Primaire écologiste : ce que proposent les candidats pour moraliser la vie publique

Cinq candidats sont en lice pour la primaire écologiste. Voici leurs propositions pour moraliser la vie publique ou, tout du moins, pour améliorer les pratiques politiques.

Les mouvements écologistes organiseront la désignation de leur candidat à la prochaine élection présidentielle par le biais d’une primaire ouverte qui se déroulera du 16 au 28 septembre 2021. 

Attention : pour pouvoir voter, il faut avoir 16 ans et s’inscrire avant le 13 septembre 2021 (ceux qui ne sont pas adhérents d'un des partis organisateurs devront s'acquitter d'une participation de deux euros) !

Cinq candidats sont en lice. Bien évidemment, chacun porte un ambitieux programme en matière de défense de l’environnement...

Dans ce cadre, je me suis penché plus particulièrement sur leurs propositions pour moraliser la vie publique ou, tout du moins, pour améliorer les pratiques politiques.

Voici donc les propositions des candidats (présentés par ordre alphabétique) :

Delphine Batho (Génération Écologie)

Précédents :

Ses propositions figurant sur son flyer dans le cadre de la primaire écologiste :

  • « Pour une démocratie refondée, libérée du pouvoir des lobbys et du présidentialisme qui entrave les énergies citoyennes. »

MAJ le 5 septembre 2021

Lors du premier débat de la primaire écologiste :

  • La candidate a indiqué qu'elle abolirait le présidentialisme : « il y aura un référendum pour remettre en cause l'élection au suffrage universel direct du président de la République. »
  • Elle propose de réformer « nos institutions avec les conventions citoyennes, avec la 3e chambre du futur... »

MAJ le 8 septembre 2021

Lors du deuxième débat de la primaire écologiste :

  • La candidate prône « un régime primo-ministériel, c'est-à-dire un régime où le Premier ministre et les membres du Gouvernement résultent des élections législatives ».

MAJ le 10 septembre 2021

Lors du troisième débat de la primaire écologiste :

  • La candidate veut supprimer la Cour de Justice de la République.
  • Elle déclare qu'une personne mise en cause ne peut pas être membre du Gouvernement.
  • Elle prône « une loi de séparation de l'État et des lobbies » et souhaite mettre à terme aux allers-retours entre le public et le privé.

MAJ le 13 septembre 2021

Ses propositions figurant dans sa profession de foi :

  • « Je suis la candidate de la rupture avec le présidentialisme, car pour réussir la transformation écologique aux responsabilités, il faut une démocratie refondée, débarrassée du pouvoir des lobbys pour rétablir l’éthique de l’intérêt général à la tête de l’État et libérer les énergies citoyennes dans tous les territoires. »

Jean Marc Governatori (Cap Écologie)

Précédents :

  • Tête de liste aux élections municipales de 2020, à Nice, il a proposé une charte éthique contenant 60 mesures « pour une ville et une métropole plus éthiques ».

Ses propositions figurant sur son site dans le cadre de la primaire écologiste :

  • « Outre la reconnaissance du vote blanc, le R.I.C, le vote à la proportionnelle pour les législatives, nous avons à sortir du présidentialisme qui est l’une des causes de nos malheurs : douze mois après mon élection à la Présidence, en avril 2023, je proposerai la création d’un triumvirat primo ministériel, élu par les 3 Assemblées , l‘Assemblée nationale , le Sénat et l’Assemblée nationale de 577 citoyens volontaires tirés au sort que j’aurai créée, qui éliront 3 personnes pour assumer la fonction de Premier Ministre. Elles seront responsables devant ces 3 Assemblées. Il n’y aura donc plus de Président élu au suffrage universel et la France sortira enfin de la monarchie. »

MAJ le 5 septembre 2021

Lors du premier débat de la primaire écologiste :

  • Le candidat rappelle sa proposition de créer un « triumvirat primo ministériel ».

MAJ le 8 septembre 2021

Lors du deuxième débat de la primaire écologiste :

  • Le candidat évoque « la reconnaissance du vote blanc ».

MAJ le 10 septembre 2021

Lors du troisième débat de la primaire écologiste :

  • Le candidat veut supprimer la Cour de Justice de la République.
  • Il déclare qu'une personne mise en cause ou condamnée ne peut pas être membre du Gouvernement.

MAJ le 13 septembre 2021

Ses propositions figurant dans sa profession de foi :

  • « la sortie du présidentialisme »

Yannick Jadot (Europe Écologie- Les Verts)

Précédents :

Ses propositions figurant sur son site dans le cadre de la primaire écologiste :

  • « Avec d’autres évolutions institutionnelles à débattre (comme le vote à 16 ans ou le mandat présidentiel à 7 ans non renouvelable), pour favoriser le partage et l’équilibre des pouvoirs et la recherche de larges coalitions au service de la transformation écologique et sociale du pays, le mode de scrutin pour l’élection de l’assemblée nationale sera proportionnel, dans un cadre départemental pour conserver une attache territoriale pour les élu(e)s, avec un seuil de 5% et parité. »

MAJ le 5 septembre 2021

Lors du premier débat de la primaire écologiste :

  • Le candidat prône « une phase de décentralisation pour clarifier les compétences des collectivités ».
  • Il propose de mettre en place « des référendums d'initiative locale pour que les citoyens se sentent partie prenante des décisions, des conventions citoyennes, des conférences de consensus ».

