Jean-Charles Duboc
Abonné·e de Mediapart

263 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 août 2014

Jean-Charles Duboc
Abonné·e de Mediapart

Démocratie directe et Sécurité extérieure (II)

Jean-Charles Duboc
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Devons-nous continuer à accepter de payer des impôts pour fabriquer et déployer des armes nucléaires ?...

Nous vivons dans un « totalitarisme mafieux » où les citoyens sont, en réalité, peu informés sur le véritable niveau de corruption de notre classe politique, l’une des plus corrompues de la planète.

Le summum de la corruption a été atteint en 1991 et 1992 lorsqu’ont été détournés les 3,5 milliards de dollars des indemnités de la guerre du Golfe virées à la France par le Koweït, l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes-Unis au titre des frais de guerre de l’Opération Daguet.

Une escroquerie gigantesque à 22 milliards de dollars a aussi eu lieu lors de l’extinction des puits de pétrole en feu au Koweït.

C’est l’affaire Basano/Ferrayé.

Si ces deux affaires sont, pour l’instant, uniquement connues sur le web, une troisième affaire, tout aussi sérieuse, a eu lieu lors de la vente de frégates à Taïwan, en avril 1991, où des rétro-commissions très importantes ont été virées.

Le dossier est classée « secret-défense » ; on se demande bien pourquoi...

Nos élus mafieux se protègent comme ils le peuvent et leur manque d’éthique et de responsabilité a réussi à propulser un parti d’extrême-droite en tant que premier parti politique au « pays des droits de l’homme ».

La dégradation de l’économie et des finances de la France s’aggravent en continu et fait le terreau des extrémistes. Il est vrai que ceux-là n’ont jamais été au pouvoir et n’ont pas eu le temps d’être corrompus !...

Il faut s’attendre au pire pour les prochaines élections.

La corruption est inévitable dans nos démocraties modernes car les élus ont besoin d’obtenir des financements auprès des entreprises et des électeurs. Ils sont ensuite tenus.

Il faut changer les règles du jeu !...

La sortie ῝par le haut῝ d’une telle situation passe par le développement de la démocratie directe et le tirage au sort d’une partie des représentants du peuple.

Notre système totalitaire s’exprime aussi dans des choix très importants sur lesquels les citoyens n’ont jamais la possibilité de s’exprimer comme, par exemple, au sujet de la fabrication et du déploiement des armes atomiques !...

Imaginez un référendum où le président de la République pose ce type de questions : « Désirez-vous construire des armes atomiques qui ont la capacité de tuer des dizaines de millions de personnes d’un seul coup ?...».

Après une campagne d’explications, où les partisans et les opposants auraient la possibilité de s’exprimer, on arriverait au vote.

Et les femmes ont le droit de vote…

Certaines ne se priveraient pas pour hurler : « Je ne veux pas tuer des mamans chinoises ou russes avec leurs petits !... ».

Evidemment, avec un raisonnement pareil on n’aurait jamais pu construire et déployer des armes nucléaires !...

C’est bien pour cela qu’aucun des pays nucléarisés ne s’est jamais aventuré à faire un référendum sur la construction d’armes atomiques !...

Néanmoins, ajoutons, qu’à l’origine, la dissuasion nucléaire a été développée durant les années 1950 afin de faire face à l’empire soviétique et au risque du déferlement des chars russes dans les plaines d’Europe occidentale, et qu’elle était inévitable.

A l’époque, c’était compréhensible.

Mais la menace que faisait peser l’URSS a disparue.

Nous vendons même aux Russes des bâtiments de guerre, des BPC de type Mistral, construits à Saint-Nazaire.

Quant à la menace chinoise, elle n’existe pas !...

Les Chinois désirent principalement développer leur industrie, le commerce, faire du tourisme à Paris, Londres, New-York, Moscou.

De grandes manœuvres navales américaines viennent même d’avoir lieu dans le Pacifique et la Marine chinoise y a été conviée !...

Aussi, « l’équilibre de la terreur » a de moins en moins de raisons d’être surtout que des pays émergents développent eux aussi des armes nucléaires et que les risques d’un tir intempestif augmentent, tout comme le risque de voir tomber des armes atomiques entre les mains de fanatiques religieux comme au Pakistan.

Un « équilibre de la terreur » à quatre ou cinq devient insensé et ne peut qu’augmenter considérablement le risque d’une réaction en chaîne et d’inciter d’autres pays à s’équiper, eux aussi, en armes nucléaires.

Le monde a changé et les risques actuels pour la planète sont principalement ceux de l’islamisme le plus barbare, digne du nazisme, qui se répand en Afrique du Nord ainsi qu’au Proche et au Moyen-Orient.

Nous sommes dans une situation où il est urgent de diminuer les stocks d’armes nucléaires sur la planète, en raison des risques encourus, alors qu’il est tout aussi urgent de développer des moyens d’interventions classiques pour faire face, à un moment ou l’autre, à la dégradation de la situation dans des pays aussi proches du nôtre que la Libye, la Syrie et l’Irak.

De plus, le financement de notre armement atomique pénalise très fortement nos capacités d’interventions et il faudra, à un moment ou l’autre, faire un choix entre les armes nucléaires qui absorbent 30% des budgets d’investissement (en encore plus dans l’avenir) et le développement de nos forces conventionnelles.

Le débat est lancé depuis des années par le général Étienne Copel, ancien commandant de la première escadre nucléaire tactique, et le général Bernard Norlain, ancien commandant de la défense aérienne.

Plus récemment, ils ont été rejoints par des dirigeants politiques comme Paul Quilès, ancien ministre de la défense et président de l’association « Arrêtez la Bombe », par Hervé Morin, ancien ministre de la défense, et par Claude Bartolone, président de l’Assemblée Nationale.

Mais il faut avouer qu’il y a peu de dirigeants politiques qui osent se lancer dans le débat.

Ils préfèrent parler de « sanctuarisation » de la dissuasion, comme si on pouvait mettre des armes de destruction massive dans un sanctuaire qui est, par essence même, dédié au divin !...

N’importe quoi !...

Ou alors nos élus avancent le terme « d’assurance-vie » comme si on allait toucher de l’argent si les armes atomiques étaient lancées sur des populations civiles !...

Ce sont des arguments d’une grande stupidité – un véritable échec de la pensée -  qui montre bien le néant de la réflexion de nos élus mafieux, plus occupés à s’entre-déchirer et à flatter les égos des présidents des clubs de pétanque de Trifouilly-en-Caux plutôt que de réfléchir sur des problèmes de fond.

Les besoins de nos forces conventionnelles sont très importants et il est urgent de développer nos forces de projection notamment par une puissante mise en opération des A 400M de transport, et des A300 MRTT ravitailleurs, ainsi que par une sérieuse mise à niveau de nos moyens OPEX, y compris en blindés.

Dans le domaine maritime, un deuxième porte-avions est nécessaire pour assurer une permanence continue à la mer tandis qu’il nous faudrait une flotte de patrouilleurs pour nos étendues maritimes.

Avec 11 millions de km2 d’océans et de mers, dont 400.000 km² de plateau continental, la zone économique exclusive (ZEE) de la France représente la deuxième superficie maritime au monde !...

La première place revient de justesse aux États-Unis (11.351.000 km2), la troisième à l’Australie (8 millions de km2) et la quatrième à la Russie (7.566.000 km2).

Ainsi, la France est quasiment au même rang que les États-Unis en terme de surface maritime !...

Qu’avons-nous pour la surveillance de nos étendues maritimes alors que l’Arabie Saoudite vient de commander 100 patrouilleurs !...

Faut-il passer notre ZEE sous l’autorité de l’Union européenne pour avoir enfin la possibilité de déployer des moyens de surveillance qui dépassent de loin nos possibilités financières ?...

De plus, nos espaces maritimes nous donnent la possibilité de développer un important projet de construction et d’armement de grands voiliers-écoles pour la navigation océanique, en équipage, des jeunes Français et des jeunes Européens.

Pourquoi aucun dirigeant politique n’a-t-il jamais eu l’idée de faire construire des grands voiliers-écoles qui feraient des tours du monde avec des équipages de jeunes venant de différents pays maritimes de la planète ?...

