Jawad Rhalib
Journaliste - Auteur - Documentariste - Cinéaste
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mars 2019

Quand le JT de France 2 passe sous silence LES DAMNÉS DE LA TERRE.

Jawad Rhalib
Journaliste - Auteur - Documentariste - Cinéaste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

EL EJIDO, THE LAW OF PROFIT © Jawad Rhalib

Dans un petit marché, deux clients « éco-responsables » préfèrent les circuits de proximité pour leurs achats de fruits et légumes, le voisin espagnol est un excellent choix...alors nos deux "éco-consommateurs" privilégient l’Europe…

Dans les allées de « Trops », une des nombreuses et « monstrueuses » coopératives espagnoles regroupant des milliers d'agriculteurs, la responsable qualité vante les mérites de son « prêt-à-Manger », un avocat bien particulier qui permet « un bilan carbonne moins lourd, un véritable atout pour l’économie espagnole…» selon la voix-off du JT de France 2 (L'avocat espagnol est-il plus écologique ) qui enchaîne sur le bilan écologique des avocatiers « des grands gourmands en eau », une catastrophe écologique dans des régions où la pluie se fait désirer. Jusqu'ici tout va bien, mais dans le sujet du JT de France 2 (14 mars 2019) qui dure 4’09, le « rapporteur de l'information » omet de nous transmettre deux éléments cruciaux.

1. Derrière ce « super prêt-à-Manger», ce « Milagro espagnol », cette nouvelle trouvaille au vertus incroyables, se cache l’utilisation intensive de pesticides extrêmement dangereux.

2. L’exploitation des ouvriers agricoles immigrés (dans le reportage les patrons ont pris soin de les cacher au regard de la caméra).

En effet, l’esclavage moderne dans les exploitations agricoles espagnoles, comme d’ailleurs c’est le cas en Italie, en France, en Allemagne, en Pologne…garnit les assiettes de nos deux clients « éco-responsables » et... de millions de consommateurs européens dont la seule préoccupation est de consommer les fameux 5 fruits et légumes par jour, été comme hiver.

Ce « miracle économique espagnol », encouragée par la mondialisation et sous « les Yeux bandés » de l’Europe, repose sur le travail de plus de 80.000 immigrés, pour moitié des sans-papiers, dans un environnement saccagé par les pesticides.

Les travailleurs sont embauchés à la journée, pour un salaire de misère, la plupart, sans contrat de travail. Ils logent dans des chabolas, petites constructions de carton et de plastique, sans eau ni électricité. Un quasi esclavage qui remplit nos assiettes.

Voici une indispensable piqure de rappel : Mon long métrage documentaire, malheureusement toujours d’actualité, « El Ejido, la loi du profit / El Ejido, the Law of profit » qui vous est offert gracieusement EL EJIDO, THE LAW OF PROFIT 

Je vous invite à voir et faire voir la réalité des immigrés clandestins dans le sud de l'Espagne, là où se situe la plus importante concentration de culture sous serre au monde. Le film vous emmène à El Ejido, une ville modèle jusqu'à la caricature du système d'exploitation industrielle des êtres humains et de la terre. C'est l'histoire de la dégradation des conditions de vie, de l'environnement et des rapports humains.

Qui sait, peut-être, en faisant vos courses, vous aurez une petite pensée pour « les esclaves des temps modernes ».

Jawad Rhalib

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Le ministère du travail abuse de la précarité pour ses propres salariés
Plusieurs agents contractuels n’ont récemment pas été payés comme ils l’auraient dû. La CGT dénonce l’augmentation de la précarité au sein de l’institution censée veiller à la bonne application du droit du travail, et lutter contre l’explosion des contrats courts.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal