L'opposition sera absente des deux principales commissions de la métropole NCA

Je suis intervenu pour proposer au président de la métropole Nice Côte d'Azur des solutions afin de permettre à l'opposition d'être représentée dans la Commission d'appel d'offres et la Commission de délégation de service public et de partenariat public privé.

Le conseil métropolitain du 23 juillet 2020 a élu les membres de la Commission d'appel d'offres (CAO) puis ceux de la Commission de délégation de service public et de partenariat public privé (CDSP)...

Je suis intervenu au nom du groupe écologiste :

Comme vous le savez, si nous appliquons strictement ce qui est prévu dans la loi, les oppositions seront absentes de la CAO et de la CDSP, ce que nous ne voulons pas et ce que vous ne voulez pas puisque vous vous étiez engagé, pendant la campagne électorale, à respecter le rôle des oppositions (cf. engagement n° 19 de votre charte de valeurs et d’éthique).

Lors du dernier conseil municipal de Nice, sur la même problèmatique, vous m’aviez fait part de votre désarroi face à cette situation injuste et vous m’aviez demandé de vous trouver une solution. Je me permets de vous faire deux propositions qui permettraient aux oppositions d’être représentées dans ces deux importantes commissions :

1/ Soit vous mettez aux voix une liste unique sur le modèle de celle que vous avez proposée pour l’élection du bureau de la métropole. Cette liste unique comporterait au moins deux places de titulaire permettant à chaque opposition d’avoir un siège.

2/ Soit vous nommez comme président délégué pour chaque commission un membre de l’opposition, ce qui permettrait à chaque opposition d’être au moins présente dans une de ces deux commissions. C'est ce que vous aviez d'ailleurs fait pour la CAO de Nice, en 2008.

Christian Estrosi a répondu que c'était à l'opposition (c'est-à-dire au groupe RN et au groupe écologiste) de se mettre d'accord et de présenter un candidat commun à chaque fois. Dans ces conditions, nous avons refusé de prendre part au vote. Au final, aucun élu d'opposition ne siégera dans ces deux commissions. Cette situation montre, une nouvelle fois, l'absurdité du mode d'élection des membres de ces commissions qui ne permet pas toujours à l'opposition d'être représentée dans les commissions les plus importantes.

Le président Estrosi a néanmoins pris un engagement : « Je mettrai en place une commission de contrôle de l'exécution des marchés publics où, là, je veillerai à ce que chaque représentant de l'opposition puisse participer aux travaux de cette commission ad hoc. » 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.