La Télévision Suisse Romande a révélé, le 7 avril dernier, selon des sources bancaires, que Jérôme Cahuzac aurait démarché en 2009 une banque genevoise afin de transférer 15 millions d’euros.

La banque contactée auraient refusé car Jérôme Cahuzac était un « PEP » - une personne politiquement exposée.

D’après le Tages Anzeiger, le quotidien zurichois de centre gauche, c’est la banque Julius Baer qui aurait transféré des fonds à Singapour pour Cahuzac, après que celui-ci ait d’ailleurs fourni un faux certificat fiscal…

Les journalistes suisses semblent garantir ces informations et cela pose une question fondamentale : « D’où pourraient bien venir les 15 millions de Jérôme Cahuzac ?... ».

Cette somme pourrait être :

● Une fortune familiale déposée depuis des lustres en Suisse ;

● Le fruit de son travail de consultant et de chirurgien ;

● Une somme qu’il veut faire transférer pour le compte d’une autre personne - c’est-à-dire que son compte bancaire est un ῝compte omnibus῝ ;

● Une partie des rétro-commissions sur le contrat de vente des frégates de Taïwan ou en provenance d’un autre contrat d’armement ;

● Le fruit d’une escroquerie ou d’un détournement de fonds.

 

L’enquête judiciaire est en cours et j’espère que nous pourrons en savoir un peu plus sur la réalité de cette somme et son origine.

Malgré tout, il me semble nécessaire de revenir à l’époque de la guerre du Golfe de 1991 et de rappeler l’existence de deux gigantesques détournements de fonds.

1/ L’escroquerie sur l’extinction des puits de pétrole en feu au Koweït en 1991

Après le succès de l’opération « Tempête du Désert » et la débandade des troupes irakiennes, Sadam Hussein a fait exploser 1.164 puits de pétrole au Koweït en provoquant une catastrophe écologique majeure.

La méthode pour éteindre les puits de pétrole en feu consistait à l’époque à forer un puits de dérivation, injecter des boues, et souffler la flamme avec un explosif.

Une technologie difficile à appliquer et qui aurait pris entre 8 et 12 ans pour l’ensemble des puits.

C’était sans compter sur l’inventivité de Joseph Ferrayé, d’origine libanaise, qui dépose à l’INPI, le 2 mai 1991, un brevet d’extinction des puits avec de l’azote liquide (- 200 °C).

Après un intérêt manifeste du Koweït, un devis de 22 milliards de dollars est envoyé par Ferrayé et son associé Basano, le 14 juin 1991, à la banque du Koweït, sachant que le coût d’extinction est de 30 millions de dollars pour chacun des 750 puits en feu (le nombre allait augmenter…)

Le 28 juillet 1991, Basano et deux collaborateurs partent pour le Koweït.

Sur place ils apprennent qu’un procédé très proche de celui de Ferrayé est utilisé depuis plusieurs semaines. La méthode d’extinction à l’azote liquide avait été reprise en toute illégalité !...

Ferrayé dépose ensuite une plainte pour faire valoir ses droits sur cette méthode révolutionnaire qui n’utilise pas la dynamite.

Par la suite, Basano apprendra que près de 8 milliards de dollars ont transité sur des comptes suisses ouverts à son nom en paiement d’une facture qui se monte à 23 milliards de dollars, somme légalisée par Maître Motu à Genève.

C’est le début de l’affaire « Ferrayé-Basano », largement disponible sur le web.

L’histoire a fait le thème d’une enquête de TF1 :

http://nemesistv.info/video/MMO7W747W4W5/dsk-kuwait-gate#

Cette émission a été déprogrammée au dernier moment car elle pouvait nuire à « Déesse-Kha » !...

La véritable facture pour l’extinction des puits en feu au Koweït s’est montée à 1 milliard de dollars facturé à Red Adair, et à d’autres sociétés comme Boots & Coots, et il y a eu ainsi 22 milliards de dollars qui ont été détournés et versés sur une série de comptes en Suisse, dont plusieurs au nom de Basano !...

Il faut savoir que 22 milliards de dollars de 1991 représentent près de 45 milliards d’euros en valeur actuelle !...

Une somme monstrueusement importante !...

De quoi alimenter un ῝Sous-compte Omnibus῝ à hauteur de 15 millions d’euros comme celui de Cahuzac !...

Il faut bien faire quelques économies pour préparer l’élection de nos futurs dirigeants politiques !...

Voilà pour la première hypothèse sur l’origine de la fortune de notre ex-ministre du budget.

Mais il y a un deuxième détournement de fonds qui aurait pu aussi alimenter le compte Cahuzac.

 

2/ Le détournement des indemnités de la guerre du Golfe 1991.

Les années « Myth-Errant » ont été celles de la perte des valeurs nécessaires à l’harmonie du réseau social ainsi qu’au fonctionnement correct de l’économie.

Le plus grand scandale de la Vème République est le détournement par « Myth-Errant », en 1991, des 3,5 milliards de dollars d’indemnités de la guerre du golfe versés par le Koweït à la France au titre des frais engagés lors de l’Opération « Tempête du Désert. »

Je rappelle qu’au titre de l'indemnisation des dépenses militaires de l'opération Tempête du Désert les USA ont reçu du Koweït 13,5 milliards de $, le Royaume Uni 1,4 Md$, la Turquie 1,4 Md$, l'Égypte 970 millions de $, le Zaïre 20 millions de $, que 6,89 milliards de $ ont été attribués en "dépenses extraordinaires et d'urgence", et que la Presse s'est fait l'écho d'un versement à la France de plus de un milliard de $, par les Émirats Arabes (Source : Courrier International du 28 novembre 1998)

Ayant eu une confirmation de ce détournement de fonds, à la fin 1997, au plus haut niveau de la Défense Nationale, j’ai appliqué, avec 15 ans d’avance, la proposition faite en novembre 2012 par Lionel Jospin de développer un ῝dispositif ouvert d’alerte éthique῝ afin de lutter contre la corruption !...

J’ai en effet dénoncé ce détournement de fonds, le 19 janvier 1998, à la Brigade de Contrôle et de Recherche (BCR), de la Direction Générale des Impôts, à l'Hôtel des Finances du Havre.

Et je l’ai fait en toute transparence.

Ce dossier m’a d’ailleurs permis d’arrêter la grève des pilotes d’Air France de juin 1998 (voir lettre à DSK) car j’étais en contact avec des collègues du SNPL dont Jean-Charles Corbet et Carlos Garcia qui est de ma promotion pilotes A14 de l’ENAC (1971).

Le dossier était entre les mains du SNPL qui avait l’intention de le rendre public si la grève se durcissait.

Le gouvernement a capitulé en rase campagne et les pilotes de ligne d’Air France ont une paix royale depuis cette époque.

Pas une grève en 15 ans !...

Par la suite, j’ai envoyé une lettre à tous les ministres des finances pour leur rappeler cette affaire, notamment à Thierry Breton (20 avril 2006) et à Christine Lagarde (12 mai 2010).

Et bien, aucun ministre des finances ne m’a jamais répondu – ne serait-ce que pour démentir mes accusations.

Malheureusement ce détournement de fonds est une horrible réalité largement disponible sur Internet, y compris sur MEDIAPART.

En conclusion, c’est près de 7 milliards d’euros (valeur 2013) qui ont été mis à l’abri dans les paradis fiscaux !...

Le total de ces deux affaires, l’escroquerie sur l’extinction des puits de pétrole en feu et le détournement des indemnités de la guerre du Golfe, représente 51 milliards d’euros en valeur actuelle !...

Et même si, d’après le roman « Opération Juliette-Siéra » de « I-Cube », les 35 milliards du grand emprunt 2010 sont une partie de ces fonds placés dans un trust à Londres, il n’en demeure pas moins qu’il manque une quinzaine de milliards d’euros !...

De quoi alimenter le compte omnibus de Cahuzac à hauteur de 15 millions d’euros, mais aussi d’autres comptes…

 

Et c’est là où le dossier devient dangereux, à la fois pour Cahuzac et pour les journalistes de Mediapart, dont Edwy Plenel, qui ne réalisent pas forcément la gravité de la situation.

Car cet argent est celui de mafieux prêts à tout pour défendre leur intérêt de crapule.

Il ne faut pas surtout oublier les suicidés de la République : Robert Boulin, Pierre Bérégovoy et François de Grossouvre.

Depuis « Giscard-le-Viandard » la république est devenue un « totalitarisme mafieux » où de véritables gangsters ont pris les commandes de mon pays.

Des gangsters prêts à tout, y compris à éliminer les gêneurs, dont un Premier ministre en exercice.

Des gangsters qui règnent par la terreur depuis des décennies.

Aussi, il me semble nécessaire que MEDIAPART adopte la stratégie de la Marine anglaise : « Frapper le premier, frapper fort et continuer à frapper !... ».

MEDIAPART A FRAPPÉ TRÈS FORT AVEC L’AFFAIRE CAHUZAC, MAIS IL FAUT CONTINUER A FRAPPER EN DÉBALLANT LES DEUX AFFAIRES QUE JE VIENS DE RAPPELER.

Et si cela n’est pas fait, nous risquons d’avoir une série de suicides pour faire taire les gêneurs, dont Edwy Plenel.

Il faut se rappeler la dizaine de suicidés de l’affaire des frégates de Taïwan.

Ces gens sont prêts à tout.

Je ne peux que recommander à Edwy Plenel « d’y aller au sabre » et de frapper notre classe politique comme elle ne l’a jamais été, de la mettre à genoux, et de provoquer l’arrivée d’une nouvelle génération d’élus afin de redonner aux citoyens une authentique espérance dans l’avenir de notre pays.

Mille millions de mille sabords !....

 

« L’Ami-râle Haddock »

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Billet ad'hoc. Recommandé.