Jean-Charles Duboc
Abonné·e de Mediapart

263 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 nov. 2014

Jean-Charles Duboc
Abonné·e de Mediapart

Guerre du Golfe 1991 : Lettre au Premier Ministre (I)

Jean-Charles Duboc
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je mets en ligne une lettre qui vient d’être envoyé au Premier Ministre par un vétéran de l’Opération Daguet au sujet des indemnités de la guerre du Golfe et du Syndrome du Golfe.

Le 25 octobre 2014

                                                                      M. Atama TEUGASIALE

                                                                      à     

                                                                       Monsieur Manuel VALLS

                                                                       Premier Ministre

                                                                       Hôtel de Matignon

                                                                       57, rue de Varenne

                                                                       75700 PARIS

Lettre recommandée avec A.R

Objet : traitement des indemnités de la Guerre du Golfe

        Monsieur le Premier Ministre,

        Ancien militaire de carrière, permettez-moi de vous exposer par cette lettre, mon sentiment d’injustice concernant le traitement des Indemnités de la Guerre du Golfe 1991 et le syndrome engendré par celle-ci qui frappe certains de mes camarades.

               Ayant participé avec mon Régiment le 2ème Rima, 1ère compagnie, à l’opération DAGUET, j’ai appris, de source sûre, que certains pays des Emirats ont versé des fonds pour tous les soldats de la coalition qui ont participé à cette guerre.

  Je dénonce ouvertement  le détournement des fonds  qui auraient dû être versés aux vétérans Français de la Guerre du Golfe par le Gouvernement de l’époque et sollicite la reconnaissance de l’existence du syndrome du Golfe, dont certains en sont décédés. J’ai une pensée particulière aux veuves et orphelins qui n’ont aucun soutien moral et financier de l’Etat, à ceux qui en souffrent,  parce que ce syndrome n’est pas officiellement reconnu.

 Comment se fait-il que nos Institutions et politiciens soient restés silencieux face à cet état de faits qui les met en cause ?

Actuellement, le Gouvernement  doit afficher  une image d’exemplarité et d’honnêteté, qu’en est-il ?

 L’Opinion Publique approuvera-t-elle ce genre de comportement  lorsque cette affaire prendra de l’ampleur  par sa médiatisation ?

         Si j’ai porté à votre connaissance tous ces faits, c’est pour que vous puissiez diligenter une enquête afin de faire valoir nos droits de Vétérans et  obtenir une reconnaissance pour service rendu à la Nation.

 Sachez, Monsieur le Premier Ministre, que je ne renierai jamais mes engagements pour ma Patrie.

 Dans l’attente d’une réponse de votre part, je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

         Je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, en l’expression de mon plus profond respect.

                               M. Atama TEUGASIALE

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org