Jean-Charles Duboc
Abonné·e de Mediapart

263 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juil. 2011

Un OVNI provoque la fermeture de l’aéroport d’Oslo

Jean-Charles Duboc
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 24 mars 2011, un OVNI a provoqué la fermeture de l’aéroport d’Oslo Gardermoen !...

Plusieurs milliers de passagers ont été retardés car l’aéroport, situé à 40 km d’Oslo, a été fermé pendant une heure et demie.

Un avion avec 400 passagers à bord a dû se mettre en attente avant d’atterrir car l’espace aérien a été interdit en raison de la présence d’un objet inconnu dans le ciel.

(La fermeture de l’aéroport indique que l’objet était identifié par le radar primaire de la défense aérienne norvégienne et qu’il est resté plus d’une heure dans la zone d’approche de l’aéroport de Gardermoen...).

C’est un équipage d’un B737 de la compagnie SAS qui a fait l’observation, à l’altitude de 8.000 pieds (2.400 m), pendant son approche à l’aéroport de Gardermoen, vers 16 heures.

Ils étaient à moins de 30 nautiques (60 km) lorsque le commandant de bord et le copilote, un ancien pilote de chasse, ont observé devant eux un objet verdâtre.

Le témoignage du pilote :

« Nous venions du fjord d’Oslo et volions vers le nord ; nous étions à l’ouest d’Oslo, puis nous allions virer pour effectuer un atterrissage vers le sud afin d’atterrir à Gardermoen.

J’étais assis et je regardais à l’extérieur pour trouver un avion qui devait venir du nord et c’est là où j’ai vu cet objet, légèrement sur la droite et au-dessous de nous.

Je l’ai identifié immédiatement et j’ai pensé que c’était un planeur ou, de toute façon, un avion, et qu’il ne devait pas être là. Aussi, je l’ai montré à mon collègue qui l’a ensuite identifié.

Pendant que nous observions l’objet j’ai demandé au contrôle aérien s’il y avait un autre avion dans notre secteur mais ils m’ont répondu qu’il n’y avait rien ».

A quelle distance l’objet était-il de leur route ?... Le pilote John Kilborn l’estime à deux ou trois kilomètres.

S’il avait tendu le bras, l’objet n’aurait pas été recouvert par un doigt (ceci donne un angle de plus de deux degrés apparents et une taille minimale de 100 m).

« J’ai essayé de décrire l’objet au contrôle aérien. Ce que j’ai vu était un objet d’une couleur jaune citron, légèrement vert, et avec ce qui ressemblait à une aile. Cela colle assez bien. Et j’ajoute qu’il avait aussi une queue.

J’ai réussi à le suivre (visuellement) 15 à 20 secondes environ.

A ce moment, tel que j’ai pu le voir, il était en virage contrôlé, et serré, vers la droite. Il a fait presque un 360 ° (un tour complet) avant que je le perde de vue.

Lorsque nous avons tourné sur la droite, vers l’aéroport, nous nous sommes retrouvé face au soleil et nous ne pouvions plus le voir ».

Source (1) Source (2)

Blog des Sciences Exopolitiques

http://euroclippers.typepad.fr/exopolitique/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin