Oui, Robespierre et ses amis n'ont commis aucun Génocide en Vendée, ni dirigé une Terreur...terrible

Au moment même où des extrémistes de droite veulent faire reconnaître par "la République", un "génocide en Vendée", France 3 se précipite pour leur offrir une émission de propagande scandaleusement mensongère.

Je dénonce ici "l'Histoire" anti républicaine de M. Frank Ferrand, de ses amis ET DE SES PROTECTEURS.

Pourquoi les nouveaux élus de la République, parlementaires et membres du Gouvernement, laissent-ils une chaîne du service public de la République Française insulter les courageux fondateurs de celle-ci ? 

 

---------------------------------------------------------------------------------

 

Il y a quelques mois, France Télévisions avait diffusé une mauvaise émission, de pseudo "Histoire", "L'ombre d'un doute". Animée par Frank Ferrand, qui, comme Stéphane Bern, est très porté à la considération et à l'admiration des "gens de bien", des Nobles, qu'ils fussent français ou non, voilà que France 3 la rediffuse ce soir, au moment même où des parlementaires extrémistes veulent proposer une loi pour faire reconnaître "le génocide" par la République des "vendéens". Le projet le plus typiquement nazi aurait eu des modèles antérieurs, et voilà que la République révolutionnaire en est accusé. Pourtant, la définition du génocide est claire : projet et réalisation du projet par lequel des individus visent un groupe ethnique identifié comme tel, et par lequel ils entendent le faire disparaître totalement. Les siècles et les mondes antérieurs ont-ils connu de tels projets ? Des Européens à l'égard des Amérindiens, il vint à l'esprit de quelques-uns, mais au-delà de l'intention et des massacres, il fut de fait, même si l'agent le plus criminel contre ces populations des Amériques aura été le virus, puisqu'ils furent décimés par les maladies. On sait que des colons, espagnols, américains, eurent le "rêve", "cauchemar", d'un monde, sans, "Indiens". Fort heureusement, les Indiens, confrontés à des décennies désastreuses, résistèrent, payant, très cher, le prix de leur bienveillance initiale à l'égard de ces conquérants-colons qu'ils considèrèrent au début avec flegme et amitié, alors que ceux-ci n'étaient portés que par la cupidité. Dans l'Antiquité, il n'est pas de telle notion, chez les conquérants, même si l'obsédé Caton exhortait les Romains à détruire Carthage, ce qu'ils firent. Des cités furent détruites - et Troie en est le symbole éternel. Mais même dans la destruction de Troie, les Achéens firent des esclaves et que ce soit la conquête criminelle comme l'esclavage fut vite discuté par les citoyens et les intellectuels de l'Antiquité qui y voyaient une trahison de la grandeur de soi. Si Aristote en fit l'éloge, Socrate et Platon dénoncèrent son principe et ses effets. Les Révolutionnaires auraient-ils voulu, malgré leurs principes, détruire un peuple de France, les Vendéens ? Dès 1793, des précautions sont prises par ceux qui décident d'engager, puisqu'il existe une armée contre-révolutionnaire qui se met en place, afin qu'en Vendée, les enfants, les femmes, les vieillards, et les hommes sans arme, soient protégés. Or, dans un "Génocide", comme les Nazis en ont la démonstration définitive, l'ensemble d'une population est visée par la liquidation. Les soldats de la Révolution devaient s'opposer aux soldats de la Contre-Révolution, et c'est tout. Au sein même des armées de la Révolution, il y eut des situations où, confrontés à des actes ou à des ordres criminels (il est attesté qu'il y a eu des massacres illégaux, interdits par les donneurs d'ordre parisiens qui étaient, hélas, loin, des lieux de bataille et qui n'avaient pas, au quotidien, le pouvoir de contrôler et de retenir certains), des soldats ont refusé d'obéir et ont dénoncé les actes criminels comme leurs auteurs. En fut-il de même chez les Vendéens et les Chouans qui assassinèrent les soldats de la Révolution parce qu'ils étaient les soldats de la Révolution ? C'est que l'accusation portée contre Robespierre et derrière lui contre la Révolution est comico-tragique dans la mesure où ce sont les contre-révolutionnaires qui commirent des massacres contre les soldats de la Révolution et contre les partisans de la Révolution parce qu'ils ETAIENT l'incarnation de la Révolution ! Pour les spécialistes de l'Histoire Révolutionnaires, les partisans du "génocide" sont en général des amateurs (comme Nolte n'est pas reconnu pour être un historien sérieux en Allemagne) alors que ceux qui ne reconnaissent pas la possibilité ni le sens d'un "génocide" sont eux des professionnels sérieux ! Mais voilà : POUR UNE FOIS, sur un sujet qui fait partie de l'Histoire de la France, de la Révolution et de sa "compréhension", les journalistes d'une chaîne de télévision, d'habitude si obsédés de donner la parole à des "experts" archi reconnus, préfèrent donner la parole et soutenir la thèse des "amateurs" ignorants OU menteurs, sans compter que l'émission ne propose pas des discussions équilibrées, puisque les adversaires de la thèse du Génocide n'ont pas la parole ! Cette thèse inepte existe depuis longtemps. Elle est portée par celles et ceux qui ont détesté la République, parce qu'elle a fait disparaître, PARTIELLEMENT, la Monarchie (il suffit de voir la présence et son importance de "la" noblesse en France, dans son propre réseau comme dans les instances des pouvoirs politiques et économiques, alors qu'elle a été le substrat même de l'Ancien Régime), par celles et ceux qui l'ont insulté comme ils ont insulté Robespierre, et n'ont jamais hésité à son égard à mentir, avec les Thermidoriens.

Quant à la "Terreur" : 

- Robespierre ne la souhaitait pas et a tout fait pour l'encadrer, ne pas la laisser dériver

- Robespierre était pour l'abolition de la peine de mort, et s'il avait été écouté avant, la Terreur n'aurait pu condamner personne à mort

- Les ennemis de Robespierre s'en sont servis pour faire passer celui-ci pour un "Tyran assoiffé de sang", en lui attribuant leurs propres décisions

- Le nombre de victimes est "faible", même s'il faut déplorer chacune d'elles - mais entend-on les historiens qui dénoncent la Terreur dénoncer la "Terreur Blanche", les massacres royalistes, avant la Révolution, et après, lors du retour de la réaction après 1815 ? 

- La Terreur a été voulue et gérée par les membres du Comité de Sûreté Générale

- L'homme le plus influent et le plus méconnu de cette phase aura été Barère et non pas Robespierre.

 

 

R1

R2

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.