JANICK MAGNE
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2014

Réponse à Pierre Yves Morvan

JANICK MAGNE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur Morvan,

(Le billet de P Y Morvan auquel je réponds est ici = http://blogs.mediapart.fr/blog/pierre-yves-morvan/051014/catastrophe-nucleaire-au-kerala )

 Première remarque : les chiffres que vous donnez pour le Kerala paraissent bien gonflés:  "dans l’état du Kerala, en Inde, la radioactivité naturelle est de 17 mSv/an (avec des pics à 150)", nous indique le site de Futura Sciences  http://www.futura-sciences.com/magazines/matiere/infos/dossiers/d/physique-radioactivite-phenomene-physique-13-761/page/8/  Les chiffres donnés par une équipe de recherche indienne sont même inférieurs (voir liens ci-dessous). 

Ce sont les sables noirs du Kerala qui sont particulièrement radioactifs, par le thorium qu'il contiennent, et cela concerne essentiellement la zone côtière. Ces sables dégagent du radon. Le radon est une cause connue de cancer du poumon. L'une des façons de se protéger est d'aérer très régulièrement les habitations. Des consignes sont données dans ce sens dans plusieurs villes des Etats-Unis, par exemple, et les Bretons, je l'espère, procèdent de même. Je ne saurais dire combien de gens habitent sur la plage au Kerala ?

Je ne sais pas si, comme certains le pensent à tort ou à raison (des recherches ont été menées dans ce sens par le gouvernement indien mais les résultats laissent perplexes de nombreux spécialistes de la question), les habitants du lieu ont développé une résistance ou une adaptation particulières à la radioactivité. Les recherches menées pendant 10 ans par une équipe indienne et japonaise sur près de 70 000 habitants du lieu n'ont pas montré de changement significatif (positif ou négatif) par rapport au taux de cancer dans la population générale. Voici le lien vers l'article publié par l'équipe en 2009 :
"Background radiation and cancer incidence in Kerala, India-Karanagappally cohort study." Auteurs : Nair RR1, Rajan BAkiba SJayalekshmi PNair MKGangadharan PKoga TMorishima HNakamura SSugahara Thttp://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19066487

Je transcris la phrase suivante, extraite de la présentation de cet article, pour être certaine qu'elle ne vous échappera pas : 

" Although HBR (=high background radiation) has been repeatedly shown to increase the frequency of chromosome aberrations in the circulating lymphocytes of exposed persons, its carcinogenic effect is still unproven."

Et en propose cette traduction : "Bien qu'on ait  maintes fois montré qu'un bruit de fond de la radioactivité élevé augmentait la fréquence des aberrations chromosomiques au sein des lymphocytes circulants des personnes exposées, son effet carcinogène n'a pas encore été démontré."

J'en retiendrai ceci : l'exposition à une forte radioactivité naturelle peut avoir d'autres conséquences que le cancer. Au nombre de ces effets, les aberrations chromosomiques ne sont pas un incident anodin. 
Deuxième remarque : ne sautons pas de cette conclusion concernant le thorium et le radon sur les plages du Kerala au cas de  Fukushima sans prendre quelques indispensables précautions.

Au Japon, sur les 24 000 km2 contaminés à plus de 10.000 Bq/m2 (dont une zone à 15 millions de Bq/m2 en césium 137 près de la centrale et jusqu'à 600 000 Bq/m2 au-delà même de la zone des 30 km évacués), soit sur 6,35 à 8% du territoire japonais, on ne trouve pas de thorium. Par contre, on trouve ou on trouvait (certains radionucléides ne sont plus radioactifs) du Tellure 132 et de l'iode 132, de l'Iode 131, du Baryum 140 et du Lanthane 140, du Césium 136, du Tellure 129m  et du Tellure 129, du Césium 134 et du Césium 137, mais aussi de l' Americium-241 et du Plutonium-239. Cet énoncé, c'est la liste des radionucléides trouvés par l'IRSN en 2011 dans les rizières, les champs et les fermes du village d'Iitate, à 39 km de la centrale accidentée. Ces radionucléides, à côté de quantité d'autres, sont le pur produit de la fission nucléaire. Merci l'atome. A l'égard de la santé humaine et animale (je devrais parler de la flore mais on va faire court), ils ne sont pas nécessairement ou uniquement sources de cancers, en tout cas pas sur le court terme et moins chez l'adulte que chez l'enfant. Cependant, ingérés ou inhalés, leur potentiel mutagène est énorme et les conséquences sur la santé graves.

Vous n'ignorez pas, j'en suis sûre,  que le Césium-137 prend la place du potassium dans le corps, avec une prédilection pour le muscle cardiaque. Il aime bien aussi se fixer sur les organes comme le pancréas, la rate, les reins, le cerveau, les yeux et même la thyroïde (il n'y a pas que l'iode-131 et 132 qui cancérisent la thyroïde). Demandez-vous de quoi sont morts les milliers de jeunes ados biélorusses et ukrainiens qui reposent dans les cimetières autour de Tchernobyl : ...le cœur.  Les Tellure 129, 129m et 132 ont une période courte mais ils sont tératogènes. Le Tellure-132 pousse le vice jusqu'à produire de l'iode-132 (cancer de la thyroïde) en se désintégrant.

Pardon, je vous épargne le tritium et le strontium-90 (amoureux des os, qu'il cancérise bien), toujours pour faire bref.

Ce serait bien,  Monsieur Pierre Yves Morvan, de ne pas comparer le cas du Kerala à celui de Fukushima. Les gens du Kerala ne sucent pas les sables noirs de la côte. Les gens au Japon, et singulièrement (mais pas seulement, vous l'aurez compris) dans le département de Fukushima respirent, boivent et mangent un cocktail de radionucléides qui sont de purs déchets nucléaires en provenance directe des 3 cœurs de la centrale accidentée. Et ça ne leur fait pas que du bien.

Sans parler du stress, du désespoir, du rejet et de la perte de tous leurs biens, bien sûr, on est  d'accord.

Portez-vous bien,

et  surtout épargnez-vous : évitez le Césium-137, puisque vous, vous avez encore le choix.

JM au Japon

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous