Jan Maartje
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 nov. 2022

Jan Maartje
Abonné·e de Mediapart

Eutopia : un roman de science-fiction pour imaginer une société post-capitaliste

Montée de l'extrême droite, guerre en Ukraine, catastrophes climatiques à répétition, le panorama a de quoi plomber les âmes les plus optimistes. On ne voit pas bien comment on pourra sortir du bourbier dans lequel le capitalisme nous a enfoncé, et malgré nous, résonne parfois dans nos esprits la sentence de Tatcher : « There is no alternative ». Alors quoi, tout est foutu ? Fichtre que non !.

Jan Maartje
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Covid-19, montée de l'extrême droite, guerre en Ukraine, catastrophes climatiques à répétition, le panorama actuel a de quoi plomber les âmes les plus optimistes. On ne voit pas bien comment on pourra sortir du bourbier dans lequel le capitalisme nous a enfoncé, et malgré nous, résonne parfois dans nos esprits la sentence de Maggie «The Witch» Tatcher, «There is no alternative» 

Ainsi, il serait plus facile d'imaginer la fin du monde, que la fin du capitalisme pour reprendre les propos du philosophe américain Frederic Jameson. Signe, s'il en est, de cette tendance, les dystopies ont toujours été plus nombreuses dans la production culturelle que les utopies.

Alors quoi, tout est foutu ? Fichtre que non ! Camille Leboulanger, dans la lignée des Dépossédés d'Ursula Le Guin, nous prouve le contraire en invoquant la science-fiction pour dessiner une eutopie (du grec ancien «le bon lieu») libertaire qui a de la gueule et redonne espoir en un futur désirable.

Eutopia est le récit autobiographique fictif de Umo, dont nous allons suivre la vie, les amours, ses peines, ses joies, de son enfance au crépuscule de sa vie. La société dans laquelle il évolue s'est constituée sur les principes de la Déclaration d'Antonia qui ne reconnaît que la propriété d'usage : la terre, les plantes, les animaux ne sont plus considérées comme des ressources naturelles, les moyens de production sont régis par une copropriété d'usage, et l'autogestion permet la prise de décisions. Les citoyen·nes, à leur majorité et jusqu'à leur mort, bénéficient d'un salaire à vie, financé par les cotisations sociales, et qui permet à chacun·e la maîtrise de son travail et de sa vie.

Camille Leboulanger a ainsi imaginé une société post-capitaliste, organisée à partir des théories du sociologue Bernard Friot1 et du Réseau Salariat2, et nous démontre que nous avons des outils à notre disposition, dont nous connaissons le potentiel émancipateur (la Sécurité Sociale, le système des retraites) qui pourraient servir des projets révolutionnaires (une société libérée des institutions capitalistes).

Au fur et à mesure que nous découvrons le quotidien d'Umo, nous découvrons le fonctionnement de cette société : éducation des enfants, écologie, relations entre les femmes et les hommes, organisation du travail, système de santé, système alimentaire, démocratie, modes de déplacement tout est construit et repensé sur une base où la propriété lucrative a été bannie. Quelques passages permettent également de voir comment cette nouvelle civilisation gère les héritages empoisonnés laissés par notre civilisation (nucléaire, étalement urbain et dépendance au béton).

Eutopia c'est aussi une histoire d'amour, entre Umo et Gob, histoire complexe, passionnante et bouleversante qui expose les conséquences de la fin de la propriété sur les relations amoureuses, la famille et les liens entre adultes et enfants.

Dans cette société, les enfants, à l'âge de 3 ans, quittent leurs parents biologiques pour être élevés par l'ensemble des adultes de la communauté. Le modèle de la famille nucléaire traditionnelle (père-mère et des enfants) que nous connaissons n'existe plus. Disons-le clairement : on est bousculé par cette organisation sociale où les enfants sont les enfants de tous·tes et que les rôles sociaux de père ou de mère ont disparu. C'est déstabilisant pour les lecteur·trices et pour le personnage de Gob, qui nourrira une incompréhension sur ces relations adultes-enfants, ou sur la limitation d'un enfant par paire d'adultes, ce qui ira jusqu'à perturber les principes de la Déclaration d'Antonia...

D'ailleurs, l'auteur sait jouer du suspens pour nous faire découvrir la manière avec laquelle on est passé du Siècle des Camps (la dénomination de notre époque) à la Déclaration d'Antonia où les frontières ont disparu. Si on ajoute à cela l'avidité de découvrir le fonctionnement de cette société post-capitaliste, et de savoir comment va se terminer l'histoire entre Umo et Gob, Eutopia est un roman captivant et optimiste que l'on est bien en peine de refermer une fois finie, tant on voudrait que notre monde ressemble à celui décrit tout au long du récit.

1L’Enjeu du salaire, Paris, La Dispute, 2012

2www.reseau-salariat.info

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique auprès d’une association d’aide aux migrants à Calais. Dans un entretien à Mediapart, elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER