Jean-Christophe PICARD
Attaché principal territorial | Conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain de Nice Côte d'Azur (groupe écologiste) | Membre de l'équipe scientifique de l'Observatoire de l'éthique publique (OEP) | Auteur de "La Colère et le Courage" aux éditions Armand Colin
Abonné·e de Mediapart

451 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 oct. 2022

Jean-Christophe PICARD
Attaché principal territorial | Conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain de Nice Côte d'Azur (groupe écologiste) | Membre de l'équipe scientifique de l'Observatoire de l'éthique publique (OEP) | Auteur de "La Colère et le Courage" aux éditions Armand Colin
Abonné·e de Mediapart

Port de Nice : les élus toujours mis à l'écart

Lors du conseil municipal du 13 octobre 2022, j'ai posé plusieurs questions orales portant sur les nouveaux aménagements du Port de Nice. Les réponses ne m'ont pas satisfait.

Jean-Christophe PICARD
Attaché principal territorial | Conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain de Nice Côte d'Azur (groupe écologiste) | Membre de l'équipe scientifique de l'Observatoire de l'éthique publique (OEP) | Auteur de "La Colère et le Courage" aux éditions Armand Colin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le règlement intérieur du conseil municipal de Nice nous permet de poser des questions orales à la condition qu'elles soient transmises deux jours avant la séance.

Au nom du groupe écologiste, j'ai posé les questions orales suivantes lors du conseil municipal du 13 octobre 2022 :

Vous avez présenté à la presse, le 2 juin 2022, soit 10 jours avant le 1er tour des élections législatives, les futurs « nouveaux aménagements du port de Nice »...

Voici nos questions :

1/ Quand ce projet - estimé à 40 millions d’euros - sera-t-il présenté et débattu au conseil municipal de Nice ?

2/ Quand le rapport de 90 pages de la Mission Port sera-t-il communiqué aux conseillers municipaux de Nice ?

3/ Quel est le coût détaillé de la Mission Port ?

Réponse :

Christian Estrosi m'apporte les éléments de réponse suivants :

1/ « S'agissant du projet de requalification du port, c'est en conseil métropolitain que le sujet sera débattu et que le nouveau modèle juridique sera présenté. [...] Les 40 millions que vous évoqués sont simplement le prix de la restructuration de la digue sur laquelle la métropole a un projet de digue à énergie positive. »

2/ « S'agissant du rapport de la mission Port : nous avons rendu tous les résultats lors d'une conférence de presse dédiée que je tenais en tant que président de la métropole, le 2 juin dernier, à laquelle votre groupe a été invité et à laquelle vous n’êtes pas venus. [...] Le rapport est un document préparatoire établissant des pistes de réflexion internes quant à à l'avenir du port. Ce document n'a, pour l'heure, pas vocation à être diffusé. »

3/ « Sur le coût de la Mission Port : aucun surcoût, ni en termes de moyens, ni en termes de masse salariale. M. Bettati était bénévole. Les 4 agents affectés étaient déjà des agents de notre collectivité qui ont été mis à disposition. Quant aux locaux du quai lunel, ils appartiennent à la ville de Nice. »

Mes commentaires :

1/ Nous sommes heureux d'apprendre que ce dossier sera débattu au niveau de la métropole... Sauf que cette question n'était pas à l'ordre du jour du conseil métropolitain du 6 octobre dernier ! Il a toujours été bien précisé qu'il s'agissait de la Mission Port de la ville de Nice. D'ailleurs, c'est sur le site de la ville, et non celui de la métropole, que figure le détail des nouveaux aménagements du port de Nice.

2/ Nous avons ici l'illustration de la méthode Estrosi : les projets sont annoncés en conférence de presse plusieurs mois avant d'être débattus en conseil municipal ou métropolitain ! Et c'est la première fois que nous entendons que le bilan d'une concertation n'est communiqué ni aux habitants, ni aux élus !

3/ Nous ne posions pas la question du surcoût mais la question du coût de cette concertation informelle (puisque non prévue par le code général des collectivités territoriales). S'agissant d'agents de la ville, il aurait été facile de donner le montant de leur mise à disposition pendant la durée de la concertation, soit 4 mois (certainement autour de 60 000 euros).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal — France
Procès Bismuth en appel : Nicolas Sarkozy s’enferre dans ses dénégations
L’ancien président de la République le jure, il n’a jamais eu l’intention de commettre le moindre délit dans l’opération d’approche de plusieurs magistrats de la Cour de cassation, dont il laisse la responsabilité à Thierry Herzog et Gilbert Azibert.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey