SPLENDEUR. Le prestige de la splendeur —Battir. Rappel du 10 Juin 2017.

C'est le plus beau film sur #Battir, sur ses habitants et leurs vallées. Voilà ce qu'il reste et qu'il est temps de continuer de protéger: «—Chaque 2 jours le paysage est radicalement transformé à #Walaja. C'est incroyable la vitesse à laquelle ils construisent, chaque fois que je regarde, je reconnais de moins en moins ces lieux. Ce n'est pas 1 mur Jasmine, mais 3, qu'ils construisent.»

capture-d-ecran-2018-01-25-a-13-09-06
https://youtu.be/riy1-W18wNg
Quelle splendeur partout ! #Battir Patrimoine mondial de l'Humanité Danger العربي الجديددهاليز - 11 قرية بتيز https://t.co/QAjoTleRcO via @YouTube
Ce Film sur Battir (encore sans traduction) diffusé depuis Jeudi soir par Hassan Muamer a été tourné il y a plus d'1 an.
Aujourd'hui, la Vallée de Crémisan toute proche et tout aussi douce qui devait être protégée [comme Battir] est ravagée par les constructions de béton qui en interdisent désormais l'accés naturel.
Chaque fois mis devant le fait accompli : à Battir ce n'est pas comme ailleurs en Cisjordanie. Il y a l'étude mise en œuvre dès 2007, les données du Patrimoine collectées, analysées, inscrites et ses cartes topographiques pour le faire savoir, pour partager les savoirs. Depuis 5 ans, ces données sont spacialisées. Ces données comme les cartes ouvrent un peu partout de nouveaux programmes d'études à travers le monde.

Ces cartes de Battir, uniques dans la région, mettent en partage 5000 ans de notre Histoire humaine : souhaitons qu'enfin la solidarité se concrétise aussi sur place, localement, pour que ceux qui le demandent puissent enfin les utiliser comme ils le souhaitent.
À Battir, et depuis 2003, le travail de relevé topographique a été pensé pour être réalisé à partir de 2007. Les cartes topographiques de Battir ont été élaborées pour que nous ne soyons pas mis devant le fait accompli comme partout ailleurs. Il serait grand temps de le voir.

Souhaitons que ce film remarquable et tout aussi unique agite les consciences des responsables qui dans le plus grand silence ont entre autre vidé l'Écomusée de ses propres compétences.

Ces travaux ont pu être réalisés depuis plus de 10 ans. Faire comme s'ils n'existaient pas, faire comme si tout était acquis à la violence en niant ces travaux monumentaux et la volonté de la société civile [ici Battirie] de rester actrice de son avenir est une erreur d'approche impensable : « —Ici le travail a été fait pour protéger les sites et leurs habitants. » À chacun d'en prendre la mesure et d'écouter ce que disent ces acteurs de leur propre existence.
Ce qui a été fait à Battir n'a pas été fait ailleurs, en cela tout reste un modèle. Encore faut-il vouloir s'en servir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.