NICE / Le scandale des jumelages

En mai dernier, le maire de Nice s’était rendu en Israël « pour célébrer le 45e anniversaire du jumelage entre Nice et Netanya » [1].

Cette fois, on apprend qu’il se rend en Côte d’Ivoire « pour la signature du jumelage entre Nice et Abidjan ». Le service de communication local prend soin de préciser que Christian Estrosi était accompagné d’une « forte délégation ».

Soyons lucides : il y a peu de chance que l’on connaisse, un jour, la composition exacte de cette fameuse délégation, ni le coût total de ce voyage digne d’un Chef d’État…

Quand on sait que Nice est jumelée avec une trentaine de villes, on n’ose imaginer la facture finale en billets d’avion, en chambres d’hôtel, en repas et en cadeaux divers !

D’autant que personne n’a réussi à répondre à cette simple question : à quoi ça sert ? En l’absence de justification convaincante, il est permis de penser que le jumelage, à Nice, est une pratique qui permet à certains élus et à leurs amis de s’offrir des vacances aux frais des contribuables.

« Je suis très ému et honoré d’être fait citoyen d’honneur du district d’Abidjan », relève Christian Estrosi, sans rire, par le biais de son compte Twitter. Qu’il se rassure : les Niçois, qui payent chacun de ses coûteux déplacements à l’étranger, ont aussi la larme à l’œil !

Note :

[1] Cf. « Qui paye le déplacement ? » (24/05/13).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.