Cabinet noir : que dit vraiment le livre des journalistes du Canard ?

Les accusations portées par François Fillon dans l'Emission Politique jeudi soir, ont généré une intense émotion. Les premières pages qui circulaient le soir même démontraient l'instrumentalisation, par François Hollande, des moyens de la justice et de la police, pour lancer des affaires contre ses adversaires potentiels, y compris au sein-même de son gouvernement.

Alors que les réactions se mutlpliaient suite aux révélations de François Fillon, en direct devant David Pujadas, une grande confusion s'installait. L'un des auteurs, Didier Hassoux, donnait tout d'abord le sentiment d'infirmer la position de François Fillon, en allant jusqu'à affirmer qu'aucune copie du livre n'était disponible, et qu'il ne pouvait donc l'avoir lu.

En réalité, le livre était en librairie depuis le matin, ce que l'auteur semblait ignorer, et que de nombreux lecteurs ont démontré en postant sur Twitter des photos de certaines pages. Parmi celles-ci, un long développement consacré à la manière dont François Hollande utiliserait Tracfin (et les services de Bercy) pour identifier de affaires intéressantes avant de les faire fuiter.

Si Bercy, en analysant la situation fiscale de Frnçois Fillon, a alerté le Président sur les salaires de son épouse, il ne restait alors plus à François Hollande qu'à livrer l'info et les pièces au Canard Enchaîné. Ce qui expliquerait, au passage, que ses journalistes aient été si prompt à venir défendre Hollande, alors même que leur livre est bien plus sévère...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.