Jean-Baptiste Lachenal
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juil. 2022

Jean-Baptiste Lachenal
Abonné·e de Mediapart

Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère

Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la Transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de la Transition écologique, lui, passe du 5ème au 10ème rang.

Jean-Baptiste Lachenal
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lors de ce remaniement, des homophobes notoires se sont vu accorder des ministères dans le nouveau gouvernement d’Elisabeth Borne, alors qu’elle promettait aux personnes LGBT+ “qu’elles trouveront en [elle] et [son] gouvernement un allié pour défendre leurs droits et lutter contre toutes les discriminations” le 17 mai, journée internationale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie. Christophe Béchu reçoit le poste de la Transition écologique dans ce nouveau gouvernement. Soutien de la Manif pour Tous, le ministre délégué chargé des Collectivités territoriales durant la campagne législative s’est fait largement connaître en 2016 lorsqu’il demande le retrait d’affiches de prévention de Santé Publique France contre le VIH/SIDA, car, pour lui, ces affiches “particip[aient] pour les enfants à une forme de trouble à l’ordre public”. Sur le mariage gay, il avait publié une tribune avec le très à droite Bruno Retailleau, dans le journal d’extrême-droite Valeurs Actuelles contre, ou demandait encore “comment refusera-t-on à un frère ou une soeur qui s’aime la possibilité de se marier” en comparant de façon répugnante l’homosexualité et l’inceste.

Affiches retirées à Angers par Christophe Béchu

D’autres homophobes restent ou s’installent au gouvernement. Gérald Darmanin, opposé au mariage pour tous et qui s’opposait à marier un couple de même sexe - et accusé de viol, voit son portefeuille élargi. Nouvelle entrante, Caroline Cayeux, qui remplace Christophe Béchu au ministère chargé des Collectivités territoriales, est également une ancienne opposante au mariage gay. Sébastien Lecornu, qui reste le ministre de l’Armée, s’est également opposé au mariage homosexuel en 2012. Magnifique pour un gouvernement prétendu progressiste.

Dans l'entre-deux tour, Emmanuel Macron s'était épris d'une passion pour l'écologie, multipliant communication et discours. Un goût soudain de la protection de la planète s'était alors emparé de lui. Un ministère de la "planification écologique" avait même fait son apparition, reprenant à son compte le combat de Jean-Luc Mélenchon. Cependant, personne n'était dupe de la manœuvre électorale auquel jouait le président de la République. Seuls les journalistes des chaînes d'information en continu, qui y voyaient le renouveau d'un homme, se faisaient l'écho de cette communication trompeuse et quasi provocatrice, pour un gouvernement condamné deux fois pour inaction climatique.

Nous ne pouvons aujourd'hui que contempler un nouveau mensonge de la part d'Emmanuel Macron. Un discours de Marseille qui n'aura servi à rien. Alors que "la politique à venir sera écologique ou ne sera pas", selon ses propres mots, nous pouvons certifier aujourd'hui qu'elle ne sera pas. Dans l'ordre protocolaire, le ministère de la Transition écologique se voit rétrogradé de la 5ème place à la 10ème place lors de ce remaniement. Le nouveau ministre n'a également absolument aucune compétence dans ce domaine. Maire d'Angers, il s’est illustré comme défenseur du tout voiture, dans l'abattage massif d’arbres et d’une artificialisation folle dans sa ville. Le nouveau ministre s’est également opposé à l’interdiction des néonicotinoïdes lorsqu’il était sénateur. 

La crise écologique et environnementale n’est donc toujours pas prise au sérieux par ce gouvernement. Le GIEC a rendu ses derniers rapports, nous donnant 3 ans pour agir réellement contre le changement climatique. Nous sommes donc à la croisée des chemins pour tenter d’infléchir les émissions à l’échelle mondiale et chaque choix pris aujourd'hui aura des conséquences sur notre futur, et celui de nos enfants. Et le choix d'un ministre non-sensibilisé à l'écologie dans ce moment charnière est une honte absolue mais est également catastrophique pour l’avenir de notre planète.

En souhaitant que ce nouveau gouvernement excelle plus dans sa politique écologique que dans son homophobie.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis