Aux jaunophobes médiapartiens.

Bien chers conclubiotes (comme dit Melchior ;-) jaunophobes. Ne radotez plus, agissez.

Depuis le début de la mobilisation des Gilets Jaunes, vous êtes quelques uns sur Mediapart à vous escrimer en vain et contre toutes évidences à décrédibiliser ce mouvement, en lui reprochant précisément de n'être qu'une irruption de colère fascisante.
C'est une crainte que nous sommes très nombreux à avoir immédiatement partagée fin novembre 2018.
Face à un tel danger, il y a deux solutions.
Soit on se mobilise, concrètement. C'est à dire en l'occurrence qu'on va physiquement sur les ronds-points, rencontrer ces concitoyens qui nous inquiètent, et on discute. Sans à priori, on essaie de comprendre, et on met en partage ses propres opinions, ses analyses, son expérience personnelle pour peser dans le bon sens.
Soit on reste sur cette crainte initiale, on la cultive, on cherche toutes les justifications opportunes, on refuse tout avis contraire et peu à peu pour ne pas se dédire on finit par radoter.
Vous avez choisi la seconde.
Nous sommes heureusement bien plus nombreux à avoir préféré la première (dès le 1er décembre 2018 pour ma part).
Et, nous avons rencontré la complexité, c'est à dire la réalité de ce mouvement, et la réalité tout court de notre société. Nous ne l'avons pas découverte, nous l'avons rencontrée.
Et c'est à la fois difficile mais très enrichissant et très stimulant.
Je ne saurais prétendre que c'est grâce à cette immersion que demain l'immense majorité des Gilets Jaunes viendra grossir les cortèges des manifestations contre la casse sociale que poursuit le gouvernement de droite d'Edouard Philippe soutenu par la majorité parlementaire imbécile des prétendus "marcheurs".
Je sais en revanche que les sbires de l'extrême droite n'y seront pas bienvenus.
Pour autant, rien n'est gagné d'avance, tout peut se retourner, la naïveté n'est pas de mise.
Pour qu'il n'en soit pas ainsi, je vous invite donc à changer d'avis contrairement aux imbéciles et à venir concrètement, physiquement, sur les ronds-points et dans nos assemblées, travailler avec nous.
Au lieu de radoter sur Mediapart.

Agissez.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.