Jean-Charles Champagnat
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mars 2015

A Maxime

Jean-Charles Champagnat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai beau lire et relire le texte des paroles de la cuvée 2015 de la tournée des enfoirés, du 1er au dernier degré, je ne vois pas d’autre message que celui que portait mes parents à mon égard dans les années 70 !

Maxime, mais qu’est-ce que tu fais dans cette galère ? Maxime, permet-moi de te tutoyer car tu es un ami, même si tu ne me connais pas. Celui qui a accompagné ma jeunesse et qui m’a aidé à acquérir une certaine conscience citoyenne. Car, avec Georges, Jacques, Leonard et bien d’autres, tu as participé à mon éducation. Et tes chansons étaient à cent lieues, que dis-je à mille lieues, de celle que tu chantes aujourd’hui avec tes copains des Enfoirés.

De « mon Frère » à « Saltimbanque », « des Lettres » à « Parachutiste », de « l’Arbre dans la ville » à « la Maison bleue », de « Passer ma route » à « Né quelques part », tu as écrit quelques-uns des plus beaux textes de la chanson française. 

Et là, tu participes à une chanson moralisatrice envers la jeunesse, un rappel à l'ordre pour lui dire qu'elle va droit dans le mur si elle ne se prend pas en main.  Et même si ce n’est pas le message et que je me trompe, elle montre quand même des adultes réactionnaires et une jeunesse désabusée. Elle montre des jeunes cons et des adultes encore plus cons. Elle montre l’éternel choc des générations. Bref, elle est d’un pessimisme terrible. Et elle est en train de masquer l’impérieuse nécessité de poursuivre l’œuvre de Coluche.

Tu le vois, ma réaction est mesurée par rapport à d’autres. Et crois-moi Maxime, cette réaction ne participe pas de la connerie ambiante ou de la montée de l’intolérance que tu vois dans celles et ceux qui ont été dérangés par ce texte.

Car, cette montée de l’intolérance, du racisme et de la connerie, ne crois-tu pas que nous en sommes un peu responsables, nous qui léguons ce monde à nos enfants ? Et qu’est qu’ils veulent ces enfants : eux-aussi, ils veulent coudre à leurs Jean’s des fils de couleur. Eux-aussi, ils veulent juste des jours meilleurs…

 --------------------------

Texte de la chanson « Toute la vie » :

Des portes closes et des nuages sombres
C'est notre héritage, notre horizon
Le futur et le passé nous encombrent
Avez-vous compris la question?

Vous aviez tout :  l'amour et la lumière
On s'est battus, on a rien volé
Nous n'avons que nos dégoûts, nos colères
Mais vous avez, mais vous avez, oui vous avez

Toute la vie c'est une chance inouïe
Toute la vie c'est des mots, ça veut rien dire
Toute la vie Tu sais le temps n'a pas de prix
Utopie, sans avenir
Toute la vie, c'est à ton tour et vas-y
À ton tour et vas-y, à ton tour et vas-y, à ton tour... vas-y

Vous aviez tout : paix, liberté, plein emploi
Nous c'est chômage, violence et SIDA
Tout ce qu'on a, il a fallu le gagner
À vous de jouer, mais faudrait vous bouger

Vous avez raté, dépensé, pollué
Je rêve ou tu es en train de fumer ?
Vous avez sali les idéologies
Mais vous avez, mais vous avez, oui vous avez

Toute la vie, une chance, un défi
Toute la vie c'est bidon, ça veut rien dire
Toute la vie tu sais le temps n'a pas de prix
Utopie, sans avenir

Aujourd'hui j'envie tellement ta jeunesse
Quel ennui, je l'échange contre ta caisse
C'est la vie, la vie qui caresse et qui blesse
C'est ta vie, vole et vas-y, vole et vas-y
À ton tour et vas-y, à ton tour et vas-y, à ton tour... vas-y

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005