Macron et l’argent publique : une confusion des genres inquiétantes

Quand éclata l’affaire Pénélope, on raconte que Macron aurait cru de prime abord que c’est la faiblesse de la rémunération qui offusquait les commentateurs : « quoi, 800.000 € en vingt ans, quand mon assistante chez Rothschild se les faisait en six mois ! Ce Fillon est un pingre. » Au-delà de la boutade, il est certain qu’Emmanuel Macron a une relation à l’argent différente de l’homme de la rue.

Il fait partie de ceux, rares, qui parlent en millions deuros de salaire, et pour lesquels les rémunérations dun premier ministre ou dun président (15 000 euros par mois) correspondent à peine à leurs notes de frais.  Banquier daffaires chez Rothschild, Emmanuel Macron a touché 1 million sur le seul premier trimestre 2012, soit 300 000 euros par mois

 

Cela sentend dailleurs lorsquil indique que le passage à la politique, et aux 10 000 euros par mois à lElysée, a été un sacrifice financier de sa part, comme sil avait rejoint les gueux dans leur dépouillement en un geste sacrificiel inestimable. Dailleurs, interrogé par les Déc odeurs du Monde sur son étonnante déclaration de patrimoine (il na que 200 000 euros en 2014, alors quil en a gagné 4 millions sur les trois années précédentes), son entourage répond quil a « adapté son train de vie à sa rémunération » : comprendre, il a claqué du pognon comme un ultra-riche. Les oreilles attentives ont dailleurs noté que ses conseillers sinquiètent que cela commence à se voir, et ont demandé à Brigitte dy aller mollo sur les tenues de soirées à 50 000 euros pièce.

Cet ethos dultra riche, sil nest pas moral, est tout à fait légal. Le problème, cest que ces comportements dépensiers ont marqué la relation à largent de Macron. Et dès quil a eu accès à de largent public, ses habitudes ont refait surface. A Bercy, les journalistes Marion lHour et Frédéric Says ont révélé quil avait consacré 120 000 euros de frais de bouche en trois mois, à lancer sa campagne, ce qui aurait horrifié Michel Sapin et déclenché une enquête interne rapidement étouffée. A Las Vegas, lors dune soirée dauto-promo organisée en urgence pour soutenir ses nouvelles ambitions, ce sont près de 400 000 euros qui ont été dépensés en une soirée, nous apprend le Canard Enchaîné.

Si lon rapporte cette propension à confondre largent public avec ses intérêts personnels à la brièveté de sa carrière politique, il est difficile de prétendre que le leader dEn Marche représente une rupture avec les anciennes pratiques, bien au contraire. Laffaire Fillon, à titre de comparaison, cest 800 000 euros sur vingt ans, et une pratique qui prend fin (selon le PNF) en 2014. Macron, cest 520 000 euros en trois mois. Quand Fillon est attaqué pour 3500 euros de dépenses par mois, Macron est sur une tendance à 150 000 euros par mois !

Sil faisait de la politique depuis aussi longtemps que Fillon et les autres, sans même tenir compte du fait que la tolérance en la matière était plus forte en 1988 (embauche de Pénélope) quen 2016 (Macron à Bercy et à Las Vegas), Macron aurait dépensé 36 millions deuros. Une broutille rapportée aux bonus de Rothschild, mais une source dinquiétude pour un futur président : depuis Giscard et Balladur, jamais un candidat naura connu une telle déconnexion du niveau de vie de ses compatriotes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.