jamesinparis
"Où l'esprit ne déracine plus mais replante et soigne, je nais. Où commence l'enfance du peuple, j'aime." René Char
Abonné·e de Mediapart

113 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 janv. 2012

Au mois de mai, fais ce qui te plait

Que faudrait-il penser devant la censure dont a fait l'objet les affiches du spectacle "En mai 2012, Stéphane Guillon s'en va aussi", sur les murs du métro parisien ? Une affiche "gentillet", sans violence ni insulte, qui fait une référence allusive, quoique bien comprise, à l'échéance électorale programmée pour la même période. Publicité "à caractère politique" donc, car faisant référence de manière allusive à une élection présidentielle. Publicité à caractère "trop politique", car le comédien s'affiche ouvertement critique du gouvernement en place.

jamesinparis
"Où l'esprit ne déracine plus mais replante et soigne, je nais. Où commence l'enfance du peuple, j'aime." René Char
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Que faudrait-il penser devant la censure dont a fait l'objet les affiches du spectacle "En mai 2012, Stéphane Guillon s'en va aussi", sur les murs du métro parisien ? Une affiche "gentillet", sans violence ni insulte, qui fait une référence allusive, quoique bien comprise, à l'échéance électorale programmée pour la même période. Publicité "à caractère politique" donc, car faisant référence de manière allusive à une élection présidentielle. Publicité à caractère "trop politique", car le comédien s'affiche ouvertement critique du gouvernement en place.

D'abord viré des ondes de la radio publique française, Stéphane Guillon se voit aujourd'hui refusé les murs de Paris : car une allusion ne se tolère pas en temps électorale, du moins quand ce n'est pas l'opposition qui est visée ? Des affiches jugés acceptables par la RTP, l’autorité de régulation de la publicité professionnelle en France, et puis arrachées des murs du métro parisien quelques heures après leur apparition, par l'entreprise privée chargé de coller les affiches aux murs. Faudrait-il en conclure qu'une "démocratie irréprochable" n'admet point de voix qui ne s'accorde avec la voix de son maître ? Et qu'une entreprise française privée, chargée de coller les affiches jugées acceptables par l'autorité de régulation, peut s'adonner à des actes de censure comme bon il lui semble, car commanditée par et soumise aux pouvoirs en place ? « La convention qui nous lie à la RATP nous interdit toute publicité à caractère politique ou religieux. Lorsque nous avons découvert le visuel ce mercredi matin, que l’agence de communication ne nous avait pas transmis, notre direction juridique a estimé que celui-ci était trop politique qui plus est en période électorale. “S’en va aussi” suffit à polémiquer. On voit très bien qu’il évoque Nicolas Sarkozy » explique à Mediapart, Katia Ivanoff, responsable de la communication de Métrobus.

Ne faudrait-il se rappeler d'abord que toute publicité, comme toute promotion, est politique ? Banaliser la consommation à outrance,  banaliser l'égoïsme, banaliser le gaspillage, privilégier la convoitise, banaliser l'inégalité et la rendre désirable pour des gagnants d'un système injuste car ça nous arrange, promouvoir le goût du luxe, jouer inlassablement sur la distinction, pousser inlassablement à l'excès, nier toute relation entre les réalités sociales qui lient ceux qui produisent, ceux qui vendent et ceux qui consomment, au nom du "rêve" : toute "campagne de publicité", même la plus anodine, est d'abord politique, avant même de vendre sa lessive ou rendre son produit et ses désirs désirables.

Affiche publicitaire © 

Interdire des publicités "à caractère politique" ne veut donc strictement rien dire ; il s'agit soit d'une erreur de langage, soit de la négation de cette réalité que toute publicité concourt à nous faire oublier : que toute publicité est politique par essence même : Ne faudrait-il donc mieux parler, s'il faut en parler, de "toute publicité qui fait référence explicite au politique, ou qui fait allusion au politique" ?

- Une pièce de théâtre à connotation politique - par exemple une pièce intitulée "Casse toi pauv' con !" (phrase hélas célèbre, prononcée par l'actuel Président en place) - serait interdite donc de toute publicité ? Une pièce qui s'intitule Les Tontons de Karachi, ou Le Majordome de Bettencourt, ou Salut les Pédophiles!, peut-elle voir le jour en France, ou serait-elle interdite de toute publicité ? C'est à dire, de toute promotion ?

Alors, je voudrais bien l'écrire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu