« La Cérémonie des Prix éthiques montre qu'il existe des personnes formidables »

La Cérémonie 2019 de remise des Prix éthiques et des Casseroles a permis à Anticor de récompenser les comportements vertueux et de dénoncer les agissements déplorables de l’année écoulée. J'ai prononcé le discours d'ouverture de cette soirée.

Chaque année, Anticor remet des Prix éthiques, pour récompenser des comportements vertueux, et des Casseroles, pour dénoncer des agissements déplorables.

La cérémonie 2019 s’est déroulée, le 11 janvier, à la Maison de l’Amérique Latine, à Paris, devant 300 personnes.

J'ai prononcé le discours d'ouverture de cette soirée :

Discours d'ouverture de la Cérémonie 2019 de remise des Prix éthiques et des Casseroles :

En ce début d’année, il est de bon ton de présenter ses vœux. Anticor a toujours été très critique envers les élus qui nous envoient des carte de vœux et nous offrent des galettes… avec notre argent ! Pour tout vous dire, nous ne sommes pas fans des vœux pieux. Nous préférons les comportements vertueux...

Et notre manière à nous de vous souhaiter une bonne année, c’est justement d’organiser cette Cérémonie de remise des Prix éthiques qui a l’immense mérite de montrer que, malgré la corruption, la fraude fiscale, les mensonges, la médiocrité, la bêtise aussi, il y a des personnes formidables qui font preuve de courage ou qui proposent des solutions. Et tant qu’elles existeront, nous aurons le droit de rester optimistes.

Vous le savez, cette cérémonie n’est pas retransmise en direct à la télévision, comme par exemple la Cérémonie de Miss France. C’est d’ailleurs un peu anormal parce que, nous aussi, comme les Miss, nous sommes contre l’injustice dans le monde ! Nous sommes même pour la justice fiscale dans le monde ! Néanmoins, même si la Cérémonie elle-même est peu médiatisée, j’observe que, par la suite, les journalistes citent régulièrement nos prix. Ainsi, ils prennent le soin de préciser, dans leurs articles, que tel lanceur d’alerte ou tel élu a reçu un Prix éthique. C’est devenu une sorte de label...

Bien évidemment, la crédibilité de ce label dépend moins des mérites d’Anticor que des mérites de l’ensemble de nos récipiendaires. Ils ne nous déçoivent pas. J’ai épluché les archives secrètes d’Anticor et j’ai découvert que les premiers Prix éthiques ont été distribués en 2005. À l’époque, il n’y avait que trois récipiendaires. Le premier élu qui a reçu cette distinction était un député UDF, Michel Hunault, qui avait eu la bonne idée de déposer, en 2004, une proposition de loi constitutionnelle visant à faire de l'absence de condamnation pour corruption une condition d'éligibilité. Et vous savez ce qu’a fait ce monsieur, depuis 2005 ? Cet avocat spécialisé dans la prévention de la corruption a été, en 2007, rapporteur d’une loi sur la lutte contre corruption. Depuis 2010, il donne, à Sciences po, un cours sur la lutte contre la corruption. En 2017, il a publié un livre qui s’intitule La Lutte contre la corruption, le blanchiment, la fraude fiscale. En 2018, il a organisé une conférence internationale sur la lutte contre la corruption. Mieux que ça, on ne peut pas ! Vous voyez qu’Anticor ne s’était pas trompée… Ainsi, nos récipiendaires méritent leur prix autant avant de les recevoir, mais aussi après les avoir reçu.

Ce qui est vrai pour les récipiendaires des Prix éthiques, est aussi vrai pour les récipiendaires des Casseroles ! Ces derniers aussi font preuve d'une constance qui force l'admiration. Je vous annonce que, cette année, nous avons même été obligés de créer une nouvelle catégorie, la Pantoufle, tant certains se sont illustrés dans le pantouflage, vocable qui peut paraître inoffensif mais qui peut parfois déboucher sur une prise illégale d’intérêts.

Je vais gâcher un peu le suspense insoutenable de cette soirée en vous révélant qu’Alexandre Benalla n’aura pas de Casserole, ce soir. Une simple casserole n'aurait pas été à la hauteur de ses mérites. Il aurait fallu créer un prix spécifique mais, comment l'aurions-nous appelé ? Le Prix du coffre-fort magique ? Le Prix du Pistolet à eau ? Le Prix du Passeport miraculeux ? Bref, c'était trop compliqué et nous préférons attendre les conclusions de l'instruction en cours, qui s'annonce longue. Nous nous contenterons donc, pour 2019, de remettre une Pantoufle et trois Casseroles...

Je tiens à préciser que, même si Philippe Seguin avait théorisé la prime à la Casserole, nous espérons que cette dernière ne deviendra jamais une catégorie valorisante. Par exemple, j’espère que ne lirons jamais, sur des tracts : « Votez Patrick Balkany, Casserole 2015 d’Anticor ! ». Certes, le pire n’est jamais sûr… mais le meilleur non plus !

En parlant de meilleur, je ne suis pas certain que ce soit le meilleur qui ressorte du grand débat national que le Gouvernement a presque spontanément engagé. En effet, quatre thèmes ont été fixés, chacun étant lui-même bordé par des questions. Par exemple, dans le thème sur « L’organisation de l’État et des services publics », il est prévu de répondre à la question « Comment lutter contre le réflexe de la concentration ? ». Force est de constater qu’aucune des questions soumises à ce débat n’a de rapport, ni de près ni de loin, avec les préoccupations d’Anticor. Il fallait le faire ! On nous dit que ce grand débat servira, je cite, « à envisager des solutions pour l’avenir du pays sur des problématiques majeures ». Donc, j’en déduis qu’il n’a pas vocation à trouver des solutions sur les problématiques mineures telles que la fraude fiscale, la corruption, les conflits d’intérêts, les lobbys, le gaspillage de l’argent public, etc. Quelque chose me dit que même après ce débat qui, selon les éléments de langage en vigueur, débouchera sur des « mesures concrètes », nous aurons encore du pain sur la planche...

Merci donc aux récipiendaires des Prix éthiques qui, chacun à leur manière, participent à la lutte contre les atteintes à la probité. Un homme politique célèbre n’avait, paraît-il, pas le monopole du cœur. Et bien nous, nous ne souhaitons pas ‒ surtout pas ‒ avoir le monopole de la lutte contre la corruption ! Nous sommes ravis de ne pas être seuls. Dans ce combat, nous sommes une armée qui n’aura jamais assez de soldats.

Le palmarès complet de la Cérémonie 2019 de remise des Prix éthiques et des Casseroles est disponible ici.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.