Une bien opaque Maison de Nice

Il était demandé au conseil municipal du 7 octobre 2021 d'approuver les conditions de l'achat-revente entre la Maison de Nice et ses déposants. Je me suis étonné de la failblesse des informations données tant aux élus qu'aux déposants.

La Maison de Nice a vocation d'assurer la promotion de l’image de la ville de Nice à travers des produits promouvant le savoir-faire local

Dans ce cadre, il était demandé au conseil municipal du 7 octobre 2021 d'approuver les conditions de l'achat-revente entre la Maison de Nice et ses déposants.

Lors de la commission finances, ressources humaines et administration générale qui s'est tenue le 4 octobre 2021, j'avais demandé que le bilan financier de la Maison de Nice me soit communiqué. J'avais ajouté la précision suivante : « Quand je fais ce genre de demande, on me communique uniquement le chiffre d'affaires... Mais avoir le chiffre d'affaires et pas les charges ne sert à rien ! »

N'ayant pas été destinataire des informations demandées, je suis revenu à la charge lors du conseil municipal...

Je suis intervenu au nom du groupe écologiste :

Vous proposez de revoir la convention d’achat et de revente des produits proposés à la Maison de Nice…

Cette délibération souffre d’un double déficit d’informations :

1/ Tout d’abord, un déficit d’information envers les conseillers municipaux. Nous n’avons pas le bilan financier de la Maison de Nice !

Nous apprenons également dans la délibération n° 1.16 que la ville a acheté une mission d’assistance, notifiée en juin dernier, portant sur la mise en œuvre d'une nouvelle stratégie de marketing territoriale, pour la modique somme de 69 100 euros. Pouvons-nous connaitre cette nouvelle stratégie de marketing territoriale ?

2/ Il y a, ensuite, également un déficit d’information à l’égard des déposants. Dans l’article 2 de la charte d’engagement qualité, vous indiquez que « les produits proposés sont exclusifs pour la Maison de Nice »...

Mais les clauses d’exclusivité ne peuvent être absolues et doivent nécessairement être limitées à un territoire. Par ailleurs, l'exclusivité demandée porte-elle seulement sur le packaging ou sur le produit en lui-même ?

Bref, il convient de mieux préciser l’étendue de cette clause d’exclusivité.

Réponse :

Magali Altounian m'apporte les réponses suivantes :

« En ce qui concerne notre stratégie de marketing territoriale, elle est simple : elle est tournée sur la seule volonté de valoriser avant tout les créateurs locaux du territoire. » [si c'est si simple, pourquoi avoir payé un prestataire extérieur 69 100 euros pour la faire ?]

« Et je précise que ce point-là n'apparaît pas dans la délibération que nous votons aujourd’hui. » [comme je l'ai dit, la prestation de 69 100 euros est annoncée dans la délibération n° 1.16 présentée lors du… même conseil !]

« Vous aimez les chiffres, moi aussi, mais je préfère avant tout les personnes qui dirigent la Maison de Nice. Je parle de Sophie, Véronique, Nassim, Sarah, Marina qui, tous les jours, défendent nos créateurs locaux. Mais je vais vous parler aussi de Gisèle, Jeanne, Virginie, Phillipe, Maud, Véronique, Jean-Marc, Valérie, Corinne, Véronique, Laetitia, Fabrice, Amandine, Florence, Gepetto, Amandine, Dorothée, Guillaume pour ne citer qu'eux : ce sont des créateurs et des artistes locaux qui exposent au sein de la Maison de Nice. » [joli noyage de poisson : au final, les conseillers municipaux n’ont pas le bilan financier de la Maison de Nice qui existe pourtant depuis 2017 !]

« Entre 2017 et 2019, on a doublé notre chiffre d'affaires. C'est plus 46 % de chiffre d'affaires uniquement pour la boutique de Nicétoile. Depuis mai, c'est environ plus de 86 % de chiffre d'affaires sur les deux boutiques, ce qui prouve que nous allons dans le bon sens. » [c’est un peu curieux, voir inquiétant, que l’on puisse annoncer que l’on « va dans le bons sens » uniquement sur la base d’un chiffre d'affaires - étrangement segmenté - et sans s'intéresser aux charges.... Heureusement que Mme Altounian n’est pas adjointe aux Finances !]

Quant au problème de la clause d’exclusivité manifestement mal rédigée : aucune réponse. C'est dommage, j'aurais bien aimé savoir ce que Gisèle, Jeanne, Virginie, Phillipe, Maud, Véronique, Jean-Marc, Valérie, Corinne, Véronique, Laetitia, Fabrice, Amandine, Florence, Gepetto, Amandine, Dorothée et Guillaume en pensent !

Devant tant d’opacité, le groupe écologiste a bien évidement voté contre cette délibération. Nous sommes étonnés que les autres conseillers municipaux aient accepté de voter une délibération sans avoir le bilan financier et, notamment, sans connaître le coût pour les contribuables.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.