Serait-ce la peur de développer l’esprit de Liberté et de responsabilité ?...

Et pourtant, ce serait bien pratique pour développer la coopération internationale entre les jeunes et afin de leur faire découvrir les immensités maritimes et la grande variété des pays et des cultures.

C’est le projet Euroclippers !...

C’est bien pour cela que je ne suis plus du tout d’accord pour que mes impôts continuent à financer la Force Océanique Stratégique (FOST) qui est à la fois désuète et monstrueuse.

Il y a mieux à faire !...

Les Russes estiment que 1.500 têtes nucléaires sont suffisantes pour assurer la dissuasion alors qu’il y a encore 17.000 charges nucléaires opérationnelles sur la planète.

La réduction du nombre d’armes atomiques pourrait être rapide si les dirigeants des pays nucléarisés s’y mettaient tous ensemble !...

Mais ces pays ont développé des armes nucléaires à grand coût et ne voudront jamais se débarrasser de leurs centres de recherche et de fabrication de ces armes monstrueusement puissantes et destructrices.

Et si on trouvait une autre utilisation aux armes nucléaire qui permettrait de rassembler les Terriens dans un grand projet de protection de la planète ?...

Car la planète fait face, en continu, à un risque très important de destruction, autre que le risque nucléaire.

Au niveau du temps de vie d’un être humain, ou même du développement d’une civilisation, le risque d’une collision avec un astéroïde ou une comète est assez peu élevé.

Il faut se pencher sur l’histoire de la Terre sur des milliers d’années, et même bien plus, pour réaliser que notre planète a été percutée régulièrement par des astéroïdes et des comètes qui, à chaque, fois, ont provoqué des dégâts considérables et parfois même apocalyptiques comme l’extinction des dinosaures il y a 65 millions d’années.

Sans aller si loin, il est possible de découvrir une extinction massive des mammifères d’Amérique du Nord par l’arrivée d’une comète sur l’actuel Canada il y a 15.000 ans.

Il est temps de lever les yeux vers le ciel, vers l’espace, et de bien réaliser que nous pouvons être menacés à tout moment par un astéroïde géo-croiseur ou une comète.

Si les astéroïdes géo-croiseurs sont bien connus et tous placés sur l’écliptique (dans le plan d’évolution des planètes), il en est tout à fait différemment des comètes qui peuvent se décrocher de la ceinture de Kuiper ou du nuage de Oort.

Je signale qu’une comète passe très près de Mars en octobre 2014 et qu’une collision créerait un cratère de 200 km de diamètre et de 2 km de profondeur !...

C’est la deuxième alerte sérieuse en 20 ans.

La première a été la collision de la comète Shoemaker-Lévy qui a percuté Jupiter en juillet 1994.

Cette comète s’est fragmentée en 21 morceaux dont le plus important a frappé Jupiter avec une énergie de 6 millions de mégatonnes soit 600 fois l’arsenal mondial de têtes nucléaires !...

Une collision avec la Terre aurait provoqué la disparition de toute vie sur notre planète.

Faut-il attendre une troisième « alerte cosmique » pour entreprendre la création d’un système de protection de la Terre qui permettra de détruire en une multitude de fragments une « comète de l’apocalypse » ?...

La protection de la Terre serait constituée de dizaines ou de centaines de stations spatiales équipées chacune de missiles spatiaux et d’armes nucléaires dont certaines seraient placées sur une sphère située au-delà de l’orbite de Jupiter afin de détruire les comètes les plus dangereuses.

Pour les astéroïdes géo-croiseurs, les moyens de dévier leur trajectoire pourraient être mis en place dans des bases spatiales situées sur des orbites proches de celle de la Terre on même, plus simplement, par des missions directes parties de notre planète.

La construction d’un tel système de protection spatiale demanderait des décennies et rassemblerait tous les pays de la planète compte-tenu des besoins financiers et techniques colossaux.

Dans ce cas-là, je serais d’accord pour continuer à payer des impôts afin  de fabriquer des armes nucléaires à la condition de les placer très loin dans l’espace pour protéger la Terre !...

Mais pas pour le reste !...

Jean-Charles DUBOC

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française