différence...

Les cloches de Genève, nocturne... de la première année des "Pèlerinages" de Liszt...

Joué magnifiquement ici par Lazar Berman, né le 26 février 1930 à Leningrad en Union soviétique, et décédé le 6 février 2005 à Florence en Italie.

En 1939 alors que Berman a neuf ans sa famille déménage à Moscou pour qu'il puisse étudier avec Alexandre Goldenweiser au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou tout comme Sviatoslav Richter, Vladimir Sofronitsky et Maria Yudina. Un an plus tard en 1940 il donna son premier concert officiel en jouant le Concerto n° 25 de Mozart. En 1941, les étudiants furent évacués de Moscou en compagnie de leurs familles vers Samara, une ville de la Volga située au sud de la Russie, en raison de la Bataille de Moscou qui faisait rage et qui rendait les conditions de vie trop difficiles.

Né dans un découpage géo-politique de l'Europe très loin des identités éternelles que nous connaissons aujourd'hui, ( hongrois sujet des Habsbourg-Lorraine, né à Doborján (all. Raiding, aujourd’hui en Autriche) le 22 octobre 1811) Franz Liszt se révèle très vite un enfant prodige. L’on pressent en lui un second Mozart : Alphonse Martainville déclarant à la suite d’un de ses concerts « Depuis hier, je crois à la métempsycose. Je suis convaincu que l’âme et le génie de Mozart sont passés dans le corps du jeune List (sic)[5] ». La consécration viendra de Beethoven qui le reçoit chez lui à Vienne, bien que méfiant vis-à-vis des petits prodiges.

À l’occasion d’une tournée à Paris, accompagné par son père, il tente d’entrer à l' École royale de musique et de déclamation (aujourd'hui Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris ), mais est évincé par Cherubini car il est étranger[6].

De retour de Londres, au moment de la mort de son père, Liszt pour subsister se trouve obligé de donner des cours de piano dès la fin de sa dix-septième année, au mois de septembre 1827. Il occupait alors un appartement modeste de Paris au n°7 bis de la rue Montholon.

L’engagement politique de Liszt prend véritablement naissance avec la révolution de Juillet, en 1830. Sous le coup de l’événement, le pianiste hongrois conçoit une Symphonie révolutionnaire qui deviendra plus tard l’Héroïde funèbre. Ces influences vont se traduire à la fois en écrits (De la situation des artistes et de leur condition dans la société, dans la Gazette musicale de Paris du 3 et du 17 mai 1835), en musique (transcription de La Marseillaise, et une pièce Lyon sur la révolte des Canuts intégrée à l’Album d’un voyageur) et en actes (concerts caritatifs).

Dédicacé à sa première fille Blandine (1835-1862), Les cloches de Genève, nocturne est accompagné d'une citation de Byron extraite de Childe Harold : « Je ne vis pas en moi-même, mais je deviens une part de ce qui m'entoure ».

"La première partie de ce morceaux est un chant à la façon d'une berceuse, où les notes s'égrènent faisant penser à un lointain carillon. La deuxième partie, Cantabile con moto, est une sorte d'hymne à la vie avec une amplification progressive par l'utilisation d'octaves, la mélodie rappelant le balancement régulier de la cloche par sa construction binaire (2/4) et les notes accentuées toutes les deux mesures. Elle atteint son paroxysme dans un passage Animato FF, puis retrouve un calme progressif en retrouvant les accords de trois sons égrenés comme au début de la pièce."1

1. F.-R. Tranchefort, de Place, Guide de la musique de Piano et de Clavecin, Fayard, coll. « Les Indispensables de la musique », 870 p. (ISBN 978-2213016399)

Merci à Wikipedia et surtout aux vraies sources dont il s'en sert, sans quoi il ne saurait exister, ne produisant rien lui même.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat