ALPES-MARITIMES / Les phrases marquantes des personnalités politiques en 2016

Comme chaque année, en guise de cadeau de Noël, voici les phrases marquantes prononcées par les personnalités politiques azuréennes (ou sur elles).

Comme chaque année, en guise de cadeau de Noël, voici les phrases marquantes prononcées par les personnalités politiques azuréennes (ou sur elles) :

« Désormais, je vais avoir tout mon temps à consacrer à Nice qui est ma priorité politique pour l’avenir. Vous verrez, je suis certain que Christian Estrosi regrettera le temps où j’étais absorbé par mon mandat régional ! » Patrick Allemand, après la défaite de la liste PS, PRG et MRC aux régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur (Nice-Matin, le 2 janvier 2016).

« J’ai annoncé pour mettre en adéquation mes paroles et mes actes que je ne serai pas candidat aux prochaines élections législatives. Ça a ému du monde. » Patrick Allemand (vœux, le 16 janvier 2016).

« Alors qu’ils disaient que c’était stupide, dès le 21 décembre, rendez-vous avec M. Pepy, président de la SNCF, et 11 janvier, en gare Saint-Charles, à Marseille, expérimentation des premiers portiques pour lutter contre la fraude et l’insécurité. » Christian Estrosi, tentant de faire croire que les portiques antifraude, prévus depuis plusieurs mois par la SNCF, sont les portiques de sécurité (capables de détecter des métaux) qu’il a promis pendant la campagne des élections régionales (Europe 1, le 17 janvier 2016).

« Non, ils restent. » Patrick Allemand, à propos du maintien des élus EELV dans le groupe PS... qui partiront pourtant deux mois plus tard ! (Nice-Matin, le 30 janvier 2016).

« Je ne vois aucun intérêt à siéger au conseil des cocus qui ont disparu au profit de la droite. » Michel Vauzelle, ancien président de la région Paca, à propos de la conférence régionale consultative... qu’il acceptera pourtant de coprésider lorsqu’elle sera installée, le 12 mai 2016 ! (Le Monde, le 1er février 2016).

« Au terme de longues négociations avec les différents Commissaires européens, le Président de la Région est parvenu à décrocher plus de 250 millions d’euros de fonds européens »... alors que ces crédits avaient été votés le 12 décembre 2014, soit un an avant l’élection de Christian Estrosi ! (communiqué de presse de la région, le 11 février 2016).

« Mélenchon annonce sa candidature pour 2017 ! Les militants du Front de gauche ? Rien à foutre ! » Jean-François Téaldi (Nice-Matin, le 14 février 2016).

« Je regrette les tensions inutiles et stériles qui entachent depuis quelques mois les relations entre nos collectivités. » Éric Ciotti à Christian Estrosi (lettre en date du 16 février 2016).

« De 2003 à 2008, la dette du département est, en effet, passée de 90 M€ à 747 M€, soit une augmentation de plus de 800 % en cinq ans, pour atteindre 942 M€ au 31 décembre 2009, par l’effet des engagements contractés sous votre présidence. » Éric Ciotti à Christian Estrosi, qui fût président du conseil général des Alpes-Maritimes, de 2003 à 2008 (lettre en date du 16 février 2016).

« Nous avons tous un devoir de solidarité. 90 % des mises en examen, aujourd’hui, se terminent par des non-lieux. » Christian Estrosi, réagissant à la mise en examen de Nicolas Sarkozy... alors qu’en réalité, seules 18 % aboutissent à un non-lieu ! (Europe 1, le 20 février 2016).

« C’est dans le but d’apporter cette réponse que j’ai déposé un amendement visant à contraindre les entreprises à coopérer avec la justice française, sous peine de sanctions pouvant aller de la simple amende à une interdiction pour l’entreprise de commercialiser ses produits ou services en France. » Éric Ciotti, commentant sa menace d’interdire la vente d’iPhone, en France (son site internet, le 2 mars 2016).

« Nous avons appris que vous aviez reçu, le 29 février, à Nice, M. Andreï Rostenko, soi-disant "maire" de Yalta, une ville ukrainienne en Crimée illégalement annexée par la Russie en 2014. Vous devriez sans doute savoir, Monsieur le maire, que l’annexion de la Crimée par la Russie est fortement condamnée par la communauté internationale comme une violation flagrante du droit international et des principes fondamentaux de la sécurité européenne. » Oleg Shamshur, ambassadeur d’Ukraine en France (lettre ouverte adressée à Christian Estrosi, le 2 mars 2016).

« C’est le questionnaire des sondeurs. Ce sont eux qui les définissent. Ce n’est pas moi qui les définis. » Christian Estrosi, à propos du sondage de 22 500 € (payé par la région) comportant la question « Et pour chacun des qualificatifs suivants, d’après vous est-ce qu’il s’applique très bien, assez bien, assez mal ou très mal à Christian Estrosi ? » (France Inter, le 3 mars 2016).

« Avec les communistes, il y avait une certain complicité : ils se bagarraient, ils n’étaient pas d’accord mais… Un jour, j’ai entendu Médecin glisser à Caressa qui avait un frère entrepreneur : "T’inquiète pas, il aura le marché..." » Michèle Matringe, ancienne conseillère municipale PS de Nice, à propos de Jacques Médecin (Nice-Matin, le 7 mars 2016).

« Charles Caressa venait souvent dans mon bureau avant les conseils municipaux pour mettre au point ses interventions. C’était pas de la complicité mais il y avait du respect. » Pierre-Paul Léonelli, ancien directeur de cabinet de Jacques Médecin (Nice-Matin, le 10 mars 2016).

« Tous les matins, Médecin me faisait sa liste de consignes : il fallait intervenir pour untel, trouver du boulot pour celui-là. Il se préoccupait des gens. Il était intervenu pour que la maman de Louis Fiori trouve un logement. » Pierre-Paul Léonelli, ancien directeur de cabinet de Jacques Médecin (Nice-Matin, le 10 mars 2016).

« Je n’étais au courant d’aucune affaire, d’aucun dossier compromettant. Celui qui était au courant de tout, c’était Oltra. Moi, je suis arrivé sur la fin… J’entendais. Je lisais la presse. Moi, je suis un peu comme Saint-Thomas… et je n’ai rien vu qui ne m’ait laissé soupçonner quoi que ce soit. » Pierre-Paul Léonelli, ancien directeur de cabinet de Jacques Médecin (Nice-Matin, le 10 mars 2016).

« J’ai eu un débat avec lui [Jacques Médecin], je me suis opposé au fait qu’il ne soit pas candidat aux sénatoriales. Il avait déjà abandonné la députation. Je pensais qu’il pouvait avoir une immunité parlementaire… » Pierre-Paul Léonelli, ancien directeur de cabinet de Jacques Médecin (Nice-Matin, le 10 mars 2016).

« La réunion d’un conseil de défense par Hollande après l’arrestation d’Abdeslam relève de l’habituelle récupération politicienne. » Éric Ciotti, après l’arrestation du terroriste impliqué dans l’attentat du Bataclan (son compte Twitter, le 18 mars 2016).

« Depuis que Christian Estrosi gère les TER, c’est le laxisme total, les contrôleurs fument dans les wagons, ce sont les usagers qui font la police ! » Patrick Allemand (son compte Twitter, le 19 mars 2016).

« Oui, il y a des Molenbeek en France. Regardons à Saint-Denis où il y a des salons de coiffure avec hommes et femmes séparés. » Éric Ciotti (son compte Twitter, le 23 mars 2016).

« Nous savons que nous avons des forces spéciales très expérimentées qui sont capables, avec des armes blanches notamment et des couteaux, de crever tous ces Zodiac qui aujourd’hui sont de plus en plus utilisés pour traverser la Méditerranée. » Christian Estrosi, à propos de l’afflux de migrants (Le Point, le 25 mars 2016).

« Bientôt, le seul moyen de se distinguer sera d’annoncer ne pas être candidat à la primaire. » David Lisnard (son compte Twitter, le 29 mars 2016).

« Bonjour Christiane Taubira, vous pouvez revenir au Gouvernement car la déchéance est enterrée. Ça nous manque de ne plus pouvoir vous critiquer. » Florian Abassit, conseiller municipal LR de Blausasc (son compte Twitter, le 30 mars 2016).

« Cette stupide loi qui fait que l’on est puni après une victoire, je la connaissais. » Christian Estrosi, à propos de la loi sur le non-cumul des mandats (Direct Matin Côte d’Azur, le 1er avril 2016).

« Je n’irai jamais travailler à Marseille, c’est le début de la déchéance d’un homme. […] Mais si l’on me proposait une place à Nice, j’y réfléchirai, je ne serai pas contre. » Gaël Nofri (Nice-Matin, le 1er avril 2016).

« EELV a besoin de visibilité, de lisibilité, de s’émanciper, de regagner la confiance des Niçois. » Juliette Chesnel-Leroux et Fabrice de Decoupigny, conseillers municipaux EELV de Nice, expliquant pourquoi ils quittent le groupe PS (Nice-Matin, le 1er avril 2016).

« Il n’y a pas de rupture, même si on peut être tenté de l’interpréter comme cela. » Patrick Allemand, réagissant au départ d’EELV du groupe PS de Nice (Nice-Matin, le 1er avril 2016).

« Comme il y a eu les bébés Médecin, il y a aujourd’hui les bébés Estrosi. » Christian Estrosi, à propos de Marine Brenier (Nice-Matin, le 5 avril 2016).

« Je me demande souvent où en serait la Plaine du Var sans toi, Christian Estrosi ! » Marine Brenier (son compte Twitter, le 13 avril 2016).

« Crise au FN 06 : Schénardi, Dorten, Domergue. Le FN doit cesser de donner des responsabilités à des baltringues. » Adrien Grosjean, conseiller municipal ex FN de Cannes (son compte Twitter, le 14 avril 2016).

« Même plus envie de le regarder. Le changement, c’est raté. » Christine Mirauchaux (PS), à propos de la prestation de François Hollande dans l’émission Dialogues citoyens, sur France 2 (son compte Twitter, le 14 avril 2016).

« Maintenant, je me suis débarrassée de mes trois boulets. [...] Aujourd’hui, je suis mon groupe FN à moi toute seule et cela ne change rien. » Marie-Christine Arnautu, réagissant au départ de Marc-André Domergue, Guillaume Aral et Luce Feron du groupe FN du conseil municipal de Nice (Nice-Matin, le 15 avril 2016).

« Avec Benoît Kandel, nous n'assistons pas au conseil municipal qui n'est en réalité qu'une réunion électorale ! » Olivier Bettati (son compte Twitter, le 22 avril 2016).

« Personne n’a oublié le fiasco des élections pour la présidence de notre parti (Fillon Copé) dans les Alpes Maritimes, mais force est de constater que cela n’a pas servi de leçon puisque que les élections internes du 30 janvier ont été annulées et que dans notre circonscription la fraude reste de rigueur. » Jean-Valéry Desens, adhérent de LR 06, dans la 8e circonscription des Alpes-Maritimes (communiqué de presse, le 25 avril 2016).

« Notre salariée, que la manifestation prétendait défendre, a passé son après-midi à nettoyer les dégradations commises. » Xavier Garcia, à propos de la manifestation contre la loi El Khomri (Nice-Matin, le 30 avril 2016).

« Et si nous avons trop payé nous serons remboursés. » Philippe Pradal, après le fiasco du « stationnement intelligent » mis en œuvre par la Semiacs (Nice-Matin, le 9 mai 2016).

« Il faut une liberté d’expression, même si la personne doit être lourdement condamnée, ce qui a été le cas pour Jean-Marie Le Pen. » Lydia Schénardi, secrétaire départementale du FN de 2008 à 2014, revenant sur les propos de l’ancien président du FN qui avaient qualifié les chambres à gaz de « détail de l’histoire » (Nice-Matin, le 17 mai 2016).

« Je défendrai la sécurité, le travail, le mérite. » Marine Brenier, candidate sans profession à l’élection législatives partielle des 22 et 29 mai 2016, dans la 5e circonscription des Alpes-Maritimes (Nice-Matin, le 18 mai 2016).

« Une femme adorable, une vraie élue de proximité qui sait converser, répondre et sourire. » Alain Frère, à propos de Marine Brenier (Nice-Matin, le 18 mai 2016).

« Je vais me pourvoir en cassation concernant cette nouvelle condamnation qui fait suite à des propos sur le loup. Pourtant, je persiste et je signe : le loup n’a pas été réintroduit de manière naturelle. » Christian Estrosi, après sa condamnation par la Cour d’appel d’Aix-en-Provence à 10 000 € d’amende pour avoir dit : « En 1992, le loup a été réintroduit artificiellement par des fonctionnaires de l’État et par des gardes du parc du Mercantour. » (20 Minutes, le 19 mai 2016).

« La victoire des verts en Autriche m’inquiète autant qu’une victoire de l’extrême droite. » Éric Ciotti (son compte Twitter, le 23 mai 2016).

« Comme chaque année, j'ai renouvelé le vœu de Nice de 1832 et confié les destinées de la ville de Nice à la Vierge Marie. » Christian Estrosi (son compte Twitter, le 29 mai 2016).

« Cette victoire, c’est bien celle du système Estrosi. » Marine Brenier, après sa victoire à l’élection législative partielle dans la 5e circonscription des Alpes-Maritimes (Direct Matin Côte d’Azur, le 30 mai 2016).

« Ce matin, malgré l’opposition des gauches toujours hermétiques à la grandeur, notre ville a voté une rue Charles Pasqua. » Gaël Nofri (son compte Twitter, le 30 mai 2016).

« Nous voterons pour cette délibération. En revanche, nous vous demandons, à l’avenir, de ne plus proposer de noms de personnes condamnées par la justice. » Patrick Allemand, à propos de la délibération attribuant notamment le nom « Charles-Pasqua » à une rue (Direct Matin Côte d’Azur, le 31 mai 2016).

« À côté de Philippe Pradal, les maires fantômes qu'ont été Honoré Bailet et Jean-Paul Baréty auront l'air de rois soleil» Xavier Garcia (son compte Twitter, le 1er juin 2016).

« On ne peut pas être candidat à tout. » Christian Estrosi (Nice-Matin, le 4 juin 2016).

« Quant à Frédéric Saint-Clair, je ne regrette qu’une seule chose : jusqu’à ce jour, j’associai à ce nom, même orthographié différemment, celui d’une grande dame, Anne Sinclair, et celui de lord Brett Sinclair, le héros d’une autre série culte, Amicalement vôtre, qui est un parfait gentleman. Désormais, il sera inséparable de celui d’un extraterrestre. » Christian Estrosi, en réponse à la tribune sévère de Frédéric Saint-Clair (Le Monde, le 13 juin 2016).

« Vous souhaiteriez de nouvelles élections, mais je n’ai pas voulu infliger un calvaire de plus aux uns et aux autres. » Christian Estrosi, s'adressant à l'opposition, après l'élection, par les conseillers municipaux, de Phillipe Pradal aux fonctions de maire de Nice (Nice-Matin, le 14 juin 2016).

« Il y a des personnalités parmi les Républicains compatibles avec le Front national, parmi lesquels Éric Ciotti, Thierry Mariani, Henri Guaino, Alain Marsaud et Jacques Myard. » Marion Maréchal-Le Pen (France 3 Côte d’Azur, le 18 juin 2016).

« J’ai été traité comme un subalterne. » Christian Estrosi, suite à l’attentat du 14 juillet 2016 (Paris Match, le 18 juillet 2016).

« Si tous ceux qui passent deux fois sur la promenade des Anglais étaient des criminels… On ne peut pas supposer le pire à chaque fois. » Christian Estrosi, à propos des repérages effectués par le terroriste avant l'attentat du 14 juillet 2016 alors que, d'une part, un arrêté municipal interdit la circulation des véhicules de plus de 3,5 tonnes et que, d'autre part, le terroriste a circulé à onze reprises sur la Promenade des Anglais entre le 11 et le 14 juillet (Nice-Matin, le 20 juillet 2016).

« C’est simple, je fais ce qu’Estrosi me demande. Et il ne me demande rien. » Philippe Pradal (Le Canard Enchaîné, le 20 juillet 2016).

« Deux journalistes m’accusent de tenir un double langage sur le financement public des lieux de culte. La raison de cette attaque ? Le fait que j’ai consacré une partie de ma réserve parlementaire à la restauration de chapelles catholiques dans ma circonscription à Nice. » Éric Ciotti, qui avait déclaré, deux jours plus tôt, sur Twitter : « Je suis totalement opposé au financement public des mosquées ou de tout lieu de culte » (son profil Facebook, le 2 août 2016).

« Pour mettre fin à cette impunité qui règne sur Internet, je propose de rendre obligatoire pour les réseaux sociaux la vérification de l’identité de leurs membres. Ainsi si quelqu’un veut ouvrir un compte Twitter, Facebook ou encore Snapchat, il devra au préalable fournir une pièce d’identité au site. » Éric Ciotti (Nice-Matin, le 4 août 2016).

« Survol en hélicoptère de Jérusalem, berceau de l’humanité. » Éric Ciotti (son compte Twitter, le 8 août 2016).

« On n’interdit pas le voile, ni la kippa, ni les croix, j’interdis simplement un uniforme qui est le symbole de l’extrémisme islamiste. » David Lisnard, à propos de son arrêté anti-burkini (Nice-Matin, le 11 août 206).

« D’ores et déjà, des plaintes ont été déposées pour poursuivre ceux qui diffusent les photographies de nos policiers municipaux » Christian Estrosi, à propos de ceux qui prennent en photo les policiers municipaux qui verbalisent les burkinis (Nice-Matin, le 24 août 2016).

« Cet abruti d'Estrosi qui a une noisette dans la tête a tout plombé. Il a fait l'unanimité contre nous. » Nicolas Sarkozy, suite à la proposition de Christian Estrosi de sanctionner les maires défaillant en matière de sécurité (livre « La Cause du Peuple » de Patrick Buisson, le 29 septembre 2016).

« Je viens d'être relaxé dans l'affaire contre Christian Estrosi. » Infinit’, auteur de la chanson intitulée « Christian Estrosi » (son compte Twitter, le 6 octobre 2016).

« Pour moi la vie politique, c’est une affaire de conviction, ce n’est pas capter où va le vent. » Éric Ciotti… qui est pourtant passé de directeur de campagne de François Fillon à porte-parole de Nicolas Sarkozy ! (La Provence, 16 octobre 2016).

« "Cash investigation" affirme que le prix du stade rapporté à la place est le plus cher de France. Faux. » Christian Estrosi (lettre adressée au CSA, le 17 octobre 2016).

« Selon le rapport définitif de la Chambre régionale des comptes, page 43, il apparaît que le stade de Nice est bien le plus cher de France construit en partenariat public-privé. Nice est à 5 890 euros/place, Lille à 5 760 euros/place, Bordeaux à 4 350 euros/place. » Réponse de l’équipe de Cash Investigation (site web de franceinfo, le 18 octobre 2016).

« Quand il exerçait ce mandat, Christian Estrosi avait un bureau "à étage" qui dominait la séance, son premier adjoint Philippe Pradal siégeant à sa droite et en dessous de lui. Un bureau qui a été nivelé: le nouveau maire Philippe Pradal est assis au même niveau que l'ancien maire, devenu son premier adjoint. […] Mais Christian Estrosi a également assuré aux journalistes de franceinfo que, depuis la parution de cet écho lundi, "Nice-Matin s'est excusé". […] Or il s'avère que Nice-Matin n'a pas publié d'excuses. » la rédaction de Nice-Matin (Nice-Matin, le 21 octobre 2016).

« Il n'y a pas d'accueil de migrants de Calais à Nice et dans les Alpes-Maritimes, je m'en réjouis. » Éric Ciotti (France Inter, le 30 octobre 2016).

« Dans toutes mes responsabilités publiques en tant que ministre ou président d’exécutifs locaux, je n’aurai eu affaire qu’à des représentants de l’État de grande qualité. Le passage d’Adolphe Colrat dans le département aura été malheureusement une douloureuse exception. » Christian Estrosi (Nice-Matin, le 3 novembre 2016).

« Et sur un tandem, il y en a deux qui pédalent et un qui tient le guidon. Je continue à tenir le guidon. » Christian Estrosi, à propos de Philippe Pradal (Nice-Matin, le 10 novembre 2016).

« Juppé ? Comment lui confier notre avenir, alors qu’il est déjà dans les livres d’histoire de mes enfants, juste quelques pages après Louis XVI. » Olivier Bettati (Nice-Matin, le 14 novembre 2016).

« Je suis persuadé que Nicolas Sarkozy arrivera largement en tête, dimanche soir. » Éric Ciotti (BFMTV, le 18 novembre 2016).

« François Fillon arrive premier à Nice, mais il est second dans ma circonscription. Il y a une exception Estrosi. » Christian Estrosi (Le Point, le 22 novembre 2016).

« Je suis à la tête de la deuxième région de France et de la cinquième ville du pays. » Christian Estrosi… qui n’est pourtant plus maire de Nice depuis le 1er juin 2016 ! (Le Point, le 22 novembre 2016).

« Dans mes responsabilités, j'ai agi pour baisser les impôts. » Christian Estrosi… qui a pourtant augmenté de 15 % les impôts locaux, en 2009, et la taxe d'habitation de 4,5 %, en 2015 ! (Radio Classique, le 22 novembre 2016).

« Si vous voulez vous faire plaisir, regardez la tête de Ciotti et Lellouche : c'est réjouissant de voir la mine défaite des traîtres. » François Fillon (Le Canard Enchaîné, le 23 novembre 2016).

« Xavier Bertrand et moi-même avons considéré que nous devions, à partir de ce moment-là, nous consacrer uniquement à notre mandat régional. » Christian Estrosi... par ailleurs premier adjoint du maire de Nice et président de la métropole Nice Côte d’Azur ! (Le Point, le 7 décembre 2016).

« Une chose qui m'a interpellé est que, le 14 juillet, François Hollande disait qu'on levait l’état d’urgence et, le jour même, il y a eu cette tragédie dans ma ville. » Christian Estrosi (son compte Twitter, le 11 décembre 2016).

« Ses discours sont trop longs ! » Laura Tenoudji-Estrosi, à propos de son mari, Christian Estrosi (Nice-Matin, le 12 décembre 2016).

« Lorsqu’il ne reste plus aucun espoir, ce n'est pas le capitaine Flam, mais la flamme du FN qu'on appelle ! » Éric Ravasco, conseiller municipal FN du Cannet (conseil municipal du Cannet, le 16 décembre 2016).

« Nous demandons à Monsieur le maire de Nice, qui a la police de l’assemblée, de maîtriser davantage à l’avenir les excès et dérapages de son premier adjoint lors des conseils. » Dominique Boy Mottard, lors du conseil municipal du 19 décembre 2016 (Nice-Matin, le 21 décembre 2016). 

MAJ

« Départ pour Israël où je vais témoigner mon soutien à Benyamin Netanyahou après la décision de l'ONU dangereuse qui attaque la seule démocratie de la région. » Christian Estrosi, après l'adoption par le Conseil de sécurité des Nations-Unies (avec quatorze voix pour, zéro contre et une asbtention) de la résolution n° 2334 qui « exige de nouveau d’Israël qu’il arrête immédiatement et complètement toutes ses activités de peuplement dans le Territoire palestinien occupé » (son compte Twitter, le 25 décembre 2016).

« Je suis plus que jamais favorable à ce qu'il y ait deux États indépendants mais à la condition que la communauté internationale arrête son ingérence dans la politique israélienne. Et là, c'est de l'ingérence de la part de l'ONU. » Christian Estrosi (Nice-Matin, le 27 décembre 2016).

« Le haute cour de justice a gracié Christine Lagarde, François Hollande a gracié Jacqueline Sauvage. » Patrick Allemand... alors que la Haute Cour de justice n'existe plus depuis 2007, qu'elle ne pouvait de toutes façons juger que le Président de la République et que seul ce dernier détient le droit de grâce ! (son compte Twitter, le 28 décembre 2016).

RAPPEL

« Pour un surcoût de 7 millions d’euros, nous avons préféré investir dans un système innovant, facteur d’améliorations, et rentable, plutôt que dans un vieux système obsolète. » Christian Estrosi, lors de l’inauguration du « stationnement intelligent » qui sera un fiasco retentissant (le 11 mars 2013).

« Le but, c’est de faire tomber notre futur "ministre de la Culture", Christian Estrosi. Sa gestion est criminelle ! Sur le plan des finances, sur son absence de vision du territoire, sur la paupérisation et l’immigration dans les quartiers… Je vais m’employer à créer les conditions de ce changement. » Gaël Nofri… qui rejoindra pourtant la majorité de Christian Estrosi, le 13 octobre 2016 ! (Nice-Matin, le 9 juillet 2013).

« J’ai de l’affection pour Nicolas Sarkozy, mais je considère que, pour 2017, le meilleur pour devenir président de la République, c’est François Fillon. » Éric Ciotti… qui annoncera pourtant soutenir Nicolas Sarkozy, le 3 juillet 2016 ! (Valeurs actuelles, le 10 juillet 2014).

« Contrairement à vous, Monsieur Estrosi, je ne dois pas mon éligibilité à la prescription des crimes et délits passés. » Gaël Nofri, conseiller municipal de Nice (son compte Twitter, le 24 novembre 2014).

« Avec 999 caméras, et une caméra pour 343 habitants alors qu’à Paris, il y en a 1 pour 1 532, je suis à peu près convaincu que si Paris avait été équipée du même réseau que le nôtre, les frères Kouachi n’auraient pas passé 3 carrefours sans être neutralisés et interpellés. » Christian Estrosi, après l'attaque terroriste contre Charlie Hebdo (conseil municipal de Nice, le 19 janvier 2015).

« Sans cette maîtrise de l’aéroport, les biens immobiliers des Niçois perdront 30 % à 40 % de leur valeur et les grandes enseignes quitteront le territoire azuréen. » Christian Estrosi, s’opposant au projet de privatisation de l’aéroport de Nice... alors que l'État cédera ses parts, le 28 octobre 2016, sans aucune des conséquences annoncées ! (courrier envoyé aux électeurs niçois pour présenter le référendum sur la privatisation de l’aéroport de Nice, février 2015).

« Je propose un service national obligatoire pour replacer des repères sur le chemin de notre jeunesse. » Éric Ciotti… qui avait pourtant demandé et obtenu une dispense du service national pour lui-même ! (son compte Twitter, le 30 octobre 2015).

« Promesse tenue : portiques de sécurité, contrôle des billets avec mise en place de tourniquets et déploiements des premiers agents de la police régionale des transports dès janvier 2016 dans notre région ! » Christian Estrosi (sa page Facebook, le 22 décembre 2015).

BONUS

L’an dernier, dans mon billet « Les phrases marquantes des personnalités politiques en 2015 », Nice-Matin m’avait gentiment taquiné sur l’absence de mes propres propos… Je rappelle donc ici quelques-unes de mes réactions en me gardant bien de les qualifier de « phrases marquantes » :

« La taxe d’habitation de Nice, qui a augmenté de 15 %, en 2009, et de 4,5 %, en 2015, va baisser de 1 %, en 2016. Sujet : faut-il remercier un maire de baisser un peu les impôts qu’il avait lui-même augmenté beaucoup ? Vous avez 4 heures… » (le 5 février 2016).

« Avec 20 M€ de subventions et 61 253 spectateurs (dont 7 395 invitations), chaque place à l'Opéra de Nice coûte 330 € d'agent public ! » (le 6 février 2016).

« Donc la Maison de la métropole Nice Côte d’Azur, installée à Paris, vient faire des conférences à... Cannes ! Vous suivez ? », à propos de la « 13e Matinale économique de la Maison de la métropole Nice Côte d'Azur à Paris » organisée au Palais des Festivals de Cannes (le 16 mars 2016).

« Il y a une question qui mériterait d'être abordée à la Conférence régionale consultative de Provence-Alpes-Côte d’Azur : pourquoi a-t-on construit la Villa Méditerranée ? » (12 mai 2016).

« Après l'espace Jacques-Médecin et la rue Charles-Pasqua, je verrai bien un boulevard Patrick-Balkany, à Nice… » (le 31 mai 2016).

« Philippe Pradal sera bientôt le nouveau maire de Nice. Christian Estrosi ne sera plus que le premier adjoint délégué à toutes les décisions ! » (le 2 juin 2016).

« Rappel : la société de "conseil pour les affaires", créée le 1er avril 2016 par Christian Estrosi, est domiciliée au cabinet Pradal. » (le 3 juin 2016).

« Christian Estrosi fera tout. Philippe Pradal fera le reste. » (le 13 juin 2016).

« Quand la Laïcité ne s'applique qu'à une communauté religieuse, ce n'est plus de la Laïcité ! », à propos des arrêtés anti-burkini (le 12 août 2016).

« PV contre les burkinis. Plaintes contre ceux qui diffusent des photos de ceux qui verbalisent les burkinis. Plaintes contre ceux qui diffusent des photos de ceux qui déposent des plaintes contre ceux qui diffusent des photos de ceux qui verbalisent les burkinis ? Welcome to Nice ! » (le 24 août 2016).

« Christian Estrosi a fait rabaisser le fauteuil de Philippe Pradal au conseil municipal… Cela me rappelle une scène hilarante entre les personnages de Hynkel (joué par Charlie Chaplin) et Napaloni, dans le film "Le Dictateur"... » (le 17 octobre 2016).

« Contrairement à ce que certains avaient prédit, ce ne sont pas les Chinois qui ont acheté l'aéroport de Nice ! » (le 30 octobre 2016).

« Je ne comprends pas comment on peut trouver une ribambelle de policiers municipaux pour faire respecter un arrêté interdisant le burkini mais aucun pour faire respecter un arrêté interdisant les véhicules de plus de 3,5 tonnes ! », après la publication de l’enquête de Mediapart intitulée « Attentat de Nice : le terroriste a pu procéder à onze repérages » (le 23 décembre 2016).

Lire aussi :

- Les phrases marquantes des personnalités politiques en 2015 (25/12/15)

- Quelques citations… (25/12/14)

- Quelques citations... (25/12/13)

- Quelques citations... (25/12/12)

- Quelques citations... (25/12/11)

- Quelques citations... (25/12/10)

- Quelques citations... (25/12/09)

- Quelques citations... (25/12/08)

- Quelques citations... (25/12/07)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.