Foyers de travaileurs immigrés en colère

Les foyers de travailleurs et leurs résidents en danger!

Foyers de travailleurs en colère! Manifestation du Vendredi 24 février © Michael Hoare

Le vendredi 24 février, les foyers de travailleurs immigrés manifestaient pour la reconnaissance et le respect de leurs droits.
Leurs revendications font suite à plusieurs remaniements de la vie des foyers et en soutien avec le foyer Nationale incendié à Boulogne.

Fermeture voire suppression des activités et des espaces collectifs dans de nombreux foyers franciliens
Pas de statut de locataire donc pas de vie privée.
Interdiction d'héberger ou de changer sa serrure.
Les comités de résidents réduits à de simples figurants.
Hausse des loyers suite à la réfection des chambres vetustes, les salaires eux n'ont pas augmenté.
Explusions en hausse... etc

Extrait des revendications sur le site du COPAF ( Collectif pour l'avenir des foyers )

Dans ces derniers événements, ont été mises en avant plusieurs grandes revendications que nous allons développer dans la période électorale qui s’ouvre :

- il faut que les gestionnaires dialoguent de bonne foi avec les comités de résidents sur tous les aspects de la vie et de la gestion du foyer, et notamment sur la protection des foyers (sécurisation et protection anti-incendie) et sur le maintien et le renforcement de la vie collective ;

- il faut renforcer les comités de résidents, leur compétences et leur mobilisation en tant qu’équipe : formation des délégués pour qu’ils puissent préparer, argumenter, noter et consolider les acquis de chaque réunion avec le gestionnaire ; se mettre d’accord sur des règles et des moyens de fonctionnement ;

- il faut que l’État (Ministre du Logement, Cilpi) et les gestionnaires reconnaissent la nécessité de résidences sociales spécifiques pour les travailleurs immigrés, avec des caractéristiques propres (espaces collectifs assez grands et nombreux, création de cuisines collectives, souplesse dans les modalités de logement, droit à la vie privée et donc à l’hébergement, contrats pérennes) pour permettre de promouvoir la vie collective et solidaire des résidents, et permettre aux travailleurs immigrés de faire face à la crise du logement abordable ;

- il faut renforcer les liens qui commencent à exister entre les délégués et les structures associatives, syndicales et politiques de la ville environnante ;

- il faut développer des campagnes de sensibilisation et d’information sur nos problèmes, en particulier auprès des candidats aux élections présidentielle et législatives ;

- il faut que les sans-papiers soient régularisés et que les milliers de surnuméraires (sans doute autour de 10 000) sortent de l’invisibilité et obtiennent un logement à leur nom.


Des mobilisations vont continuer tout eu long de cette période électorale,

La sensibilisation des résidents va continuer avec des interventions "porte à porte"

Contactez le Copaf pour y participer.
http://www.copaf.ouvaton.org/
0675013049

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.