NICE / Avant les municipales, tous les chemins mènent aux Roms

Christian Estrosi vient d’annoncer qu’il va prendre « un arrêté permettant à la police municipale de contrôler les populations qui vagabondent dans la rue, notamment les Roms ».

Cette initiative hallucinante est clairement contraire à l’article 21 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne : « Est interdite, toute discrimination fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, les origines ethniques ou sociales, les caractéristiques génétiques, la langue, la religion ou les convictions, les opinions politiques ou toute autre opinion, l’appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance, un handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle. »

Non seulement la ville de Nice sera, à nouveau, montrée du doigt pour ses outrances par le reste du pays, mais la Commission européenne ne manquera pas de réagir violemment à ce scandaleux ciblage ethnique.

Maintenant que Christian Estrosi a revêtu les habits du candidat à sa propre succession, il est à craindre que ce type de dérapage – qui vise à capter l’électorat du FN – ne se généralise.

Lire aussi :

- « Bêtes et méchants » (07/07/13)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.