MAJ le 8 septembre 2021

Lors du deuxième débat de la primaire écologiste :

  • Le candidat veut « un vice-Premier ministre à l’écologie qui regroupe l'alimentation, la santé et l'environnement » et « souhaite qu'on puisse extirper les lobbies de ces trois domaines ».

MAJ le 10 septembre 2021

Lors du troisième débat de la primaire écologiste :

  • Le candidat veut supprimer la Cour de Justice de la République.

MAJ le 13 septembre 2021

Ses propositions figurant dans sa profession de foi :

  • « Pour extirper les lobbys de nos institutions, de notre alimentation, de notre santé, de notre environnement. »
  • « Plus un euro d’argent public ne subventionnera des multinationales qui placent leurs profits dans des paradis fiscaux »
  • « Nous mettrons fin au présidentialisme. »

Éric Piolle (Europe Écologie- Les Verts)

Précédents :

  • Tête de liste aux élections municipales de 2020, à Grenoble, il s’est engagé à respecter « une éthique irréprochable (maintien de la baisse des indemnités de 25% de 2014, non cumul, pas de voitures de fonction, frais de réception au plus bas, bilan carbone) ».

Ses propositions figurant sur son site dans le cadre de la primaire écologiste :

  • « La réforme doit aussi promouvoir une démocratie enfin représentative qui reflète la pluralité de notre société, en proposant d’élire nos députés à la proportionnelle avec une prime majoritaire. »
  • « Il faudra qu’élections législatives et présidentielles aient lieu en même temps, afin que les choix stratégiques et les idées prévalent sur le choix d’une femme ou d’un homme soi-disant providentiel. »
  • « Nous proposerons d’inscrire dans la Constitution l’indépendance des magistrats du parquet dont le processus de nomination et de sanction sera aligné sur celui des magistrats du siège. »
  • « Nous assurerons aussi un renouvellement régulier du personnel politique en limitant le cumul des mandats dans le temps. »
  • « Le référendum d’initiative citoyenne (RIC) est un dispositif démocratique indispensable. Nous organiserons également des conventions citoyennes sur les sujets cruciaux. La Convention citoyenne pour le climat n’a pu générer de changement législatif parce que ses participants n’avaient pas la pleine maîtrise du processus, mais l’idée s’est imposée que citoyennes et citoyens pouvaient produire ensemble un travail nécessaire et exemplaire. Lors de prochaines Conventions, ils devront avoir les moyens d’écrire la loi et de soumettre l’adoption de leur travail par référendum et non au vote des assemblées. »
  • « Transformer la formation des élu·e·s et des cadres de la fonction publique par une hybridation du Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT), des laboratoires d’innovation publique et de la recherche scientifique et une refonte drastique des règles de passage entre la fonction publique et le privé qui favorisent actuellement la confusion entre intérêt général et intérêts privés aux bénéfices des lobbies. »

MAJ le 8 septembre 2021

Lors du deuxième débat de la primaire écologiste :

  • Le candidat rappelle sa proposition « d'introduire le référendum d'initiative citoyenne car il faut faire confiance aux Français pour trancher les grands changements ».

MAJ le 10 septembre 2021

Lors du troisième débat de la primaire écologiste :

  • Le candidat veut supprimer la Cour de Justice de la République.
  • Il prône « une démocratie plus scandinave ».
  • Il propose que les vainqueurs d'élection fassent l'objet d'un contrôle fiscal.

Sandrine Rousseau (Europe Écologie- Les Verts)

Ses propositions figurant sur son site dans le cadre de la primaire écologiste :

  • « Nous mènerons une profonde refonte des institutions. Cette réforme s’appuiera sur une convention citoyenne pour la démocratie. L’objectif est de réaffirmer la séparation des pouvoirs et de redonner une véritable autonomie aux pouvoirs législatif et judiciaire. Ces pouvoirs aujourd’hui effacés par l’hégémonie présidentielle doivent retrouver leur rôle de contrepouvoir. Les modalités de fonctionnement précises seront déterminées par la convention citoyenne et feront l’objet d’un référendum. »
  • « Nous rendrons plus démocratiques les règles des élections et des campagnes électorales (parité, limitation du cumul des mandats, règles de financement plus strictes, …). Nous modifierons les modes de scrutin (jugement majoritaire, reconnaissance du vote blanc, proportionnelle intégrale pour les élections territoriales) afin d’assurer une réelle représentativité locale des citoyen·es, de faciliter l’accès à des positions d’élu·es et de limiter les "carrières" politiques. »
  • « Nous permettrons une vraie participation citoyenne à la vie politique par la mise en place d’une chambre composée de citoyen·nes tiré·es au sort et par la modification des règles du Référendum d’Initiative Partagé pour qu’il soit plus accessible et qu’il ait un vrai pouvoir. »
  • « L’élection du parlement européen est encore trop l’objet d’enjeux électoraux purement nationaux. Une réforme permettra de voter pour des listes transnationales à l’élection du parlement européen. Le parlement européen doit pouvoir être à l’initiative de directives, règlements et de lois. La majorité qualifiée doit être la règle, l’unanimité bloquant quasiment toute possibilité majeure d’évolution. »

MAJ le 5 septembre 2021

Lors du premier débat de la primaire écologiste :

  • La candidate rappelle qu'une « démocratie fonctionne aussi avec des contre-pouvoirs » et souhaite que l'on s'interroge « sur la liberté du métier du journaliste et les moyens donnés à la Justice ».

MAJ le 10 septembre 2021

Lors du troisième débat de la primaire écologiste :

  • La candidate veut supprimer la Cour de Justice de la République.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.