Le Grand Débat : Macron affaibli par sa piètre performance

Le grand débat sur Cnews et BFM TV n'aura pas vraiment porté chance au candidat d'En Marche !. Délaissé par les autres candidats et souvent inaudible, Emmanuel Macron sort très affaibli de ce grand rendez-vous.

La piètre performance du candidat d'En Marche ! ne pouvait pas plus mal tomber. Après les déplacements chaotiques en Guyane et à l'île de la Réunion, et son meeting raté de Marseille, la série noire d'Emmanuel Macron semble se poursuivre inexorablement, à moins de trois semaines du premier tour. Chahuté sur la directive travailleurs détachés à laquelle il est favorable, renvoyé à ses échecs au ministère de l'Economie et à la vente contestée d'Alstom, le favori des sondages aura paru bien terne et bien peu convaincant face à ses détracteurs.

 

La série noire continue

 

Les autres candidats semblent avoir déjà intégré cette dynamique descendante dans leurs propres stratégies de campagne. Ainsi, ce n'était pas le candidat d'En Marche ! qui était la cible de toutes les attaques lors du grand débat de mardi sur BFM TV et CNews, mais François Fillon, pourtant placé derrière Emmanuel Macron dans les sondages. Marine Le Pen, en particulier, n'a pas prêté beaucoup d'attention à l'ancien ministre de l'Economie de François Hollande. Elle, qui avait tout fait pour installer le scénario de son affrontement contre Emmanuel Macron en prévision du second tour lors du premier débat, l'a superbement ignoré, comme s'il n'était plus un adversaire à sa mesure. A contrario, la Présidente du Front national n'a pas ménagé ses coups contre François Fillon, à l'unisson avec Benoît Hamon et avec Jean-Luc Mélenchon, le plaçant au centre des échanges. Des attaques qui, à la différence des saillies d'un Philippe Poutou par exemple, ciblaient moins les affaires que le programme du candidat des Républicains. Comme si tous les grands candidats avaient déjà intégré l'hypothèse d'une remontée de François Fillon dans les dernières semaines qu'il faudrait contenir à tout prix.

 

Une urgence pour Macron : dissiper le flou qui perdure autour de sa candidature

 

Ce glissement est le résultat logique d'une campagne qui n'aura jamais cherché à dissiper ses ambiguïtés fondamentales. Pénalisé par une absence de programmes dans les premiers mois de sa campagne, Emmanuel Macron n'a pas su faire taire les doutes émanant parfois de son propre entourage. En cherchant à rassembler tout le monde au-delà des clivages, le candidat d'En Marche ! n'aura pas su donner un véritable visage à son mouvement, ni à expliciter sa vision pour la France. S'il est encore en tête dans les sondages pour le moment, sa campagne devra surmonter ses ultimes contradictions pour que son destin puisse le conduire au-delà du premier tour.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.