Jean-Christophe PICARD
Attaché principal territorial | Conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain de Nice Côte d'Azur (groupe écologiste) | Membre de l'équipe scientifique de l'Observatoire de l'éthique publique (OEP) | Auteur de "La Colère et le Courage" aux éditions Armand Colin
Abonné·e de Mediapart

420 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juin 2015

NICE / Grand stade : rapport très sévère de la Chambre régionale des comptes

Jean-Christophe PICARD
Attaché principal territorial | Conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain de Nice Côte d'Azur (groupe écologiste) | Membre de l'équipe scientifique de l'Observatoire de l'éthique publique (OEP) | Auteur de "La Colère et le Courage" aux éditions Armand Colin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

[Communiqué au nom d'Anticor] Anticor et le Collectif pour un audit citoyen de la dette avaient alerté, dès 2012, les pouvoirs publics sur les risques financiers que présentait le partenariat public-privé pour la construction du grand stade de Nice.

Dans son rapport d’observations présenté, aujourd’hui, au conseil municipal de Nice, non seulement la Chambre régionale des comptes reprend nos critiques, mais elle va bien au-delà…

Tout d’abord, les magistrats estiment que le recours à un contrat de partenariat « est contestable sur le fond » : « Il n’est possible de recourir au contrat de partenariat […] que dans les cas limitativement énumérés par la loi. […] Or, l’Allianz Riviera ne répond pas à ces exigences puisqu’il  ne peut être regardé comme nécessaire à un service public communal et que la complexité alléguée pour justifier le recours au contrat de partenariat n’est finalement pas avérée. »

Le recours à ce type de contrat est d’autant plus critiquable qu’en l’espèce, « la commune assume une part majeure des risques ».

Au final, « la somme de l’ensemble des coûts directs et indirects mentionnés dans le  présent rapport conduit à estimer le coût global net du stade pour la ville de Nice à  372 M€ sur la durée du contrat. »

Surtout, la Chambre pointe du doigt des curiosités dans la procédure d’attribution du contrat de partenariat, susceptibles de constituer des délits pénaux :

- « Bouygues, qui était de loin le groupement le moins cher au stade de l’offre initiale (29 M€ de moins que Vinci), a fortement augmenté son prix définitif (+ 25 M€) et est devenu le plus cher des trois candidats, alors que ses concurrents ont significativement baissé leurs prix (- 9 M€ pour NES). »

- « Au-delà des critères et des sous-critères annoncés et présentés dans les documents de consultation, la commune a, bien qu’elle le conteste, usé de sous-sous-critères pour procéder à la notation des offres sans en informer les candidats, ce qui est irrégulier. »

- « Sur plusieurs points, la notation des offres est difficilement compréhensible en raison de l’absence de références chiffrées, de périmètres comparables, d’une utilisation des critères peu logique, ou encore de données apparemment aberrantes non corrigées. »

Au regard de ce rapport sévère et des graves anomalies constatées, on s’étonnera de la réaction placide de Christian Estrosi : « J’ai lu et relu le rapport. À aucun moment, il n’y a une mention de faits délictueux. » [1]

Le Parquet financier, qui a ouvert, le 4 mars dernier, une enquête préliminaire suite au signalement de la Chambre régionale des comptes, n’est visiblement pas de cet avis.

Note :

[1] Nice-Matin, édition du 25 juin 2015.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart